Le Noni de Polynésie

2

Depuis des millénaires, les Polynésiens utilisaient une mystérieuse plante-miracle… ou qu’ils considéraient en tout cas comme hautement thérapeutique.

Chez nous, il y a une vingtaine d’années seuls les initiés la connaissaient sous le nom barbare de Morinda citrifolia… 

Aujourd’hui on ne parle que d’elle, mais à présent sous le nom de Noni, le médicament universel. 

Le Noni est un arbuste de six mètres, aux branches rigides à texture grossière portant des feuilles persistantes, ovales, vernissées et sombres. 

De petites fleurs blanches et odorantes éclosent hors de boutons en grappes qui portent des fruits de couleur blanc crème et charnus. 

La chair du fruit est typiquement amère lorsqu’elle est entièrement mûre. 

Depuis plusieurs siècles, le fruit du Noni est reconnu pour son excellente valeur nutritive, au point d’avoir été considéré comme aliment de base par les populations des îles Tonga, Raratonga, Samoa et Fidji. 

Les tribus aborigènes d’Australie consommaient également le fruit cru, agrémenté de sel. 

Quant aux feuilles, elles sont préparées en tant que légume par les habitants de Java.

Par ailleurs, leur résistance permet de les utiliser comme papillotes pour la cuisson du poisson. 

Alors que le fruit procure une source importante d’enzymes, les feuilles et les racines regorgent de protéines complètes contenant une large gamme d’acides aminés. 

De plus, la plante entière est riche en vitamine C et E, ainsi qu’en calcium, magnésium et zinc, sans parler des nombreux oligo-éléments, enzymes, alcaloïdes, cofacteurs et stérols végétaux qu’elle contient.

Mais ce sont évidemment les vertus strictement thérapeutiques de cette plante que les guérisseurs polynésiens avaient avant tout retenues. 

Ce n’est en effet pas pour rien qu’on l’a appelée la « plante précieuse du Pacifique Sud », la « plante sacrée » ou la « mère de toutes les plantes curatives »

À Hawaï et Samoa, notamment, les médecins l’utilisaient dans plusieurs applications médicinales, pour faire baisser la fièvre et soigner les infections respiratoires, traiter le diabète, les piqûres d’insectes et les brûlures.

Les Kahunas, sorciers traditionnels du Pacifique Sud, s’en servaient pour traiter les douleurs, les sinusites, l’arthrite, les troubles de la digestion, les refroidissements, le rhume, les maux de tête, les infections, les dysfonctionnements menstruels, les blessures et les maladies de peau.

Bref, les nombreux usages médicaux de cette plante ont fait du Noni le premier remède de toutes les peuplades polynésiennes durant plus de quinze siècles.

 

Une heureuse redécouverte

Comme presque toujours lorsqu’il s’agit de panacées naturelles, les temps modernes et leur pharmacopée chimique ont suscité un désintérêt total envers le Noni. 

Au début du 20ème siècle, la plante a été oubliée pendant plusieurs décennies, alors que les antibiotiques et les médicaments allopathiques faisaient leur entrée dans la communauté médicale.
les bienfaits du noni : fruit, feuille, racine...

La fascination pour cette plante miracle n’a donc cessé de diminuer… jusqu’en 1950 où l’on a constaté que le fruit présentait des propriétés antibactériennes, même contre l’E.coli qui est potentiellement très dangereux.

Par la suite, d’autres travaux effectués par un groupe de chercheurs lui ont découvert des vertus analgésiques.

Puis, la revue Cancer Letter a rapporté les découvertes faites à l’Université Keio et à l’Institut des Sciences Biomédicales du Japon, selon lesquelles un des constituants du Noni, appelé damnacanthal, était capable d’inverser les modifications cellulaires responsables du cancer.

Encore une autre étude, qui a fait date, a été présentée à l’Association américaine de Recherche sur le Cancer, en 1992. 

Il s’agissait ici d’une étude sur des souris. 

Tandis que des souris cancéreuses non traitées sont mortes au bout de neuf à douze jours – car le cancer avait progressé -, presque la moitié des souris traitées au Noni a survécu pendant cinquante jours ou plus. 

Cette expérimentation a montré que le Noni bloque la croissance tumorale tout en stimulant le système immunitaire.

L’essentiel de son action porte d’ailleurs sur les macrophages et les lymphocytes qui sont les composants vitaux des défenses naturelles. 

Toutefois, malgré ces nombreuses études, la commercialisation du Noni n’a commencé qu’en 1994.

C’est à un particulier du nom de Mich Tate que l’on doit de pouvoir consommer du Noni aujourd’hui. 

S’étant coupé sur un corail lors de vacances en Polynésie, il se trouva très vite soulagé par cette plante que lui avait conseillée un habitant.

