Thyroïde et Levothyrox, quelles alternatives naturelles ?

19
levothyrox thyroide solutions alternatives naturelles

Suite à un certain nombre de plaintes relayées par le remarquable travail de l’association de consommateurs qui est également à l’origine d’une pétition ayant rassemblé plus de 275 000 signatures, depuis quelques mois vous avez sans doute remarqué dans l’actualité une importante quantité de médias braquant leurs projecteurs sur les dangereux effets secondaires du Levothyrox, seul médicament proposé actuellement par l’industrie pharmaceutique pour traiter les troubles de la thyroïde.

Essayons d’y voir un peu plus clair sur cette situation cauchemardesque pour tous ceux ayant fait confiance au médicament, et étudions ensemble les alternatives.

Aux yeux de la rédaction et des centaines de milliers de lecteurs ayant lu mon article sur les soins naturels de la thyroïde, publié en 2010 et réactualisé en 2012, le fait que le Levothyrox soit dangereux n’est plus un scoop depuis longtemps.

Profitons-en quand même pour faire le point sur cette question qui n’en demeure pas moins brûlante compte tenu des ravages qu’elle entraîne, la rendant aussi présente dans les médias, qu’en son temps, le scandale du Mediator.

Si présente qu’elle aura fini par faire réagir la Ministre française de la Santé qui annonçait ces derniers jours la prochaine remise en circulation de l’ancienne version du Levothyrox suite à sa « demande express » auprès de l’ANSM (Agence Nationale de la Sécurité du Médicament).

Levothyrox nouvelle formule, info ou intox ?

Tandis que les débats « officiels » relayent la communication télévisuelle du Levothyrox, appuyée par de nombreux spécialistes triés sur le volet pour minimiser la gravité du changement de composition, la presse quotidienne est quant à elle plus volontiers orientée vers la gravité des effets secondaires dénoncés par des plaintes de malades.

Tout cela grâce à une récente pétition vivement menée par des consommateurs de Levothyrox, dont magistrats, chimistes, médecins et députés, ayant déjà atteint plus de 275 000 signatures.

Or, les effets secondaires de ce nouveau Levothyrox que la Ministre de la Santé a promis de retirer très rapidement du marché, étaient pratiquement tous  présents dans l’ancienne formule.

Toujours est-il que l’introduction dans ses composants de deux excipients inédits lui donne tout de même la particularité d’en déclencher les effets secondaires plus rapidement, tout en perturbant sérieusement l’équilibre hormonal.

Selon Philippe Even, Président de l’Institut Necker et défenseur de la pétition, la modification de l’excipient accompagnant le Levothyrox demandée par l’ANSM sous prétexte que l’ancien excipient rendait le principe actif « instable » : « …aurait dû être testée, et ne l’a pas été. Cette étude de bioéquivalence est à jeter ! »

Il est également d’avis que les deux nouveaux excipients ajoutés au Levothyrox auraient pour effet délétère de modifier la biodisponibilité du produit en augmentant le rythme de sa libération dans le corps.

Or, les conséquences de ce changement de rythmes ne semblent pas se limiter aux inquiétants effets annoncés depuis toujours sur la notice du médicament, elles entraîneraient aussi une variation hormonale, aboutissant à son tour à quantité d’autres problèmes pouvant s’avérer tout aussi handicapants et graves.

Mais en réalité, ce qui est vraiment mis en évidence, c’est la problématique du médicament lui-même, devenant simplement plus visible aux yeux des quelques trois millions d’usagers.

Usagers qui auraient pu ne pas se rendre compte des mêmes réactions apparues sporadiquement et diluées dans le temps.

Bien que de nombreux abonnés de Réponses Bio aient laissé ici des commentaires à propos de l’ancienne formule du Levothyrox, témoignant de problèmes similaires largement marqués.

La corrélation entre les effets secondaires et la diminution de la bonne santé des patients étant maintenant publiquement connue, ce scandale couvant depuis de nombreuses années peut enfin éclater.

A moins, bien évidemment, que l’industrie pharmaceutique ne fasse une nouvelle fois preuve de son autorité sur le gouvernement, en forçant la commercialisation de nouveaux médicaments de synthèse qu’ils pourraient s’apprêter à tester sur les malades.

