L’huile de Neem, la plus polyvalente des huiles cosmétiques

1
Huile-de-neem-reponsesbio

S’il est, sur Terre, un arbre bénéfique à l’homme, c’est bien le Neem – Azadirachta indica : de ses racines jusqu’aux graines, on tire des remèdes plus salvateurs les uns que les autres.

Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si en sanskrit, une des langues de l’ancienne littérature indienne, on l’appelle « nimba », dont l’origine trouve sa source dans le terme nimbati swastyamdadati signifiant « qui prodigue la santé ».

Assurant une douce ombre aux maisons des pays chauds, le Neem pousse rapidement et son feuillage, persistant, est généreux.

Tandis que ses feuilles nourrissent chèvres et chameaux et soignent l’homme de mille façons, ses racines, elles, luttent contre la désertification…

Peu exigeant, il prospère naturellement dans les zones sujettes à la sécheresse de l’Inde et du Pakistan, mais aussi dans certaines parties du Moyen-Orient et d’Afrique sub-saharienne, comme l’Afrique de l’Ouest et les côtes de l’Océan Indien, ainsi que certaines régions d’Australie.

S’il tolère des températures élevées, voire très élevées, il ne survit cependant pas en-dessous de 4°C.

C’est pourquoi en France, en Suisse, en Belgique ou au Canada, vous n’en trouverez jamais.

D’ailleurs, en Occident, l’intérêt pour les remèdes issus du Neem est très récent, les subtilités de l’Ayurveda n’y étant encore que très sommairement comprises.

Purifiant, assainissant, anti-fongique, anti-bactérien, antiviral, anti-oxydant, anti-inflammatoire, hypoglycémiant… selon les modes de préparation le Neem est très utile au quotidien, que ce soit en consommation interne ou usage externe.

Ayant abordé le sujet de la poudre de feuilles de Neem dans deux précédents articles (1) (2), je vous propose aujourd’hui de nous intéresser à l’huile issue de ses graines, au spectre non moins vaste et passionnant.

Un Neem mature produit jusqu’à 30kg de graines par an, d’une magnifique couleur jaune lorsqu’elles sont mûres.

Cueillies puis décortiquées, on n’en conservera que l’amande qui, pressée à froid, offrira la précieuse huile.

Les résidus secs ou tourteaux seront utilisés comme engrais naturel pour les cultures.

Son odeur, très particulière, rappelle à la fois la noix fraiche, l’herbe coupée et l’oignon.

En fonction de la manière dont vous l’utiliserez, ses propriétés seront bénéfiques tant pour le visage, que le corps ou les cheveux :

-> Purifiante, antibactérienne et assainissante, elle est souveraine en cas de :

• peau grasse ou à problèmes
• acné
• imperfections cutanées
• pellicules
• démangeaisons du cuir chevelu
• poux
• staphylocoque doré
• boutons purulents ou non
• eczéma
• psoriasis…

-> Antifongique, antiparasitaire et insectifuge, elle vous aidera à lutter contre :

• mycoses
• pied d’athlète
• piqûres de moustiques et mouches
• teignes
• gale…

-> Adoucissante, hydratante et émolliente, elle est également en mesure de soulager rapidement les :

• irritations
• rougeurs dues à l’épilation ou au rasage
• allergies de contact
• peaux sèches et sensibles.

Une huile versatile et multi-facettes

Si ponctuellement on peut l’employer pure en application locale, il est généralement conseillé de mélanger l’huile de Neem avec d’autres huiles végétales, éventuellement enrichies d’huiles essentielles spécifiques, choisies en fonction des besoins :

-> Pour traiter les peaux grasses et l’acné, on la mélange à quantité égale avec de l’huile de Jojoba, et on applique sur le visage tous les soirs.

-> Pour obtenir un soin visage exceptionnel permettant à la fois d’apaiser les irritations et de lisser la peau, on mélangera 20% d’huile de Neem avec 40% d’huile de Rose musquée et 40% d’huile de pépins de figue de Barbarie.

-> Si l’on veut purifier en profondeur tout en apaisant une peau réactive, on préparera un masque avec 1/2 cuillère à café de charbon végétal ultra activé Moso 3000, 1 cuillère à soupe d’huile de Neem et 1 cuillère à café d’eau pure ou d’hydrolat. Bien mélanger pour obtenir une pâte homogène à appliquer sur le visage et le cou. Laisser posé une quinzaine de minutes avant de rincer à l’eau claire.

