Une plante hépatique d’Amérique du sud

5
Cynara cardunculus, d'où l'on extrait la silymarine

Elle est souveraine dans les régimes amaigrissants, comme en cas de stress, de fatigue, de convalescence, d’hypercholestérolémie, de problèmes de fertilité, et surtout de dégénérescence hépatique…

Une plante sauvage d’Amérique du sud, très abondante sur les rives du Rio de la Plata, mais aussi acclimatée en France, le Cynara Cardunculus, donne une huile dont les propriétés médicinales se sont avérées nombreuses et exceptionnelles.

Hépatite, cirrhose, alcoolisme, tabagisme, toxicomanie, intoxication pharmaceutique, diabète, obésité, sont en effet très rapidement améliorés par cette huile remarquable.

Ses propriétés hautement thérapeutiques, l’huile de Cynara Cardunculus les doit :

  → à sa richesse en acides gras essentiels insaturés (85%),

  → à ses vitamines (E, F, et provitamine A),

  → à sa haute teneur en Silymarine.

La Silymarine est un régénérateur et un détoxifiant très puissant de la cellule hépatique.

Elle a donc un pouvoir d’entretien des fonctions hépatiques, que les personnes soucieuses de maintenir leur foie en bon état apprécieront grandement.

Or, l’huile de Cynara Car­dunculus est la seule, actuellement, à posséder de la Silymarine en solution.

De plus, la Silymarine appartient au groupe des flavonoïdes, ces piégeurs de radicaux libres responsables de certains cancers et du vieillissement de la peau.

Utilisée comme produit de base dans des préparations cosmétiques, l’huile de Cynara Car­dunculus contribue grandement à l’équilibre cutané.

En usage interne, elle évite l’oxydation des cellules destructrices de cellules cancéreuses.

Mais elle a encore bien d’autres propriétés.

 

Un flavonoïde très efficace

La Silymarine, composée de trois isomères, ne présente aucune toxicité.

Au contraire, c’est un agent hépato-protecteur très utile au plan thérapeutique, car elle augmente l’activité métabolique des cellules hépatiques en stimulant le RNA polymérase ADN et la synthèse protéique.

  → Préventivement, elle antago­nise les effets toxiques produits sur le foie par certains poisons.

  → Cura­ti­ve­ment, elle peut être utilisée dans les trou­­­­­­­bles fonct­ion­­­nels de la digestion observés durant les hépatites, dans les troubles dus à l’ingestion d’alcool ou à des traitements phar­­­maceutiques…

On lui reconnaît toutefois un effet protecteur plus particulièrement spectaculaire dans les cas de foie éthylique.

Ce type de foie présente une série de lésions constituées par des altérations de mitochondries, que l’administration de Silymarine réduit assez rapidement.

Les études cliniques ont démontré qu’après une à deux semaines de traitement, l’invasion de l’hépatocyte par la graisse commençait à régresser, que la synthèse des protéines augmentait et que les mitochondries cessaient d’être altérées.

Autrement dit, la Silymarine permet un rétablissement très rapide, avec diminution du volume du foie et de la rate, lorsqu’ils sont hypertrophiés.

Par ailleurs, on constate, chez la plupart des sujets traités, une reprise de l’appétit, et la disparition de l’asthénie, des troubles digestifs et des douleurs.

Pendant les tests et au cours des observations cliniques, la Sily­ma­rine a toujours été parfaitement tolérée et n’a entraîné aucun effet secondaire, tout au plus un léger effet laxatif et diurétique a-t-il été quelquefois signalé.

 

Activité de l’huile de cynara cardunculus

  → Augmentation du taux de prostaglandines PGE1 impliquées dans le processus de coagulation et d’agrégation plaquettaire, et dans l’équilibre de la peau.

  → Augmentation de la production de l’hormone de croissance.

  → Augmentation de la production de la prolactine et de l’hormone lutéinique et folliculaire nécessaire dans le processus du cycle menstruel.

  → Maintien de l’intégrité de la membrane mitochondriale.

  → Augmentation de la synthèse protéique des mitochondries hépatiques, et régénération du parenchyme hépatique.

  → Captation des radicaux libres.

  → Protection contre l’oxydation des cellules responsables de la destruction des cellules cancéreuses.

 Jan Kristiansen 

Pour soutenir Réponses Bio et nous permettre de rester un media indépendant, RDV sur notre page Tipeee en cliquant sur ce lien.

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Une plante hépatique d’Amérique du sud"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Françoise BUSA
Invité
Françoise BUSA

Merci à ceux qui pourront m’envoyer des infos sur l’hypertthrodie et comment éviter le lévotyrox si c’est possible bien sûr.
Je vous remercie

gletti
Invité
gletti

trouver un bon homéopathe, le mien est à nantes
je fais de l’hypothyroÏdie soigné par une poudre je suis contre le lévotyrox

Samuel Rechou
Invité
Samuel Rechou

Ou trouver le cynara carduculus?????????g des troubles hépatiques assez grave et je cherche une solution mon taux de plaquettes était descendu a 2000 et sous plaquenil mon taux remonte difficilement ça fait deux ans…

Réponses Bio
Admin

Bonjour,

Normalement, vous devriez pouvoir trouver le cynara cardunculus en boutiques de diététique… mais à condition que vous ayez affaire à un vendeur qui s’y connaisse car les compléments nutritionnels concernés ne sont pas connus comme « cynara cardunculus » mais sous une marque, comme par exemple Hepaceutic de Phytoceutic.

Jean-Baptiste

Dr. Ahmed MAROUANI
Invité
Dr. Ahmed MAROUANI

sans aller très loin au Brésil, Cynara cardunculus existe partout en Afrique du Nord surtout en Tunisie

wpDiscuz