Les alternatives… naturelles

Comme je le disais, j’ai pour ma part conscience du danger particulier que représente ce médicament depuis la création de Réponses Bio en 2010, après avoir rédigé un article, initié par une lectrice me demandant conseil suite à son expérience désastreuse avec le Levothyrox.

Si vous ne l’avez pas encore consulté vous trouverez cet article juste ici.

Cependant, malgré le fait que des dizaines de milliers de lecteurs aient rejoint nos abonnés après en avoir pris connaissance, pour beaucoup d’entre eux l’approche holistique des médecines naturelles demande un investissement de temps, un budget, ainsi qu’un effort de documentation largement plus important que ce que propose le protocole allopathique.

Néanmoins il existe bel et bien une passerelle naturelle, qui, même si elle ne doit absolument pas s’employer aveuglément, permet un traitement pratiquement aussi facile que l’allopathie.

Pour peu que qu’elle soit effectivement efficace, cela signifierait qu’elle est en mesure de vous apporter des résultats équivalents ou supérieurs, sans les effets secondaires.

Pourtant, bien que je sois intimement convaincu de l’efficacité de cette gamme de compléments nutritionnels formulés par le Docteur Willem, ayant également publié un ouvrage très complet sur les troubles de la thyroïde, n’étant pas moi-même atteint de troubles thyroïdiens il m’est difficile d’en juger objectivement avec certitude.

En dehors de la question fondamentale de l’absence d’effets secondaires, comment être absolument certain du bien fondé de ces conseils ?

Pour répondre à cette question considérons tout d’abord le fait que l’article du conseiller scientifique du laboratoire Phyt-Inov a été publié depuis plus d’un an, et depuis, un certain nombre des lecteurs ayant suivi ses recommandations m’ont confié avoir ressenti une rapide amélioration.

Sans oublier le fait que je connais l’attention porté aux détails et la qualité des ingrédients de ce laboratoire, pour l’avoir largement étudié à travers notre charte de sélection.

Enfin, et c’est peut-être ce qui me semble le plus parlant, le témoignage des lecteurs de Réponses Bio ayant testé cette solution, dont celui de Marie-Hélène Magnin… que voici.

Pourquoi se fier à des statistiques tronquées, lorsque, comme nous l’avons vu dans la récente affaire du Levothyrox, l’expérience des consommateurs est bien plus parlante ?

Ayant longtemps souffert de troubles thyroïdiens, Marie-Hélène a eu la chance d’éviter le Levothyrox pour lui préférer le Thyrégul dès qu’on lui a diagnostiqué la présence d’une anomalie.

Elle a généreusement accepté de partager son expérience avec nous :

JB : Marie-Hélène Bonjour

MH : Bonjour

Si je ne m’abuse, on vous a diagnostiqué l’année dernière des problèmes thyroïdiens, pouvez-vous nous en dire plus ?

Oui effectivement, j’étais à fleur de peau comme on dit, souvent énervée avec de violentes sautes d’humeur, mais à ce moment-là je ne savais pas encore que ça pouvait être lié à des troubles de la thyroïde.

Justement, comment avez-vous pris conscience que ces réactions étaient liées à un déséquilibre thyroïdien ?

En fait, j’ai découvert qu’une bonne partie de ma famille avait des troubles de la thyroïde, c’est la raison pour laquelle j’ai décidé de faire un dépistage.

Et il s’est effectivement avéré par la suite que je souffrais d’une thyroïdite.

Quelle a été votre première réaction ?

Eh bien je suis allée voir le médecin qui m’a préconisé du Levothyrox, et, étant lectrice de Réponses Bio, j’ai préféré attendre et me pencher sur les compléments alimentaires qui y sont présentés.

Et je dois dire que c’est efficace, je sens une amélioration et ça s’arrange régulièrement !

Quels compléments avez-vous choisi pour équilibrer votre hypothyroïdie ?

Alors il y a le Thyrégul et l’Imunoregul, que je prends respectivement deux et trois fois par jour depuis bientôt un an.

Pouvez-vous décrire plus en détails les changements que vous ressentez ?

Comment dire, je sens vraiment que ça s’arrange petit à petit.

Par exemple on m’avait diagnostiqué un nombre d’anticorps trop élevé, et maintenant ils se sont régulés.

Aussi, je n’ai presque plus les aller-retour entre des états d’hypo et d’hyperthyroïdie que je ressentais régulièrement.

Je ne pense pas que ce soit encore parfait, mais je me sens un petit peu mieux chaque jour.

Au bout de combien de temps avez-vous commencé à ressentir des effets positifs ?

C’est difficile à dire, mais peut-être un mois, deux ou un peu plus.

Est-ce que vous suivez un régime ou prenez d’autres formes de médication pour votre thyroïde ?

Je pense qu’il faut que je fasse attention à ne pas manger trop de gluten, de soja, ou de choux.

Alors pour le soja c’est réglé je l’ai pratiquement aboli, mais je mange quand même encore les choux de mon jardin que j’aime tant, et je n’ai pas envie de me passer totalement de pain.

Peut-être que si je faisais plus attention à ces détails et à mon alimentation je serais au top.

Sinon je ne prends absolument pas d’autre complément ou médicament ni pour la thyroïde, ni pour rien d’autre d’ailleurs.

Marie-Hélène merci pour votre témoignage.

Avec plaisir Jean-Baptiste.

***

Une approche prudente et réfléchie

Si vous prenez actuellement du Levothyrox, je vous invite également à une grande prudence.

Non pas seulement à cause des effets secondaires et des désastreuses répercussions sur votre équilibre hormonal, mais aussi parce qu’interrompre brutalement le traitement de cette hormone de synthèse pourrait entraîner des réactions pires encore que celles vous ayant poussé à l’arrêter.

Par ailleurs, commencer un traitement naturel pendant que l’on prend un traitement de synthèse risque de nuire à l’efficacité du nouveau remède, il est donc préférable d’en avoir connaissance avant d’en juger les résultats.

Pour ces raisons il me semble que discernement et patience seront nécessaires en fonction des cas.

Une fois sevré, vous aurez alors tout loisir d’y réfléchir à deux fois, avant de vous y faire prendre à nouveau.

Et, pour vous aider à nourrir cette réflexion qui me semble des plus naturelles, voici un bref rappel des solutions proposées par le Docteur Willem.

Toutefois au cas où vous ne l’auriez pas encore lu, il pourra vous être utile de prendre connaissance de l’article complet en vous rendant sur cette page.

Les symptômes et les solutions naturelles

  • L’Hypothyroïdie

  Etat général : fatigue et difficulté à démarrer le matin, sensibilité au froid, variation du poids, rétention d’eau, peu de transpiration, hypoglycémie, visage bouffi.

  Système nerveux et cerveau : ralentissement du psychisme, dépression, migraine, irritabilité, nervosité, instabilité émotionnelle, mauvaise mémoire et concentration, insomnie, vertige, impression d’avoir le cerveau dans le brouillard, raisonnement lent.

  Yeux/oreilles : vision floue et trouble de l’audition avec vertige.

  Digestion : constipation, digestion difficile, flatulences.

  Système sexuel : problèmes menstruels, syndrome prémenstruel, règles trop ou peu abondantes, fausses couches à répétition, seins fibrokystiques, perte de la libido, stérilité.

  Gorge/voix : élocution lente, voix rauque, langue épaisse.

  Système cardio-vasculaire : brachycardie, palpitations, battements de coeur lents, faibles.

  Système immunitaire : faiblesse immunitaire, infections récurrentes.

  Muscle/squelette : arthralgie, myalgie, lombalgie, mouvements lents, faiblesse, crampes et douleurs musculaires, articulations raides ou douloureuses, tendinites résistantes.

Phanères : perte de cheveux et de la queue du sourcil, cheveux secs, peau sèche, pâleur des lèvres et de la peau, acné chez l’adulte, cicatrisation lente, ongles cassants.

Compléments

Quiet full (contre le stress), 2 fois 2 gélules.

Thyrégul : 2 gélules par jour loin des repas. Stimule les hormones thyroïdiennes. Remplace avantageusement le Lévothyrox (Lévothyroxine).

Il agit sur la T4, hormone peu active, qui doit être convertie en T3, active avec l’apport de 5 cofacteurs que contient le Thyrégul.

