Les recettes au plasma marin

5

Nous avons abordé le problème des eaux minérales et l’importance de consommer quotidiennement une eau très faiblement minéralisée, parlons aujourd’hui de la cure minérale la plus complète qui soit : l’eau de mer.

Le plasma marin n’est pas seulement un remède accompagnant admirablement le jeûne, il est également très utile pour dynamiser les préparations culinaires, alcaliniser l’organisme et même confectionner de succulents légumes lacto-fermentés.

Euripide, mais aussi Platon et Hippocrate, recommandaient l’eau de mer pour littéralement « soigner tous les maux ».

Après eux René Quinton, Jacques Benveniste ainsi que de nombreux autres chercheurs ont à leur tour compris que le milieu marin et les fluides organiques de l’être humain étaient intrinsèquement liés.

Bien qu’il soit aujourd’hui évident pour tout le monde qu’une carence en fer puisse avoir des conséquences désastreuses sur la santé, il ne viendrait à l’idée de personne de manger un pain de métal pour la combler.

Pas plus que d’ingurgiter des métaux comme de l’iridium, du platine ou du molybdène.

Pourtant ils sont bien présents en chacun de nous, à l’état de traces infinitésimales, voire de mémoire colloïdale.

Les uns combinés aux autres, ils sont essentiels :

  au taux de réactivité du système immunitaire,

  à la gestion des sucres, protéines, graisses,

  au tri des vitamines,

  à la fluidification des connexions intercellulaires…

Ainsi qu’à une myriade d’autres processus qui, lorsqu’ils sont déstabilisés, ne manqueront pas de mener à plus ou moins long terme à des :

  troubles mentaux,

  dysfonctionnements immunitaires,

  crises d’apathie et de faiblesse,

  déficiences cardiaques, pulmonaires, cérébrales,

  dérèglements intestinaux,

  etc. 

Et si la nature avait tout prévu en restituant quantité de ces colloïdes dans les eaux de source, les fruits et les légumes, nos habitudes modernes ont mis à mal cet équilibre essentiel en dévitalisant et polluant les ressources.

Nous sommes donc tous plus ou moins en carence de tel ou tel élément minéral et en même temps en surcharge de certains autres, en buvant trop d’eau minérale ou en consommant certains aliments en excès.

C’est l’une des raisons pour lesquelles le véritable plasma marin, qui recèle tous les minéraux de la création dans des proportions et une forme parfaitement assimilables par l’organisme, donne des résultats surprenants sur pratiquement tout le monde.

De nombreuses observations montrent qu’une cure isotonique de plasma marin, c’est à dire la dilution de 1/3 de plasma hypertonique dans 2/3 d’eau très faiblement minéralisée, régénère :

  le système gastrique,

  les intestins,

  la peau,

  le côlon…

Et par la même occasion aide à résoudre pratiquement toutes les affections liées à ces organes.

Voici un petit aperçu des minéraux qu’apporte un plasma marin digne de ce nom, et cela dans les proportions exactes du milieu intérieur organique :

  Magnésium

  Calcium

  Molybdène

  Rhodium

  Palladium

  Argent

  Cadmium

  Indium

  Antimoine

  Béryllium

  Silicium

  Vanadium

  Chrome

  Manganèse

  Fer

  Cobalt

  Iode

  Baryum

  Europium

  Gallium

  Germanium

  Sélénium

  Krypton

  Strontium

  Iridium

  Platine

  Or…

Les trois niveaux d’une cure

En fonction de votre état de santé actuel, la cure de plasma marin pourra être abordée de trois façons différentes :

1/ En hypertonie, correspondant à la consommation pure de 20 à 60 ml de Plasmatrice, que l’on conservera sous la langue tel un super oligothérapique.

Comprenez bien qu’à la place du traditionnel cuivre-or-argent utilisé pour renforcer les défenses immunitaires, il y a dans le plasma marin l’information de tous les minéraux de la création, c’est pourquoi votre palais devra prendre quelques minutes pour les assimiler correctement.

Mais cela uniquement à condition que vous ne souffriez pas :

  d’hypertension,

  de problèmes cardio-vasculaires,

  d’allergies,

  d’intolérance à l’iode,

  de psoriasis,

  ou d’eczéma.

Si vous souffrez de l’une de ces affections vous éviterez la forme hypertonique pour passer directement au niveau isotonique voire hypotonique, avant d’y revenir éventuellement lorsque votre état de santé se sera amélioré. 

Et si vous supportez déjà le niveau hypertonique, il conviendra toutefois de ne pas dépasser dix jours de cure, avant de prolonger avec le niveau isotonique.

2/ En isotonie, accessible absolument à tout le monde hors allergies ou hyperthyroïdie, la cure consiste en une prise journalière de 10 à 50 ml de dilution de plasma marin hypertonique dans de l’eau faiblement minéralisée, à hauteur de 1/3 de plasma pour 2/3 d’eau.  

Si au bout de quelques jours le processus de détoxication est positif et que votre corps en réclame davantage, rien de vous empêche alors d’augmenter les doses jusqu’à un litre de solution isotonique par jour, si besoin de régénération très important.