-> En soin traitant contre les poux, mélanger 5ml d’huile de Neem, 5ml d’huile de Ricin, 5 gouttes d’huile essentielle de Lavandin et 5 gouttes de Tea tree. Verser sur la chevelure, masser longuement en insistant sur la nuque et les tempes, couvrir d’une charlotte ou d’une serviette pendant au moins 2 heures avant de laver les cheveux et de passer le peigne fin. (Usage réservé aux adultes et enfants de plus de 4 ans)

-> Grâce à ses propriétés anti-inflammatoires et stimulant la circulation sanguine, l’huile de Neem favorise la bonne oxygénation du cuir chevelu, permettant d’entretenir des follicules pileux sains pour une meilleure croissance des cheveux, et donc le ralentissement de leur chute.

Pour les cheveux secs, on mélangera à 50/50 avec de l’huile de Ricin et quelques gouttes d’huile essentielle d’Ylang-Ylang, en massage du cuir chevelu et des longueurs ; pour les cheveux normaux ou gras, on préfèrera mélanger avec de l’huile de Jojoba et l’huile essentielle de Lavande fine ou de Citron.

-> Contre les moustiques, tiques et autres nuisibles, préparer un mélange avec 10ml d’huile de Neem, 10ml d’huile de Jojoba, 2 gouttes d’huile essentielle de Citronnelle de Ceylan, 2 gouttes de Menthe poivrée et 2 gouttes de Lavande fine. Appliquer sur les zones du corps exposées.

Et les animaux ?

À la fois vitale et délicate, la santé de vos animaux de compagnie nécessite des soins anti-parasitaires indispensables, surtout lorsqu’ils partagent votre habitat.

Inconfortables pour eux, les puces peuvent se transformer en un véritable fléau dans toute la maison, menant à des problèmes de démangeaisons, irritations, dermatites, allergies et parasites en tous genres, parfois jusqu’au ténia.

Malheureusement, la panoplie de produits proposés dans n’importe quel magasin ou pharmacie, allant des poudres aux shampoings et sprays, en passant par les comprimés et les pipettes, sont bourrés d’additifs et de molécules chimiques plus douteuses les unes que les autres.

D’un autre côté, les huiles essentielles sont très mal supportées, voire toxiques pour certains animaux de compagnie, et notamment les chats.

Aussi, pour protéger votre compagnon des puces, tout en évitant de l’intoxiquer, il est important d’opter pour une prévention douce, régulière et naturelle.

Simple et bon marché, l’huile de Neem s’avère être la solution idéale :

-> en prévention, appliquer une fois par mois sur le poil de votre animal un mélange composé de 70% d’huile de Jojoba et de 30% d’huile de Neem. Bien masser pour imprégner le poil et sa peau, et éviter autant que possible qu’il ne se lèche pendant deux heures.

-> en cas d’infestation déclarée de puces, on ajoutera de l’huile de Neem au shampoing le plus naturel possible : 1 cuillère à soupe pour un chat, 2 cuillères pour un chien, 3 cuillères s’il fait plus de 15kg.

Quant aux animaux de la ferme, ils ne sont pas en reste : chevaux, vaches, moutons et autres pourront eux aussi profiter des bienfaits de l’huile de Neem pour les protéger des parasites.

Enfin, en cas de blessure superficielle, irritation ou démangeaisons, l’huile de Neem appliquée en compresse sur la zone, apaisera, soulagera et accélèrera efficacement la cicatrisation de n’importe quel animal à deux, ou quatre pattes.

Et c’est aussi vrai pour les oiseaux et reptiles.

Un biopesticide durable

Si ses utilisations sont innombrables dans le domaine de la santé humaine et animale, elles ne le sont pas moins pour l’agriculture et l’agroforesterie.

De nombreuses études à travers le monde concernant ses effets antiparasitaires ont démontré son efficacité dans le contrôle de plus de 400 espèces d’arthropodes, nématodes nuisibles et diverses maladies des plantes.

L’huile de Neem s’est avérée efficace dans le traitement des :

• acariens
• pucerons
• aleurodes
• cochenilles
• mouche blanche
• mouche du haricot
• araignée rouge
• thrips
• noctuelle de la tomate
• pyrale…

Elle doit ses remarquables propriétés à de multiples composants, dont l’azadirachtine.