L’expérience aiguisa sa curiosité, et il revint plusieurs mois plus tard pour étudier la possibilité de produire et de commercialiser le Noni à grande échelle. 

Finalement, Mich Tate fonda avec quelques associés la première d’une série de sociétés qui devaient diffuser cette plante miracle de par le vaste monde. 

 

Les incomparables qualités du fruit

Très rapidement, le jus de Noni, distribué sous différentes marques de qualités variables, fut populaire pour ses vertus médicinales. 

Il faut dire que le fruit et son jus contiennent deux des meilleurs antioxydants : la vitamine C et le sélénium

Mais il y a bien sûr de nombreuses autres substances qui agissent, elles aussi, contre les radicaux libres à l’origine des inflammations et des irritations.

C’est là la raison essentielle pour laquelle le Noni parvient aussi bien à réduire vos inflammations et à soulager vos douleur.

En fait, plus de cinquante composants différents ont été identifiés à ce jour dans le fruit. 

Parmi ceux-ci, on compte la sérotonine, le damnacanthal, les anthrquinones, les caroténoïdes, la morindine, les terpènes, le sitostérol, les glucosides, l’alizarine et l’acide ursolique. 

C’est cette richesse exceptionnelle qui fait que, partout dans le monde, nombre de gens boivent du jus de fruit à base d’extraits de Noni contre :

   l’hypertension, les vertus du noni

   les douleurs menstruelles, 

   l’arthrite, 

   les ulcères gastriques, 

   le diabète,

   la dépression…

Quel est donc le secret de cette plante puissante aux multiples vertus ? 

Bien qu’il n’y ait pas de réponse précise à cette question, des hypothèses ont été émises. 

Certains pensent que ses effets relèvent d’une synergie de l’ensemble des ingrédients naturels. 

D’autres estiment qu’ils résultent des alcaloïdes contenus dans la plante.

Le Dr Ralph Heinicke affirme que l’essentiel des vertus thérapeutiques du fruit vient de la proxéronine, un alcaloïde précurseur d’un composant vital, la xéronine. 

A quoi serviraient donc cette proxéronine et cette xéronine ?

A normaliser vos cellules anormales !

Ainsi, ce fruit constitue un moyen efficace et sûr pour pallier un déficit de xéronine, que la colère, le stress, les traumatismes, la maladie et les lésions ont tendance à faire diminuer. 

Enfin, les médecins qui se sont penchés sur la question ajoutent que si l’organisme pouvait être en permanence approvisionné en proxéronine, le besoin de sommeil serait moins important, car cet alcaloïde est produit durant le sommeil.

 

Une plante qui a plus d’une corde à son arc

Il faut savoir qu’autrefois les guérisseurs utilisaient toutes les parties de la plante pour guérir et renforcer l’organisme. 

Les feuilles et l’écorce étaient concassées et filtrées, et donnaient un jus que l’on prescrivait dans les troubles urinaires, les tuméfactions ainsi que les douleurs musculaires et articulaires. 

Les extraits de feuilles étaient employées pour réduire un flux sanguin excessif et entraver la formation de caillots, mais on les appréciait aussi pour traiter les inflammations cutanées.

Aujourd’hui, on sait que la feuille de Noni contient de l’acide ursolique qui est connu pour ses propriétés anticancéreuses, et du Bêta-sitostérol qui est capable de faire baisser de façon significative les taux de cholestérol trop élevés. 

Mais elle contient aussi d’autres composants aux propriétés anti-inflammatoires, antibactériennes, antivirales et anti-tumorales. 

Les composés chimiques trouvés dans la feuille de Noni constituent un large éventail d’agents pharmaceutiques, naturels mais puissants, ainsi que de nombreux acides aminés. 

Par ailleurs, certains minéraux et vitamines sont plus présents dans les extraits de feuilles que dans le jus. 

Ces extraits dépassent de façon significative les taux de phosphore, de fer, de calcium, de magnésium, de vitamine E, de vitamine K1 et de niacine contenus dans le jus. 

De plus, les extraits de feuilles possèdent un nombre impressionnant de protéines, alors que le fruit contient beaucoup plus d’acide ascorbique. 

Enfin, la feuille est riche en Bêta-sitostérol, en glucosides et en anthraquinones qui expliquent certains des effets impressionnant de la plante sur l’organisme. 

Quant aux racines, elles possèdent des vertus expectorantes et avaient une bonne place dans le traitement traditionnel des congestions et des membranes enflées. 

De plus, elles ont une action sédative naturelle et entraînent la baisse de la tension artérielle

La racine et l’écorce du Noni sont, d’autre part, très efficaces pour soulager les douleurs, les congestions et les constipations, et pour calmer le système nerveux central. 

