L’hiver et le 3ème âge

4
les compléments des personnes du 3ème age

Surtout dans les régions très froides ou humides, l’hiver représente, pour les personnes âgées, une épreuve souvent pénible. 

C’est l’époque de la recrudescence des rhumatismes, des problèmes circulatoires, de la fatigue, des ennuis digestifs, de l’insomnie, de l’hypertension ou même des troubles cardio-vasculaires…

Pourtant, quelques mesures diététiques simples, éventuellement soutenues par une complémentation nutritionnelle et des biothérapies, suffisent à mettre la plupart des personnes de plus de cinquante ans à l’abri de ces inconvénients dont on pense, peut-être un peu vite, qu’ils sont nécessairement liés à l’âge. 

Dans les derniers siècles de notre histoire, la moyenne de la durée de l’existence est passée de 30 à 80 ans. 

Bien sûr, dans cette moyenne il faut tenir compte de la massive mortalité infantile et des dégâts causés par le manque d’hygiène et les conditions de vie difficiles. 

Aujourd’hui nos enfants meurent beaucoup moins, mais les maladies cardio-vasculaires et les cancers tuent une proportion grandissante de quinquagénaires et de sexagénaires.

Quant aux survivants, la dépression, l’anxiété, les allergies et autres troubles psychosomatiques leur rendent l’existence insupportable. 

Vivre 120 ans en parfaite santé est pourtant possible ! 

De nombreux peuples, à la surface de la planète, nous l’ont prouvé. 

Hounzas, Abkhases, Iakoutes, habitants des Andes ou de l’Altaï, comptent une proportion gigantesque de centenaires ayant conservé toute la joie de vivre et la vitalité de leur âge mûr.

Mais il est vrai que ces peuples vivent dans un environnement beaucoup plus naturel que celui de nos mégalopoles, et qu’ils ne prennent pas leurs repas au fast food du coin.

L’humanité, dans son ensemble, n’a pas encore compris comment éviter le vieillissement artificiel qui nous condamne à mourir prématurément par rapport à notre durée biologique naturelle, actuellement prudemment estimée à 120 ans par les scientifiques.

Qu’est-ce donc qui vous fait vieillir avant l’âge ? 

Probablement, avant tout, le facteur psychologique

En fait, ce sont la peur et le dégoût de la vie, suscités par les névroses et des conditions d’existence anti-naturelles, qui nous conduisent à nous suicider inconsciemment et insensiblement. 

Les plus que centenaires en parfaite santé, eux, sont heureux

Sans doute le sont-ils parce qu’ils sont en bonne santé et qu’ils vivent sainement, mais l’inverse est aussi vrai.

Le second facteur est, de toute évidence, l’alimentation

Celle-ci doit être inférieure à 2000 calories/jour, et d’excellente qualité sur le plan nutritionnel. 

Qu’est-ce à dire, plus précisément ?

alimentation de l'hiver pour les personnes âgées

Elle doit être :

   variée, 

   parfaitement fraîche, 

   riche en vitamines, 

   riche en enzymes,

   riche en oligo-éléments. 

De plus, en vous bornant à ne consommer que ce que produit la région dans laquelle vous vivez, vous profiterez d’une harmonisation que vous ne retrouverez nulle part ailleurs.

Le troisième facteur est l’activité physique et le travail, qui permettent à la fois d’éliminer les toxines, de s’oxygéner, de stimuler les fonctions organiques et de valoriser l’existence. 

Enfin, le sommeil doit être long et profond… mais comment ne le serait-il pas dès lors qu’on respecte les conditions précédentes ?

 

Fatigue de l’âge et fatigue de l’hiver

Premier et plus évident symptôme du vieillissement : la fatigue.

Surtout lorsqu’elle se nourrit du froid et de la grisaille de l’hiver, elle déclenche des réflexes de repli sur soi et d’immobilité qui sont la porte ouverte à toutes les dégénérescences physiologiques et à la dépression. 

Pour compenser ces tendances, optez pour une diététique énergétique, à base de crudités, de céréales complètes et de graines germées.