Quinze jours à trois semaines semblent un laps de temps suffisant pour ce type de cure, au moins avant de faire une pause et de recommencer au niveau qui vous convient le mieux en hyper, iso ou hypotonie.

3/ En hypotonie, la forme la plus légère, c’est une cure minérale très appréciable permettant de dynamiser l’eau de boisson quotidienne avec quelques gouttes de plasma marin.

Mis à part des problèmes liés à l’iode, la cure d’hypotonie peut être poursuivie plusieurs mois sans aucun risque.

D’ailleurs en cas de crise de détoxification due à une cure en hyper ou isotonie, il est conseillé de passer en hypotonie le temps que l’organisme s’habitue, tout en respectant le processus de détox.

Les recettes et applications complémentaires

Bien que la meilleure manière de mettre à profit les vertus du plasma marin soit sans aucun doute le jeûne, facilitant l’assimilation du message, il existe aussi des utilisations plus spécifiques :

  Avec un gaspacho de tomates tous les matins, ajoutez un bouchon de Plasmatrice.

  Remplacez votre sel de table par un peu de plasma marin.

  Ajoutez un bouchon dans vos jus frais préparés à l’extracteur, par exemple betterave-pomme-gingembre…

  Ou réalisez de véritables probiotiques au plasma marin, en préparant des légumes lacto-fermentés.

Les aliments lacto-fermentés

Ajoutant des vitamines K, C, et B aux nombreux colloïdes présents, les aliments lacto-fermentés sont une bénédiction pour les intestins et le tube digestif.

Neutralisant les bactéries pathogènes, ils facilitent la digestion et l’assimilation des nutriments tout en limitant l’impact des substances toxiques et éventuels métaux lourds dus à une médication chimique, ou à une exposition quotidienne à des sources de pollution.

Pour réaliser une bonne lacto-fermentation il conviendra tout d’abord de choisir un légume approprié, comme :

  betterave,

  radis noir,

  céleri rave,

  chou…

Mais rien ne vous empêche d’opter pour n’importe quel autre légume, fruit ou aromate, en fonction des goûts et des textures.

Un chutney de prunes en saumure par exemple, des gousses d’ail ou encore des morceaux de gingembre lacto-fermentés sont tout à fait réalisables.

Le mieux étant de varier les saveurs en mélangeant légumes et aromates…

La première étape consiste à couper les légumes choisis en tranches fines.

Une fois coupés, on les empile, bien  tassés, par couches successives, jusqu’à deux centimètres de haut, dans un bocal à conserves avec fermeture hermétique.

Pour la seconde étape on remplit le bocal avec le plasma main jusqu’à ce qu’il recouvre complètement les légumes, en faisant en sorte que les plus lourds empêchent les plus légers de remonter à la surface.

Fermez hermétiquement et placez à l’ombre et à l’abri des ondes, à température ambiante.

Lors de la troisième étape, on laisse simplement opérer la magie de la fermentation, en conservant le bocal immobile pendant 5 à 7 jours, à température ambiante.

Ensuite, placer le bocal dans un cellier ou une autre pièce relativement fraîche, à une température oscillant idéalement entre 15 et 19 °C, pour faire reposer la préparation trois semaines minimum.

On conservera un bocal fermé jusqu’à un an avant de l’entamer, mais une fois ouvert il est conseillé de le placer au frais et de le consommer en moins de deux semaines.

Les grandes contre-indications du Plasma de Quinton

Bien que nous parlions ici d’un remède absolument universel, qu’à ma connaissance il n’y en ait pas de plus respectueux de l’humain que la méthode utilisée par Alexandre Cron-Hiriart et Marc Josifoff, il convient tout de même de noter que le plasma marin ne sied malheureusement pas à tout le monde.

Peut-être pas en hypotonie, mais en hyper et isotonie il sera préférable de vous en passer si vous souffrez :

  d’hypertension artérielle,

  d’hyperthyroïdie,

  de nervosité,

  de surcharge ou d’insuffisance rénale,

  de troubles vasomoteurs,

  de lithiase et calculs. 

Dans tous les autres cas n’hésitez pas à profiter de l’été pour vous reminéraliser en profondeur.

 Jean-Baptiste Loin 

Puisé dans des vortex planctoniques à plus de 40 mètres de profondeur par simple effleurage, ce plasma hypertonique est filtré et préparé selon les préconisations de René Quinton, non chauffé, puis directement placé dans une bouteille en verre sans utilisation plastique ni métallique 

https://reponsesbio.shop/produit/plasmatrice/

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Les recettes au plasma marin"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
JM Coll
Invité
JM Coll

Il serait préférable de parler du Plasma de Quinton ou du QUINTON Isotonic qui sont les authentiques spécialités des Laboratoires Quinton ! D’ailleurs votre discours est complètement calqué de l’original du seul Laboratoire Pharmaceutique QUINTON.

R.L
Invité

merci monsieur RL

Louise
Invité

Merci

marie helene
Invité

à lire absolument💖

clelia
Invité

Merci 😊

wpDiscuz