 

Bien choisir votre produitbienfaits du jus de noni

Le Noni peut être acheté sous forme :

   de comprimés, 

   de jus de fruit, 

   de thés concoctés à partir des feuilles, 

   de concentrés de fruits lyophilisés, 

   d’extraits de jus encapsulés, 

   de comprimés à mâcher,

   d’huiles. 

Les produits à base de feuilles sont disponibles sous forme de comprimés pressés à froid et sont quelquefois mélangés à d’autres constituants du Noni qui contiennent un pourcentage de fruit, d’écorce, de racine et de graines.

Il est d’ailleurs effectivement plus judicieux, pour obtenir un maximum d’effet, de prendre une combinaison de jus, d’extraits de racines et de feuilles, surtout lorsqu’il s’agit de traiter une affection chronique.

Cela étant, chaque spécialité a sa spécificité. 

Les thés, par exemple, présentent l’avantage de libérer les composés thérapeutiques qui se trouvent dans la feuille de Noni. 

Après absorption, ces composés sont rapidement assimilés dans la circulation sanguine.

Attention : les thés à base de feuilles ou d’écorce doivent infuser plus longtemps que les thés normaux. 

Un autre avantage réside dans le fait que les sachets de thé peuvent être utilisés comme mini cataplasmes et placés directement sur des coupures, brûlures ou piqûres d’insectes… 

Les sprays concentrés, eux, peuvent être directement utilisés sur les zones enflammées ou être appliqués directement sur la langue. 

On peut aussi en faire des compresses, des douches oculaires, des irrigations nasales et des gargarismes. 

Les comprimés pressés à froid se présentent sous une forme plus pratique et peuvent être plus concentrés, ce qui est idéal pour la lutte contre vos maladies chroniques

Les feuilles à mâcher sont également excellentes pour les enfants et les sujets plus âgés qui ne seraient pas en mesure d’avaler les comprimés. 

Enfin, le jus de fruit de Noni procure à l’organisme un apport naturel et complet de toute une gamme synergique et équilibrée d’enzymes et de nutriments présents dans leur forme originelle.

 

Utilisation et contre-indications

Idéalement, le jus de Noni devrait être pris en doses séparées, dans un estomac vide avant les repas

Le processus de la digestion des aliments interfère en effet avec la valeur médicinale des composés alcaloïdes présents. 

Prenez donc votre Noni sans repas, sans café, sans nicotine et sans alcool

Si vous n’aimez pas leur goût prononcé, diluez les extraits de Noni dans du jus de canneberge ou de raisin pour les rendre plus appétissants. 

Vous conserverez la plupart des produits secs pendant un à deux ans, s’ils sont correctement emballés et stockés. 

Placez toujours les jus dans le réfrigérateur et conservez les autres produits dans un endroit frais et sec, à l’abri de la lumière.

Les extraits de Noni sont considérés comme sûrs s’ils sont utilisés conformément aux instructions. 

Au plan des contre-indications, les femmes enceintes ou qui allaitent devraient consulter leur médecin avant d’en prendre.

Par ailleurs, de trop fortes doses d’extraits de racines pourraient entraîner une constipation. 

De toute manière, tous les effets secondaires rapportés ont été jugés minimes et exceptionnels

Parmi eux, on peut citer de légers vomissements, des éruptions allergiques ou des diarrhées. 

Si vous constatez un quelconque effet secondaire, diminuez simplement la dose.

 

Propriétés du Noni

   Anti-congestif

   Anti-oxydant

   Anti-catarrheux

   Soulage la douleur 

   Réduit les inflammations

   Renforce le système immunitaire

   Nettoie l’appareil gastro-intestinal

   Régule la fonction cellulaire 

   Répare les cellules endommagées

   Améliore le transport de l’oxygène vers les cellules

   Augmente l’énergie et favorise la bonne humeur

   Inhibe certaines tumeurs et le développement du cancer

   Lutte contre les bactéries

   Abaisse la tension artérielle

   Purifie le sang… 

 Jan Kristiansen 


Pour soutenir Réponses Bio et nous permettre de rester un media indépendant, RDV sur notre page Tipeee en cliquant sur ce lien.

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Le Noni de Polynésie"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
BESSAN
Invité

Nous vous remercions pour tous vos détails concernant ce fruit miraculeux Noni. Comment peut-on combattre les troubles oculaires avec le noni?

Réponses Bio
Admin

Bonjour,

Le Noni, comme le Goji d’ailleurs, en tant qu’antoxydant est un excellent préventif des troubles et surtout des infections oculaires, comme les conjonctivites par exemple.

En application locale il peut toutefois être aussi curatif. Il faut alors faire décocter les fleurs de Noni et utiliser la tisane en bains d’yeux.

Jean-Baptiste

wpDiscuz