Quelques cuillères à soupe de blé germé, prises tous les matins une demie heure après un bon verre de jus de fruit frais, vous donneront du tonus pour la journée, tout en régénérant votre organisme sur le long terme. 

Les légumes chlorophylliens crus, le kacha, le riz complet, le chapati de farine intégrale, le gruau d’avoine, ainsi que les aromates (persil, ail, girofle, cannelle, gingembre…), et bien sûr les fruits pris en dehors des repas, vous apporteront également beaucoup d’énergie. 

En ce qui concerne le sucre, ne consommez que du sirop d’érable et/ou de la mélasse noire. 

Et salez sans exagération.

Buvez chaque jour un bon litre et demi d’une eau de source très pure, en dehors des repas, et/ou des jus de légumes frais et des tisanes de : romarin, sauge, serpolet, thym, cannelle, fenugrec, sarriette…

Pensez aussi à respirer du bon air et à prendre raisonnablement le soleil.

Enfin, choisissez une complémentation nutritionnelle et une biothérapie personnalisées. 

 

Vos compléments et biothérapiquesquelles tisanes de l'hiver pour le troisième âge

A choisir en fonction de vos symptômes et problèmes personnels. 

  → En prévention générale : le mélange de nébulisâts de petite pervenche 70 mg, oignon 100 mg, éleuthérocoque 80 mg – une gélule avant chaque repas. 

   Pour vous redonner du tonus, surtout si votre fatigue est liée à de la faiblesse ou à d’autres troubles tels que : anorexie, anémie, asthénie, dépression, neurasthénie, impuissance, surmenage, sénescence ou maladies infectieuses : gelée royale, 6 grammes à prendre sur 21 jours. 

  → Contre toutes vos fatigues liées aux infections, toxicomanies (y compris tabac et alcool), allergies, arthrose, anémie, ou constipation, ainsi que contre l’asthénie, la dépression, le stress, les déficits immunitaires et la sénescence : Vitamine C, 2 ou 3 comprimés à 500mg chaque matin, en lieu et place du thé ou du café. 

   Contre votre fatigue chronique : le mélange de nébulisâts de fenugrec 100 mg, romarin 100 mg, fenouil 50 mg, une gélule avant chaque repas. 

   Pour vous donner un coup de fouet : le mélange de nébulisâts de ginseng 100 mg, éleuthérocoque 150 mg, une gélule avant chaque repas. 

   Pour stimuler votre organisme : Ribes nigrum bourgeons macérât 1D, 50 gtes matin et soir. 

   Pour stimuler vos surrénales : huile essentielle de Géranium, 2 gtes en friction locale, en mélange avec un peu d’huile d’amandes douces. 

   Contre l’asthénie : Fraxinus excelsior bourgeons macérât 1D 20 ml, Juglans regia bourgeons macérât 1D 20 ml, Tamarix gallica bourgeons macérât 1D 40 ml, Ulmus campestris bourgeons macérât 1D qsp 125 ml, 30 gtes matin et midi. 

   En cas de dépression : Betula verrucosa semences macérât 1D, 50 gtes par jour. 

   En cas d’épuisement nerveux : Alchemilla alpina T.M., Angelica sylvestris T.M., Aristolochia infesta T.M., ââ qsp 125 ml, 30 gtes matin et midi. 

   En cas d’anémie : le mélange de feuilles de sarriette et de balsamite en infusion à raison de quatre grammes par tasse, trois fois par jour en dehors des repas. 

   En cas de manque d’appétit : Avena germinata, Triticum germinatum, Hordeum germinatum 3x, 30 ml, 15 gtes au déjeuner et au dîner. 

 

Manquez-vous de sommeil ?

Avec l’âge, bien souvent, le sommeil réparateur disparaît, et c’est une raison de plus de déprimer et de s’affaiblir

Aussi, la lutte contre l’insomnie devrait-elle toujours demeurer un objectif prioritaire chez les personnes âgées. 

Là encore, la réforme alimentaire reste prioritaire.

Tout ce qui excite, café, thé, chocolat, sucreries, viande, tabac, alcool, doit être banni du régime. 

D’autre part, neuf insomnies sur dix étant liées à des problèmes hépatiques ou digestifs, il conviendra de soigner son foie et son système digestif.

Il suffit donc d’éviter les excitants, les excès alimentaires et les situations stressantes, et de prendre éventuellement une bonne tisane calmante, pour venir à bout de la plupart des petites insomnies de l’âge. 

Un minimum d’exercice physique est également indispensable pour produire la saine fatigue sur laquelle reposera un bon sommeil, et assurer l’oxygénation du sang et des cellules nerveuses. 

Enfin, il faut savoir que, tous les jours, le premier cycle de sommeil démarre à la même heure

A chacun, donc, d’être attentif au petit « coup de pompe » du soir, pendant deux ou trois jours, afin de se régler définitivement sur cet horaire. 

En matière de diététique, on veillera à répartir la nourriture, dans le cadre des repas quotidiens, de telle sorte que :

   le petit déjeuner soit franchement privilégié

   le déjeuner moyennement copieux, 

   le goûter de 17 heures léger, à base de fruits ou de jus de fruits, 

   le dîner relativement léger et digeste (mais tout de même pas léger au point de risquer d’être réveillé par la faim), et pris au moins une demi heure avant le coucher. 

Lors de ce repas du soir, privilégiez : laitue, potiron, citrouille, radis rose, chou, pomme, mandarine, coing, pêche, abricot, germe de blé… qui, tous, sont d’excellents calmants

En cas de problèmes hépatiques et digestifs, évitez les graisses, les excès de sel et les mauvais mélanges tels que protéines/amidons, ou surtout celui des fruits avec n’importe quel autre nourriture au sein d’un même repas. 

Enfin, en cas de stress, évitez tous les aliments dénaturés produits par l’industrie, et notamment les huiles chauffées, les sucreries et pâtisseries, la farine blanche, les conserves, les sodas… 

L’absorption d’un liquide chaud ayant toujours un effet calmant, prenez une tisane plutôt que des phytothérapiques plus sophistiqués. 

Voici quelques idées de tisanes du sommeil… 

   Anis vert : insomnie liée aux problèmes de digestion

  ✵ Aspérule odorante : en cas de problèmes hépatiques

   Aubépine (fleurs) : insomnie liée à de l’hypertension artérielle

   Ballote (sommités) : insomnie liée aux états pathologiques chroniques

   Basilic : tranquillisant

   Capucine (feuilles) : insomnie liée à des troubles respiratoires

   Coquelicot : aide à l’élimination des toxines pendant le sommeil

   Houblon (cônes) : puissant calmant du parasympathique

   Laurier : calmant du parasympathique

   Lavande : régulateur nerveux, somnifère, antiseptique, diurétique

   Marjolaine : puissant antispasmodique, soporifique

   Mélisse (fleurs) : antispasmodique, somnifère, analgésique

   Menthe : à utiliser à faible dose, en cas d’insomnie liée à une mauvaise digestion

   Oranger (fleurs en boutons) : calmant (à faible dose)

   Origan (feuilles et fleurs) : calmant, soporifique, antirhumatismal

   Passiflore (fleurs en boutons et feuilles) : insomnie liée à la dépression, l’angoisse ou l’anxiété

   Primevère : insomnie liée à un dérèglement du grand sympathique

   Reine des prés : dépuratif, calmant, analgésique

   Thym : insomnie de réveil liée à des troubles respiratoires (asthme)

   Tilleul : calmant (à faible dose)

   Valériane (racines) : digestive, antinévralgique, fébrifuge

Enfin, le mélange de vitamine B6, magnésium et zinc fait des prodige en combattant non seulement l’insomnie, mais aussi de nombreux problèmes psycho-nerveux. 