Parallèlement et progressivement, diminuer Lévothyrox.

Orthoflore : pour relancer la flore intestinale : 1 gélule le matin avant le petit-déjeuner. 2 cures de 3 semaines par trimestre.

Afalg : l’algue aphanizoménon est l’aliment le plus complet de la planète contenant 115 micronutriments.

Elle comble toutes les carences et dépollue l’organisme. 

A raison de 2 gélules pendant 2 jours, puis 2 fois 2 gélules pendant 15 jours, puis 3 fois 2 gélules. 

Huiles essentielles

On dispose de deux huiles essentielles :

HE de clou de girofle et HE de myrte vert : 2 gouttes de chaque sur support comme une mie de pain ou un quart de morceau de sucre.

Acheter un flacon de 5 ml de chaque.

Gemmothérapie

Bouleau (Betula pubescens) et amandier (Prunus amygdalus).

Bourgeons macérat glycériné ID, flacon de 120 ml ou 250 ml, 2 fois 40 gouttes + eau.

Les maladies auto-immunes, une hyperactivité immunitaire

Tandis que la maladie de Basedow est une hyperthyroïdie auto-immune, de plus en plus fréquente, la thyroïdite d’Hashimoto touche avant tout les femmes d’âge moyen.

Le diagnostic repose sur l’association d’un goitre à des taux élevés en antiTPO (anticorps antithyropéroxydases et anti-thyroglobuline).

Les concentrations des hormones thyroïdiennes et de la TSH peuvent être normales.

Cette maladie débute souvent par une hyperthyroïdie accompagnée parfois de problèmes oculaires.

Le plus souvent, la TSH est trop élevée et le taux des deux hormones thyroïdiennes, T3 et T4, signent un état d’hypothyroïdie.

Cette maladie peut être associée à d’autres maladies auto-immunes  comme :

  insuffisance surrénalienne,

  diabète de type I,

  vitiligo,

  pelade.

Traitement de la maladie d’Hashimoto

Pour neutraliser le contexte auto-immun, la médecine officielle est inopérante.

En médecine naturelle, on recourt à un complexe de nutriments composés de stérols, de stérolines ou phytostérols, d’huiles essentielles de Ciste ladanifère et de Laurier noble, contenu dans l’« Immunorégul ».

Il se consommera à raison de 2 gélules 30 mn avant les trois repas pendant 1 semaine, puis 2 gélules par jour de longs mois.

Huiles essentielles

HE Girofle (clou) 25 mg

HE Myrte vert 25 mg

HE Ciste ladanifère 25 mg

A consommer par voie interne (avec huile neutre ou support) deux fois par jour, pendant un mois, à renouveler.

En plus du traitement de l’hypothyroïdie présenté dans le paragraphe suivant.

Changement nutritionnel

Le régime hypotoxique du Dr Jean Seignalet peut éteindre la maladie auto-immune mais est sans effet quand les cellules sont détruites (forme atrophique).

Privilégier une alimentation crue et biologique.

Eviter les céréales.

  • L’hyperthyroïdie

Symptômes

La maladie se manifeste alors par :

  un degré plus ou moins important d’hyperactivité, souvent peu productive,

  des troubles du caractère,

  une fatigue avec essoufflement lié à la diminution de la masse musculaire,

  un petit tremblement des extrémités

  et, parfois, une accélération du transit intestinal (diarrhée) avec une intolérance à la chaleur (thermophobie).

Au repos, le rythme cardiaque est supérieur à 90 pulsations par minute.

A cette accélération du pouls s’associe parfois une augmentation de la tension artérielle et des contractions anarchiques du cœur (les extrasystoles).

Ces dernières donnent une sensation désagréable au niveau de la poitrine.

Ces anomalies transitoires du rythme cardiaque peuvent devenir permanentes.

La tachycardie est toujours présente.

Son absence devrait faire discuter ce diagnostic.

Autres signes cliniques :

  nervosité (sautes d’humeur, insomnie),

  amaigrissement malgré un bon appétit,

  troubles génitaux (espacement des règles),

  chute du cholestérol.

Traitement alternatif de l’hyperthyroïdie 

Traitement hormonal substitutif à vie, ablation de la glande thyroïde ou irradiation, les protocoles médicaux classiques ne font pas dans la dentelle.

Les effets secondaires foisonnent.

Les thérapies chimiques ne tiennent pas compte de la spécificité de chacun, du terrain, des pathologies annexes.

Gemmothérapie

Bourgeons macérat glycériné ID (flacons de 125 ml ou 250 ml) :

La viorne (Viburnum lantana) qui agit sur l’axe diencéphalo­thyroïdien (Basedow, hyperthyroïdie) : 50 gouttes + eau, le matin.

L’aubépine (Crataegus oxyacantha) est un sédatif du système nerveux central. Elle équilibre le système vago-sympathique. Son action s’exerce dans la tachycardie, l’arythmie, les palpitations, les extrasystoles : 50 gouttes + eau, le midi.

Le cornouiller sanguin (Cornus sanguinea) agit au niveau glandulaire. Il est indiqué dans l’hyperthyroïdie, dans l’apparition du goitre euthythyroïdien et les phénomènes de dysendocrinie : 50 gouttes + eau, le soir.

Huiles essentielles

On dispose de 4 huiles essentielles :

HE Myrrhe, HE Cumin des prés, HE Marjolaine des jardins, HE Petit calament des montagnes.

Acheter un flacon de 10 ml. Mettre 3 gouttes du mélange sur un support (comprimé de lactose, un quart de morceau de sucre ou dans une cuillère à café d’huile d’olive) avant les repas.

Maladie de Basedow

Ajouter Immunorégul :

2 gélules 30 mn avant les trois repas pendant une semaine, puis 3 fois 1 gélule durant de longs mois. 

Huiles essentielles par voie orale

HE Myrrhe 25 mg

HE Marjolaine des jardins 25 mg

HE Ciste ladanifère 25 mg

Excipient qsp 1 gélule GR, 60 gélules, 2 fois 1 gélule pendant un mois.

A renouveler régulièrement

+ traitement de l’hyperthyroïdie.

***

Après avoir retrouvé un certain équilibre général, ou si vous en éprouvez le besoin en complément à ces solutions, vous pourrez appliquer les conseils diététiques comme toutes les autres thérapies naturelles présentes dans mon article d’avril 2012.

Jean-Baptiste Loin

Afin de simplifier les différents protocoles, voici les remèdes présentés dans cet article en fonction des troubles de la thyroïde :  

  Hypothyroïdie

Compléments :

Quiet full

Thyrégul

Orthoflore

Afalg

Immunorégul

Gemmo :

Bouleau (Betula pubescens) 

Amandier (Prunus amygdalus)

   Hyperthyroïdie

Compléments :

Immunorégul

Gemmo :

Viorne (Viburnum lantana)

Cornouiller sanguin (Cornus sanguinea) 

Poster un Commentaire

19 Commentaires sur "Thyroïde et Levothyrox, quelles alternatives naturelles ?"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
sophie
Invité
sophie

Merci beaucoup pour cet article. Les substituts présentés ici stimulent la thyroïde ou ce qu’il en reste mais qu’en est-il pour celles et ceux, nombreux, qui n’ont plus du tout de thyroïde? mon médecin homéopathe, sensibilisé à cette question, m’a répondu que nous ne pouvions pas hélas nous passer d’hormone de synthèse.

Cer
Invité

Bonjour,
Pourriez-vous m indiquer quels traitements naturels prendre justement pour nettoyer les intoxications a un médicament pris de longue date ? Cela fait 20 ans que je n ai plus de thyroïde et que je prends du levothyrox.
Merci.

Michèle-Anne
Invité
Bonjour, Merci pour ce mail très intéressant. Par contre, j’ai une question, je ne sais pas trop comment procéder je suis en hypothyroïdie et traitée par lévothyrox depuis 12 ans et je ne supporte pas ce traitement et encore moins la nouvelle formule. J’ai déjà essayé le thyrégul et j’en ai parlé à mon médecin traitant qui me l’a déconseillé. Aujourd’hui je souhaite arrêter le lévothyrox et revenir au thyrégul, pouvez vous me dire précisément ce que je dois prendre chaque jour et comment arrêter progressivement le lévothyrox, dans votre article vous parlez de gemmothérapie, dois-je combiner aussi avec le… Lire la suite »
Annie
Invité

Bonjour,

J’ai lu avec intérêt votre article concernant le lévothyrox Personnellement je le prends depuis 32 ans ( après une thyroïdectomie totale cancer de la thyroïde métastasé) traitement par iode 131 (radioactivité) et je passe les nombreuses interventions chirurgicales qui ont suivi
Sauf erreur de ma part, les propositions exposées à ce sujet ne concernent que les personnes ayant encore leur thyroïde qui pour moi représente la centrale «  »nucléaire » » et les intestins récoltent les déchets de cette centrale
Que me conseillez vous dans ce cas bien précis ????
avec tous mes remerciements pour votre étude et conseils

Jacqueline
Invité

Merci

Marie Anne
Invité

Bonjour,
Je viens de lire votre article sur le Levrothyrox….je moi même atteinte depuis de nombreuses années de « Hashimoto » , de vitiligo…..sous L-Thyroxine…..je me demandais si je pourrais remplacer ces gouttes quotidiennes par les produits que vous conseillez …où les acheter?…les 3 H.E conseillées à 25 mg sont à demander en pharmacie?
J’aimerais m’abonner à votre revue papier …et..particulièrement à celle traitant des pbs évoqués
Merci de bien vouloir me renseigner…
J’attends votre réponse avec impatience.
Merci beaucoup encore et encore

isabelle
Invité
isabelle

Votre article est très intéressant mais quand je vois le prix des produits que vous conseillez il me sera malheureusement impossible de les acheter pour remplacer mon traitement chimique!

Solange
Invité
Bonjour, Suite à votre article sur le Levothyrox, je suis déçue que vous ne parliez pas du cas des personnes qui n’ont plus du tout de thyroïde … Dans ce cas précis, quelle est la solution naturelle ? Dans mon cas, il m’en reste un tout petit bout (que j’ai insisté pour garder) mais j’ignore s’il fonctionne encore. J’habite en Belgique et je prends de la L-Thyroxine (100 mg). Le formule de la L-Thyroxine a elle aussi changé il y a un an (ou un peu plus ?). Pour ma part, je n’ai ressenti aucun changement (apparemment, ça n’a pas… Lire la suite »
Deblangy Palacin
Invité
Merci de dire que les effets secondaires sont les mêmes avec l’ancienne formule ,j’avais la maladie de basedow et je suis passée en hypo après une prise IODEradioactif ,j’ai toujours ma thyroîde et prends du lévothyrox 25 ,j’ai eu des effets secondaires surtout fatigue ingérable avec l’ancienne formule ,quelque soit la formule le lévothyrox est instable ,je prends des compléments alimentaires ex sélénium ,magnésium …..J’ai pu arrêter le lévothyrox pendant six mois ! sans incident particulier .JE VIENS DE COMMENCER LA NOUVELLE FORMULE ! depuis une semaine Et j’ai bien l’intention petit à petit de me passer du lévothyrox .Pour… Lire la suite »
Jennifer
Invité

Bonsoir Jean Baptiste et merci pour vos articles.

En ce qui concerne les problèmes de thyroïde, qu’en est-il pour les personnes qui se sont fait RETIRER la thyroïde pour différentes raisons plus ou moins valables? Il y a-t’il là aussi une alternative au Levothyrox? Je connais le cassis et l’avoine en phytothérapie, mais à part ça…

Merci pour votre réponse.

Christiane
Invité

Merci pour vos précieux conseils .

trackback

[…] Thyroïde et Levothyrox, quelles alternatives naturelles ?: Suite à un certain nombre de plaintes relayées par le remarquable travail de l’association de consommateurs qui est également à l’origine d’…Source […]

Elisabeth
Invité
Elisabeth

Bonjour,
ces traitements naturels sont ils envisageables (en remplacement à moyen terme) du « levothyrox » quand on a subi une ablation totale de la thyroïde ?
Pouvez vous me renseigner ? Merci
PS/ les produits Phyt invo je connais certains d’entre eux. Ils sont excellents !

trackback

[…] Source : Thyroïde et Levothyrox, quelles alternatives naturelles ? Réponses Bio […]

wpDiscuz