Les eaux de plantes, un remède immémorial

0
les eaux de plantes de la phytothérapie traditionnelle

Vieux remède des campagnes, les eaux de plantes sont des boissons de santé que l’on prend plaisir à confectionner soi-même… et à consommer en famille.

La phytothérapie existe depuis des millénaires.

Les chamanes antiques en ont fait un art qui est devenu une science, et l’usage populaire des simples a généré dans toutes les régions du monde la confection de remèdes traditionnels.

Dans les campagnes françaises, on découvre encore des recettes de toutes sortes où les plantes sont préparées avant tout en tisanes, mais aussi en :

  → soupes dépuratives,

  macérâts huileux,

  bains,

  cataplasmes,

  et eaux thérapeutiques.

Ces boissons douées de multiples vertus médicinales, sont relativement proches des infusions et autres décoctions, bien qu’on les serve habituellement froides.

On les emploie de manière spécifique dans des indications aussi variées que :

  les maux de tête,

  l’eczéma,

  la constipation

  les angines,

  et plus communément encore comme dépuratif, 

  ou tout simplement pour se désaltérer agréablement.

 

Les eaux d’orgerecettes pour préparer de l'eau d'orge

On boit certainement de l’orge (Hordeum vulgare) depuis la nuit des temps puisque la bière, qui a déjà dix mille ans, est à base de malt, c’est à dire d’orge germée, et qu’on n’a eu l’idée de laisser fermenter cette délicieuse boisson de santé que six mille ans plus tard, vers -2000 avant l’ère actuelle.

Toutes les eaux d’orge sont des boissons saines, rafraîchissantes et diurétiques, que l’on confectionne en faisant bouillir quelques minutes, puis en laissant infuser pendant une heure, une vingtaine de grammes d’orge dans un litre d’eau ; ensuite on filtre et on conserve au réfrigérateur.

En employant de l’orge germée, on obtient un émollient et un anti-diarrhéique très utile en cas d’insuffisances digestives.

On associe aussi l’orge et le petit chiendent (Elytrigia repens) ou le gros chiendent (Cynodon dactylon), en faisant une décoction classique de leurs rhizomes, puis en la mélangeant à l’eau d’orge.

Ces deux plantes s’allient remarquablement par leurs vertus émollientes et diurétiques, et l’ensemble constitue une boisson des plus désaltérantes.

Plus spécifiquement, le chiendent :

  protège les voies urinaires,

  prévient la récidive des coliques néphrétiques,

  lutte contre les calculs rénaux. 

En associant l’eau d’orge avec la graine de fenouil (Foeniculum officinale) et la pomme (Pyrus malus) on obtient une des meilleures recettes de nombreuses régions françaises et notamment, on s’en doute, celles qui produisent le plus de pommes.

Chacune de ces deux plantes ajoute naturellement ses vertus médicinales à celles de l’orge.

La graine de fenouil, carminatif bien connu, souverain contre les fermentations intestinales, est aussi un :

tonique,

diurétique,

vermifuge,

 et galactogène.

Quant à la pomme, entre autres propriétés, elle ajoute ses vertus calmantes et laxatives à l’ensemble.

Pour préparer cette boisson, on ajoute à l’eau d’orge une pomme coupée en morceaux et une petite poignée de graines de fenouil, on fait bouillir le tout puis on filtre avant de conserver au réfrigérateur.

Cette eau d’orge savoureuse convient tout particulièrement aux personnes fragiles des intestins et aux enfants.

 

Les eaux de pissenliteau de pissenlit diurétique, laxative, hépatique...

Que l’on utilise ses racines ou ses feuilles, le pissenlit (Taraxacum dens leonis) fournit une eau thérapeutique qui rend bien des services.

La racine, tout d’abord, se fait bouillir dix minutes à raison d’une poignée par litre d’eau, que l’on conserve au frais dans une bouteille.

Les paysans du Dauphiné et du Périgord en prenaient un verre le matin pour soigner leurs rhumatismes.