 

Faites-vous de l’hypertension ?

les biothérapiques pour les personnes âgées

Avec l’âge et la perturbation des fonctions organiques qui l’accompagne souvent en raison d’une mauvaise hygiène de vie pratiquée depuis longtemps, il est rare que l’hypertension ne vienne pas s’ajouter aux tracas des personnes de plus de cinquante ans. 

Cette hypertension commence à se manifester sous la forme d’un état chronique d’hyperinsulinémie, c’est à dire d’un excès de sécrétion d’insuline par le pancréas. 

De ce fait, le malade va démontrer une intolérance au glucose, qui engendrera divers désordres biologiques, dont la perturbation du métabolisme des lipides. 

Dés lors, le mauvais cholestérol augmentera, et le bon diminuera… entraînant un plus grand risque athérolipidique.

Seule une hygiène de vie peut donc permettre à l’organisme d’échapper aux dégénérescences responsables de l’hypertension et des maladies cardio-vasculaires.

Cela dit, s’il est trop tard pour penser à la prévention, il faut savoir qu’il existe un certain nombre de facteurs déclenchants et/ou aggravants de l’hypertension qu’il sera facile d’éliminer

Les plus importants de ces facteurs déclenchant sont les excès :

  ✵ de graisses animales, 

  ✵ de viandes, 

   de sucre raffiné, 

   d’alcool,

   de tabac,

   d’excitants (café, thé, chocolat), 

   de glutamate, 

   de poissons et fruits de mer, 

   de betterave, 

   de fenouil, 

   d’épinards, 

   de réglisse, 

   d’orge,

   de sel.

Mais le pire est la carence en minéraux (surtout magnésium et calcium) et en oligo-éléments. 

L’hypertendu, aussi bien pour protéger ses artères que ses nerfs, évitera également les bains chauds, les bains froids, les bains de vapeur ou encore les bains de soleil. 

Les efforts physiques intenses lui sont strictement interdits, ainsi que les séjours au bord de la mer ou à la montagne. 

Enfin, il tâchera de s’armer de patience, en ce qui concerne son traitement, car il faut éviter à tout prix un retour trop rapide à la tension normale, ce qui pourrait provoquer un accident cérébro-vasculaire grave.

L’essentiel du régime alimentaire sera composé de fruits, de légumes frais, et de céréales complètes (à l’exception de l’orge). 

Cependant, vous pourrez insister sur le riz complet, au point, même, d’en faire des cures. 

Les algues constitueront d’excellents accompagnements aux céréales, et l’ail sera le condiment idéal aussi bien avec les légumes que les céréales. 

Les fruits les plus indiqués seront : la fraise, l’olive, le raisin et le citron.

Quelques tisanes conviendront tout particulièrement au traitement de cette pathologie : l’éleuthérocoque, le ginseng, l’ail des ours, l’aubépine, le gui, l’olivier et le fraisier.

Des compléments nutritionnels sont encore à recommander, et, en tout premier lieu, les Oméga 3 qui ont un effet hypotenseur très important et apportent à l’organisme des acides gras régulant la formation des prostaglandines dont le rôle est précisément de contrôler la dilatation des artères et la fluidité du sang. 

D’autre part, les anthocyanes et l’extrait d’ail favorisent également la fluidité du sang et améliorent la circulation.

Parmi les biothérapiques, choisissez : 

   les bioflavonoïdes, les vitamines B1, E, et Provitamine A ; 

   un mélange phytothérapique à parts égale de Crataegus D3, Berberis D3, Solidago D3, et Viscum Album TM (20 gts avant les repas de midi et du soir) ; 

   Crataegus oxyacantha jeunes pousses D1 et Oléa Europea jeunes feuilles D1 (1 flacon de 125 ml de chaque, à raison de 50 gts de chaque dans un peu d’eau avant le petit déjeuner) ; 

   Azurite D8, Erythrite D8, Barytine D8, et Iodargyrite D8 (en alternance, un jour sur quatre).

 

Avez-vous des problèmes de circulation ?

Les jambes lourdes, les varices, les hémorroïdes, le refroidissement des extrémités des membres, les sensations de fourmillement, signes de fatigue et d’encrassement organique, sont aussi responsables d’un vieillissement anormal de votre système nerveux par mauvaise irrigation des cellules nerveuses.

Il convient donc de prévenir une telle dégénérescence en adoptant des règles d’hygiène de vie et d’alimentation adaptées, surtout après 60 ans. 

Pour cela, il faut, avant tout, éviter les facteurs de risques, à savoir : 

  ✵ l’excès de poids, 

   la station debout prolongée, 

   le piétinement, 

   le chauffage par le sol, 

   le port de talons hauts, 

  ✵ la marche à pieds sans talons, 

   les abus de chaleur (exposition au soleil, bains chauds, épilation à la cire chaude).

Par contre, la circulation veineuse des membres inférieurs est favorisée par la marche avec des chaussures à petit talon d’environ trois centimètres et semelle souple répartissant bien le poids du corps sur l’ensemble de la voûte plantaire.

Mais c’est bien souvent un état d’intoxication qui altère les parois veineuses et déforme les valvules. 

D’autre part, un excès de folliculine, chez la femme, en ralentissant les fonctions hypophysaires, peut provoquer un relâchement des fibres lisses. 

Or, la régulation de la folliculine étant assurée par le foie, il devient indispensable de suivre un régime hépatique pour préserver votre système veineux.

Des cures fréquentes de désintoxication, et un régime hypotoxique à tendance hépatique, sont donc vivement recommandés.

La cure de désintoxication peut durer de trois jours à trois semaines et se composera essentiellement de fruits, ou, en hiver, de riz complet. 

On boira un litre et demi d’eau de source tous les jours ; on prendra de l’argile tous les matins ; et l’on assurera le transit intestinal avec du jus de pruneaux.

Pour le foie, on consommera artichaut, pissenlit, radis noir, romarin, chicorée sauvage, huile d’olive et jus de citron.

Quant au régime hypotoxique, il consiste tout simplement à éviter tout aliment contenant :

   toxiques (aliments industriels), 

   purines (produits animaux), 

  ✵ excitants (thé, café, chocolat).

Quelques aliments aident spécifiquement à combattre les troubles circulatoires. 

Ce sont : les algues, les laminaires, le chou, la myrtille et le pissenlit.

Enfin, les compléments et biothérapiques contre les troubles veineux sont : 

   les vitamines A, B1, C, E, P ; 

   l’ail, l’hamamélis, la vigne rouge ; 

   les huiles essentielles d’ail et de cyprès ; 

   le Manganèse-cobalt Oligosol (1 dose tous les deux jours) ; 

   Blende D8 (1 ampoule par jour) ; 

   Sorbus domestica D1, bourgeons, macérât glycériné (25 gouttes par jour) ;  

   Veino-drainol.

 Jean-Baptiste Loin 

 formation en ligne anti-âge

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "L’hiver et le 3ème âge"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Christian - conseil jardin
Invité

Pour bien passer l’hiver rien de tel que la consommation du fruit de rosiers sauvages, le cynorrhodon . En tisane ou confiture. Une teneur exceptionnel en vitames C font de ce fruit naturel le meilleur allié pour combattre les soucis de l’hiver et la fatigue passagère. Et c’est gratuit, on en trouve partout en campagne.

Réponses Bio
Admin

Oui merci Christian, en effet le cynorhodon, ou gratte-cul comme on aime à dire dans les campagnes, est une merveille de la nature : stimulant et tonifiant, il est aussi dépuratif… et tout ça en nous permettant, comme vous le dites, de faire le plein de vitamine C !

Une merveille !

Jean-Baptiste

Raymond
Membre
Raymond

En tant que bio thérapeute je trouve que c’est une bonne initiative de donner ces conseils

Réponses Bio
Admin

Merci Raymond et bienvenue,

Et je vous répondrais, selon la formule consacrée : « nous ne faisons que notre métier ».

Merci, en tout cas, de vous intéresser à ce que nous faisons.

Jean-Baptiste

wpDiscuz