Principalement insecticide, l’azadirachtine, active à des doses inférieures à 0,1 ppm, fait de cette huile une des plus prometteuses parmi les substances naturelles actives :

• répulsive
• anti-appétante
• phagodissuasive
• régulatrice de croissance pouvant affecter la ponte chez les femelles ainsi que la mue et la croissance des larves chez certains arthropodes
• ovicide et larvicide
• affaiblissant les insectes et inhibant leur résistance.

Des études ont montré que l’huile de Neem complète, riche de multiples substances actives, est plus efficace que le seul extrait d’azadirachtine de même concentration, soulignant ainsi l’importance du totum de la plante, et non pas uniquement ses composés actifs.

Cette synergie permettant, par ailleurs, d’éviter le risque de développement de résistances à l’huile de Neem par les nuisibles.

Parmi beaucoup d’autres exemples, des formulations à base de Neem ont notamment été utilisées en tant que fongicide sur le chancre de la tige de la tomate, le blanc du concombre, utilisé contre le mildiou sur la vigne ou encore comme traitement préventif contre les pathogènes attaquant les fruits après récolte.

L’huile de Neem s’est également montrée utile dans le traitement du pois chiche contre Rhizoctonia solani, Sclerotium rolfsii et Sclerotinia sclerotiorum provoquant de considérables dégâts sur ce types de cultures.

Malheureusement, après avoir fait l’objet d’une tentative de biopiraterie dans les années 90, l’huile de Neem est aujourd’hui interdite en tant que phytosanitaire en France, où l’utilisation d’azadirachtine reste proscrite faute d’AMM ou autorisation de mise sur le marché.

Aussi, l’huile de Neem n’est pas autorisée à la vente en France pour un usage phytosanitaire, l’azadirachtine ayant vu son inscription à l’annexe I de la directive 91/414/CEE refusée par la Commission Européenne en 2008.

Si toutefois vous souhaitez l’utiliser sur vos plantes et dans votre potager, que ce soit pour un usage préventif ou curatif, rien ne vous empêche d’utiliser de l’huile de Neem cosmétique.

Mélanger 10ml d’huile de Neem pure dans un contenant de 100ml et compléter avec de l’eau tiède, bien agiter avant utilisation pour disperser l’huile dans l’eau, puis pulvériser sur les plantes.

Attention toutefois, si l’huile de Neem est inoffensive pour les abeilles adultes, elle est toxique pour les larves, c’est pourquoi on ne l’emploiera qu’à bonne distance des ruches et des essaims.

Comment reconnaître une huile de Neem de bonne qualité ?

Avant toute chose, l’huile de Neem se solidifiant naturellement à moins de 25°C, son aspect est généralement épais et visqueux, voire solide lorsqu’elle est conservée dans une atmosphère fraîche.

On la liquéfie en passant le flacon sous l’eau chaude, en prenant soin de ne pas la chauffer excessivement, ce qui lui ferait perdre une grande partie de ses propriétés.

Sa couleur, d’un vert assez franc et généralement hétérogène, ainsi que son odeur caractéristique, seront gage de qualité et de fraîcheur.

Par opposition aux imitations que l’on trouve actuellement sur le marché, sans odeur ni couleur, n’ayant rien à voir avec la véritable huile de Neem.

Et, si vous souhaitez masquer la forte odeur de cette huile hors du commun, rien n’empêche d’y ajouter des huiles essentielles bien choisies, qui pourront soutenir et compléter son action :

Bien à vous,

Jean-Baptiste Loin

Pour vous procurer une huile de Neem d’exception vierge, biologique, pressée à froid, de qualité cosmétique, rendez-vous sur Réponses Bio.shop :

Huile de Neem bio

Références :

  1. Le Neem, un arbre pharmacien : https://www.reponsesbio.com/neem-arbre-pharmacien/
  2. Le Neem peut-il remplacer la chloroquine ? https://www.reponsesbio.com/le-neem-peut-il-remplacer-la-chloroquine/

 

Pour soutenir Réponses Bio et nous permettre de rester un media indépendant, RDV sur notre page Tipeee en cliquant sur ce lien.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
GERARD
GERARD
1 mois il y a

Merci .