Les feuilles de pissenlit, autrement dit la salade, donnent un bouillon réputé dans pratiquement toutes les campagnes pour guérir aussi bien :

  la tension, 

  la constipation, 

  les troubles circulatoires,

   les problèmes hépatiques,

   les douleurs gastriques,

   les migraines,

  ou l’eczéma…

Ne dit-on pas, en Gascogne, « Salade bouillie allonge la vie » ?

Et c’est probablement encore plus vrai avec le pissenlit dont le bouillon, selon la sagesse populaire, « nettoie et fortifie ».

La recette de l’eau de feuilles de pissenlit est simple : elle nous vient de Normandie et nous propose de laisser bouillir quelques minutes trois belles poignées de salade de pissenlit dans deux litres d’eau légèrement salée.

Et, pour une fois, on peut boire cette eau thérapeutique chaude, à raison d’un bon bol par jour, pour bénéficier, entre autres, de son action bénéfique sur :

  le foie,

  la production des enzymes,

  et la production de bile par la vésicule biliaire.

 

L’eau de fleur d’orangereau de fleur d'oranger

L’eau de fleur d’oranger, dont les vertus sont reconnues de très longue date et dont on fait un large usage en Orient, est  :

  sédative,

  antispasmodique,

  hypnotique, 

  et stomachique.

On l’indique habituellement dans les cas de :

  nervosisme,

  palpitations,

  insomnie,

  maladies nerveuses, 

  et migraines.

Cette eau thérapeutique est vendue toute prête : il suffit de la mélanger, à raison d’une cuillère à café dans un verre d’eau légèrement sucrée, pour obtenir à la fois une boisson à la saveur exquise et un véritable remède calmant et somnifère.

La feuille d’oranger amer (Citrus aurantium amara), que l’on consomme sous forme d’infusion, présente quant à elle des vertus digestives et antispasmodiques.

 

L’eau de guimauve

La guimauve, ou Mauve blanche, a de nombreuses propriétés thérapeutiques connues depuis l’Antiquité, mais c’est avant tout :

   un adoucissant,

   un émollient, 

  et un calmant, 

que l’on recommande tout spécialement aux personnes aux intestins fragiles, aux enfants et même pour les bébés, comme boisson rafraîchissante à donner dans un biberon.

Rafraîchissante, elle l’est franchement, et pour cette raison elle ne compte pas parmi les eaux de plantes à donner en hiver ou en cas de refroidissement.

On la prépare en faisant bouillir de la racine de guimauve (Althaea officinalis) dans de l’eau pendant cinq minutes.

On utilise aussi des plantes similaires, comme la mauve arborée, la passe-rose, la rose alcée, la rose trémière ou la rose d’outre-mer, avec les mêmes indications.

recette eau d'oseille diurétique et laxative

L’eau d’oseille

Désaltérante, diurétique et légèrement laxative, l’eau d’oseille se fabrique avec l’espèce sauvage (Rumex acetosa) qui est certainement la plus purgative.

Mais l’oseille cultivée, dont on laisse cuire une dizaine de feuilles un quart d’heure dans deux litres d’eau salée, convient aussi.

 

L’eau de riz

Ce remède est évidemment originaire d’Extrême-Orient où on l’emploie extrêmement souvent dans les familles pour soigner les enfants et parfois même les adultes malades.

Nutritive et digestive, l’eau de riz se réalise très simplement en faisant bouillir du riz, de préférence complet et bio, dans de l’eau salée, et en ne consommant, bien sûr, que l’eau après filtration.

C’est une eau de santé de première qualité qui, de plus, a une vertu bien spécifique puisqu’elle permet de lutter d’une manière rapide et efficace contre la diarrhée.

 Geneviève Maillant 

 

Eprouvez-vous le besoin de compléter
vos connaissances en matière de phytothérapie ? 

Si OUI, il vous est possible d’étudier tout de suite
d’autres plantes aux vertus toniques, immunitaires,
digestives, sédatives, antiallergiques,
cosmétiques ou préventives… 

Elles sont légion et n’attendent que vous
pour vous servir !

Découvrez la formation de Jean-Baptiste Loin : 

La phytothérapie au quotidien

La phytothérapie au quotidien formation en ligne pour apprendre à utiliser les plantes pour se soigner

Cliquez ici pour vous la procurer

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz