Le sirocco recouvrant la France et le sud de l’Europe, est radioactif !

10
European-Union, Copernicus-Sentinel-X imagery-reponsesbio

Depuis quelques années un phénomène naturel s’amplifie dans le sud de l’Europe.

Le sirocco, un nuage de sable porté par les vents du Sahara, dépose régulièrement de fines couches dorées sur les habitations, voitures, systèmes de ventilation, montagnes italiennes, espagnoles et françaises.

Prenant une nouvelle ampleur depuis l’année dernière, en plus de menacer les neiges hivernales et l’équilibre écologique des Alpes et des Pyrénées, des scientifiques ont trouvé des molécules radioactives de Césium 137 véhiculées par le sable du désert.

Bien que ces émissions de Césium 137, dans la mesure où elles sont passagères et espacées, ne représentent pas un risque majeur d’irradiation pour les populations… peuvent-elles participer à une augmentation du niveau de radiation ambiant ?

Une concentration de ces résidus dans les nappes phréatiques est-elle susceptible de polluer les eaux ?

Et, surtout, existe-t-il des solutions naturelles pour se protéger d’une telle pollution ?

N’en déplaise à ceux qui voudraient vous maintenir dans la tendre ignorance que vous êtes en sécurité tant que vous observez les règles, le niveau de radioactivité ambiant de la planète augmente sans cesse depuis ces soixante dernières années.

Entre les abondants essais atomiques, la mise en service ainsi que le déclin accidentel de certaines centrales nucléaires, les micro-fuites permanentes des installations en service… une couche de différents composants radioactifs recouvre les quatre coins de la planète.

A-t-on mesuré le danger que représente la stagnation d’innombrables types de molécules radioactives dans l’environnement ?

Bien que peu fréquentés par l’espèce humaine, les déserts, le fond des océans et l’immensité des plaines, communiquent avec le reste du monde.

Ainsi, si les essais nucléaires français ayant eu lieu dans le Sahara empoisonnent les peuples nomades depuis les années 70, un sirocco, précisément issu de cette zone, recouvre la France depuis trois jours.

Ce qui implique qu’entre les couchers de soleil dorés spécifiques à l’Orient ayant tant ému les internautes sur les réseaux sociaux, circulent des composés volatiles de Césium 137.

Ayant largement empli l’atmosphère des territoires français, mais aussi suisse, espagnol et italien, il convient de faire le point sur cet étrange phénomène et ses dangers.

Les dangers des particules volatiles radioactives

Bien que dans le cadre de ce phénomène de sirocco les « experts » prétendent que l’exposition à des molécules radioactives « passagères » ne représente pas un risque pour la santé humaine, il conviendrait tout d’abord de s’entendre sur le terme « passager ».

Le sable présent sur les pare-brises et les routes ayant été balayé, une exposition éphémère à ces grains de sable radioactifs n’aura probablement qu’une très faible incidence.

Toutefois a-t-on pensé au fait que certaines de ces particules fines radioactives en suspension ou PM10, soient plus volatiles que le sable ?

Au risque qu’elles puissent circuler dans des points du réseau de distribution d’eau potable ?

Qu’elles puissent être ingérées, bues, ou respirées à différentes occasions ?

Parce que dans tous ces cas il ne serait plus question d’une pollution passagère, mais d’une intoxication susceptible de demeurer dans votre organisme et d’y provoquer différents troubles à plus ou moins long terme, en fonction de la concentration de substances radioactives.

Dysfonctionnements de la thyroïde, cancers, leucémies, troubles auto-immuns, annihilation des défenses immunitaires, sont autant d’exemples de symptômes graves provoqués par une exposition longue ou permanente.

Il convient donc d’adapter certaines précautions préventives afin de s’assurer que l’élimination de ces substances, tant de votre eau de boisson que de votre organisme, soit effective.

Le charbon ultra activé sous toutes ses formes

Tant magistral pour l’élimination des nanoparticules que l’adsorption de la radioactivité, quel remède est plus adapté à la situation que le Moso 3000 ?

En cure interne, que vous pouvez adapter à différents régimes pour en optimiser l’efficacité et la durée, il vous permettra d’éliminer les composants de Césium 137 de l’organisme.

En blocs et en bâtons il assainira l’atmosphère en adsorbant la radioactivité ambiante, piégera les particules radioactives présentes dans l’eau du robinet, ou encore, les attirera à lui lors de la cuisson des aliments.

En Spray il assainira toute surface en profondeur et durablement, protégera la peau, et soignera infections diverses et douleurs inflammatoires.

Une alimentation sélective

Les risques bactériologiques, ceux liés à la radioactivité, ou tout simplement au manque de salubrité de certaines denrées alimentaires, allant en s’accroissant, il peut être instructif de s’inspirer de peuples ayant été contraints à l’adaptation de leur style de vie.

Symbole de résilience face aux drames nucléaires les plus brutaux du monde moderne, les Japonais ont été les tout premiers à considérer en priorité les solutions apportées par la nature.

Dans le cas d’une intoxication longue aux radiations, aucun médicament, aucun remède préventif, aucune solution n’est plus efficace que le charbon de bambou Moso ultra activé et micronisé.

Néanmoins l’alimentation y joue également un rôle prépondérant.

L’alcalinisation des cellules, également permise par l’ionisation d’une eau de boisson avec un bâton de charbon, assurera, en complément d’une dépollution interne, un travail de protection fort appréciable.

L’alcalinisation, mais aussi la chélation par des organismes intelligents susceptibles de « sélectionner » des substances à digérer en priorité, dont, selon l’United States Atomic Energy Commission, certaines algues.

Sur ces bases il est possible d’établir une liste non exhaustive des principaux aliments luttant contre les effets délétères d’une exposition radioactive interne, ou externe.

Vous y retrouverez notamment :

  • Le miso, ou pâte de soja, puissant préventif anti-cancer.
  • La Phycocyanine pour nourrir et réparer l’ADN et la spiruline pour chélater les molécules radioactives, dont, tout particulièrement, le Césium 137.
  • Les légumes verts frais et bio comme le brocoli, le chou-fleur, le chou kale…
  • L’ail noir pour ses facultés alcalinisantes et protectrices du système immunitaire.
  • Le pollen frais pour son apport en vitamines B6 et B12 et sa capacité à protéger et réparer l’ARN et l’ADN.

Bien à vous,

Jean-Baptiste Loin

Charbon végétal ultra activé Moso 3000

Pour soutenir Réponses Bio et nous permettre de rester un media indépendant, RDV sur notre page Tipeee en cliquant sur ce lien.

S’abonner
Notification pour
guest
10 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Nathalie Simon
Nathalie Simon
6 mois il y a

bonjour ,

je vous remercie de partager ces informations d’une telle importance.

bien à vous

N. SIMON

Michele
Michele
6 mois il y a

Merci !

Christine
Christine
6 mois il y a

Merci

Nelly
Nelly
6 mois il y a

Merci
Pour ces informations dont les medias tv ne parlent meme pas

Sophie
Sophie
6 mois il y a

Merci à tout l’équipe pour vos 
réflexions pertinentes ,
vos recherches .

Petit Madeleine
6 mois il y a

Merci pour toutes ces informations.

monique mermey bermano
monique mermey bermano
6 mois il y a

bonjour y a t’il un rapport avec la glande thyroïde svp ??

Réponses Bio
Administrateur
6 mois il y a

Monique Bonjour,

Effectivement, les pollutions radioactives sont connues pour dérégler et impacter les fonctions thyroïdiennes.

Bien à vous,

Jean-Baptiste Loin

Huguette
Huguette
6 mois il y a

Merci pour toutes ces informations
Pensez vous que l’argile peut être aussi efficace que le charbon ?
Cordialement

Réponses Bio
Administrateur
6 mois il y a
Répondre à  Huguette

Huguette Bonjour,

En effet, l’argile verte montmorillonite ultra ventilée est un excellant capteur de radiations et se marie fort bien avec un drainage intestinal.

Bien à vous,

Jean-Baptiste Loin