Et si vous pensiez à votre cholestérol ?

0
comment faire baisser taux de cholestérol avec les médecines naturelles ?

Certains minéraux, vitamines, phytothérapiques et autres compléments nutritionnels permettent d’équilibrer les taux de bons et de mauvais cholestérols…

Et, bien sûr… de prévenir par la même occasion de nombreuses maladies cardio-vasculaires.

Bien qu’un excès de cholestérol ne puisse être réellement soigné qu’en s’attaquant à sa cause, insuffisances rénale ou thyroïdienne, contraception hormonale ou autres, il est souvent utile, voire indispensable, de faire baisser le taux sanguin de ce lipide indésirable dans les meilleurs délais.

Il faut toutefois rappeler qu’il existe deux types de cholestérol, le HDL appelé « bon cholestérol » dans la mesure où il ne se fixe pas sur les artères, et le LDL, le « mauvais » qui favorise l’athérosclérose.

Ce n’est donc pas le cholestérol qu’il faut diminuer, mais les LDL et HDL qu’il convient d’équilibrer, en sachant que le bon cholestérol ne doit pas être inférieur à 0,35g par litre de sérum, et le mauvais supérieur à 1,90g.

Cela étant, les analyses sanguines comprennent évidemment, en plus des taux de ces deux cholestérols, celui des triglycérides qui jouent, bien évidemment, un rôle des plus importants.

Aujourd’hui, de nombreux compléments nutritionnels sont à la disposition du public pour équilibrer intelligemment les deux cholestérols et faire éventuellement baisser le taux des triglycérides.

Mais il convient naturellement d’accompagner une telle supplémentation par un régime alimentaire dépourvu de graisses animales et réduit en graisses végétales cuites.

 

Phytostérols

Les phytostérols, ou stérols végétaux, jouent le même rôle dans le monde végétal que le cholestérol dans le monde animal. Ils ne sont pratiquement pas absorbés par la muqueuse intestinale mais, lorsqu’ils sont pris avant les principaux repas, ils s’opposent à l’absorption du cholestérol.

Mieux encore, cet effet porte à la fois sur le cholestérol alimentaire et sur le cholestérol endogène sécrété par la bile.

Au niveau du mécanisme moléculaire mis en jeu, il semblerait que les phytostérols prennent la place du cholestérol au niveau des micelles formées avec les sels biliaires, et interfèrent avec l’incorporation du cholestérol dans les cellules intestinales.

Au final, le cholestérol non solubilisé dans les micelles et non absorbé par la muqueuse intestinale se retrouve éliminé dans les selles.

En réponse à la diminution d’absorption intestinale du cholestérol, le foie accroît alors la synthèse du cholestérol endogène, mais cela ne suffit pas à compenser la réduction de l’absorption du cholestérol exogène.

De plus, le foie augmente le nombre de récepteurs au mauvais cholestérol LDL, ce qui conduit à la fois à un abaissement du cholestérol total et du LDL-cholestérol.

Le taux de bon cholestérol HDL reste, quant à lui, inchangé.

 

B-Glucaline

Des travaux effectués en double-aveugle par le Dr. Gideon Earon ont démontré que les fibres contenues dans le B-Glucaline réduisaient le taux de cholestérol et de triglycérides dans des proportions importantes dans la quasi-totalité des cas.

Ces fibres aident à la régulation du transit, améliorent la digestibilité des nutriments, mais surtout permettent de fixer les corps gras, et facilitent ainsi leur élimination.

De plus, la présence de dérivés de l’acide citrique inhibe la lipogénèse et contribue à une certaine diminution de l’appétit.

Toutefois, c’est à son B-Glucane que cet excellent produit doit l’essentiel de ses vertus lipotropiques.

En augmentant la viscosité du contenu gastro-intestinal, le B-Glucane diminue en effet la diffusion et l’absorption des acides biliaires et du cholestérol par chélation des graisses.

Aucun effet secondaire indésirable n’a été constaté ; et, au contraire, le B-Glucaline aide, de surcroît, au processus de la digestion.

 

Policosanol

Le policosanol, tiré de la canne à sucre, est une alternative aux statines qui sont les médicaments le plus fréquemment utilisés pour réduire le cholestérol mais ont d’importants effets secondaires.

Les études ont prouvé que vingt milligrammes de Policosanol par jour diminuent le taux LDL de 30% et augmente celui de HDL jusqu’à 25%.

De plus, une étude comparative a montré que cette même dose était aussi efficace que 100mg d’aspirine pour réduire l’agrégation plaquettaire.

 

Acide alpha lipoïque

Ce célèbre antioxydant est un champion du nettoyage organique puisqu’il élimine de très nombreux radicaux libres, chélate plusieurs métaux toxiques, et diminue jusqu’à 40% le taux de cholestérol total et jusqu’à 42% celui de cholestérol LDL.

C’est donc un véritable médicament qui réduit de 75% l’incidence des lésions dans l’athérosclérose et peut également être utilisé dans le cadre des complications du diabète.

On préférera simplement l’employer sous sa forme R, plus puissante que la forme S.

 

Curcumine

Extraits du curcuma, les curcuminoïdes sont des colorants dont on tire l’additif, totalement naturel, nommé « E 100 »… et dont le composé majoritaire est la curcumine, un extraordinaire complément nutritionnel.

Employé traditionnellement dans la médecine ayurvédique, le curcuma était, entre autres, prescrit pour soigner la jaunisse, faire fondre les graisses et faciliter la digestion.

Mais, plus récemment, les étonnantes propriétés thérapeutiques de la curcumine ont été prouvées scientifiquement et l’on a démontré qu’elle réduisait efficacement le cholestérol en stimulant la sécrétion biliaire.

On se procurera des compléments nutritionnels à base de curcumine dans les réseaux diététiques et parapharmacies où ils sont proposés en tant qu’antioxydants, anti-inflammatoires et anti-cholestérols.

 

Cynara cardunculus

Riche en acides gras essentiels insaturés, en vitamines et en silymarine,  le Cynara cardunculus est une plante sauvage d’Amérique du sud dont l’huile a de nombreuses propriétés médicinales, notamment sur la sphère hépatique mais aussi en cas de diabète, d’obésité… et d’hypercholestérolémie.

Distribuée en magasins de diététique et parapharmacies, cette huile conditionnée en softgels diminue donc le taux de mauvais cholestérol et augmente les prostaglandines PGE1 impliquées dans le processus de coagulation et d’agrégation plaquettaire, ce qui en fait un excellent préventif cardio-vasculaire.

 

EDTA

L’EDTA, ou acide éthylène diamine tétra-acétique, est un puissant antioxydant particulièrement efficace pour réduire la peroxydation des lipides, une cause majeure de l’athérosclérose.

Mais c’est aussi un excellent chélateur du calcium qui s’accumule dans les parois vasculaires en concentration croissante avec l’âge, durcissant les artères et la plaque d’athérome qui bloque le flux sanguin.

Enfin, l’EDTA réduit le cholestérol sérique de 20% ou plus en quelques semaines, et contribue à normaliser la tension.

 

Garcinia cambogia

Fruit d’un arbre originaire du sud de l’Inde, le Garcinia cambogia recèle, dans sa peau, un principe actif appelé HCA dont l’effet principal est de s’opposer à une enzyme, la lyase citratée, empêchant ainsi la transformation organique des sucres et des hydrates de carbone en gras.

Généralement utilisé dans les régimes amincissant dans la mesure où il diminue l’appétit en augmentant les réserves de glycogène dans le foie et les muscles, l’extrait de Garcinia cambogia réduit aussi la production du cholestérol LDL et des triglycérides.

 

Quelques autres compléments de moindre importance

  Lycopène : Le plus connu de tous les caroténoïdes, rendu célèbre par son action sur la prostate, réduit aussi l’oxydation des LDL et diminue le taux du cholestérol.

  Amrit Kalash : Ce complexe ayurvédique, exceptionnellement riche en vitamines, en polyphénols et en bioflavonoïdes, compte parmi les meilleurs antioxydants bénéfiques à la santé globale, mais s’emploie aussi pour combattre le cholestérol et diminuer les triglycérides.

  Reishi : Ce « champignon de l’immortalité » essentiellement antitumoral est également hypocholestérolémiant par inhibition de la synthèse du cholestérol, et reste indiqué dans toutes les pathologies dues à l’excès de cholestérol.

  Shiitake : Les études ont enregistré une nette diminution du cholestérol du sérum sanguin après consommation de la plante sous forme séchée. Etant particulièrement tonique, c’est un complément que l’on ne prendra jamais après seize heures, mais plutôt le matin et/ou avant midi.

  Extrait d’écorce de pin : Obtenu à partir de l’écorce du pin maritime, cet extrait est avant tout un puissant antioxydant, mais il combat aussi le cholestérol et s’oppose à l’agrégation des plaquettes sanguines.

 

Vitamines et minéraux

  Vitamine J : C’est la vitamine anti-graisses par excellence. Elle combat le dépôt de cholestérol dans les vaisseaux et l’accumulation de graisses dans le foie.

  Vitamine C : Cette panacée fait aussi baisser le taux de cholestérol. On pourra en prendre de 500 à 1500 mg par jour, notamment en association avec des bioflavonoïdes.

  Vitamine I : Cette vitamine du système nerveux combat également les excès de cholestérol.

  Manganèse : Il agit sur le métabolisme des lipides. On le trouve surtout dans les produits d’origine marine et les spécialités contenant de la lécithine de soja, mais aussi en complément spécifique.

 

Les compléments alimentaires

  Fibres 

Les fibres solubles diminuent le taux de cholestérol sanguin,  alors que les fibres insolubles, en nettoyant les parois de l’intestin et en facilitant le transit, expulsent le cholestérol intestinal en excès.

Cette  élimination oblige d’autre part l’organisme à puiser dans ses propres réserves de cholestérol.

Les meilleures fibres anti-cholestérol sont :

  le son d’avoine qui agit sur l’assimilation des lipides ;

  les fibres de soja et le son de cacao qui régularisent le passage des lipides dans le sang ;

  l’ispaghul et le konjac qui absorbent les lipides et retiennent les sels biliaires ;

  la fibre de pamplemousse qui débouche en un temps record les artères et abaisse le taux de cholestérol en empêchant le foie d’en fabriquer.

  Kombucha 

C’est un remarquable draineur général présenté sous forme de boisson fermentée.

Il favorise aussi la diminution des dépôts graisseux et l’élimination du cholestérol.

  Petit lait 

C’est un stimulant intestinal, un régénérateur de la flore intestinale, un détoxiquant du foie, un diurétique et un dépuratif.

Il trouve encore son emploi lorsqu’il s’agit de soigner l’excès de cholestérol puisqu’il il peut en réduire le taux jusqu’à 40% à l’issue d’une cure. 

  Ferments lactiques 

Les lactobaciles régénèrent la flore intestinale, élément indispensable à une bonne digestion et par conséquent à la régulation de l’assimilation des graisses.

Mais ils normalisent aussi, plus directement, le niveau de cholestérol.

  Spiruline 

La célèbre algue bleue, riche en acides gras essentiels, chlorophylle et fibres, a une action préventive en ce qui concerne le cholestérol et les pathologies cardio-vasculaires.

N’oublions pas qu’on l’utilise dans les régimes amincissants.

 

Trois huiles anti-cholestérol

  L’huile d’olive : Elle facilite la digestion intestinale des graisses, prévient les maladies cardio-vasculaires et abaisse le taux de cholestérol total, en augmentant le bon cholestérol H.D.L. et en abaissant le mauvais cholestérol L.D.L.

  L’huile d’Argan : Peut-être plus encore que l’huile d’olive, on la conseille pour lutter contre les maladies cardio-vasculaires. Ses propriétés hypocholestérolémiantes l’indiquent effectivement chez les patients présentant des risques d’athéroscléroses.

  L’huile de sésame : Egalement indiquée dans les troubles cardio-vasculaires, son taux d’acide oléique s’avère capable de modifier favorablement le rapport entre le bon et le mauvais cholestérol. De plus, l’huile de sésame contient un fort taux de lécithine qui solubilise les matières grasses présentes dans la circulation sanguine, évitant ainsi tout dépôt de cholestérol.

 Jean-Baptiste Loin 

Pour vous procurer de l’Amrit Kalash cliquez ici

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz