Les couches lavables bio

0
les couches lavables bio

Il est urgent de fournir quelques précisions sur les couches lavables bio, dont on entend de plus en plus parler, et qui suscitent bien des interrogations chez les jeunes parents :

Quels avantages pour la santé de mon bébé ?

Est-ce plus économique ?

Comment les laver efficacement ? 

Quel modèle choisir ?

Pourquoi est-ce un choix de consommation responsable ?

Avant tout, soyez sûrs qu’elles n’ont pas grand chose à voir avec les langes et les épingles à nourrice de nos grand-mères !

En effet, les couches lavables proposées aujourd’hui sont d’une variété séduisante, et leur praticité n’a d’égale que leur efficacité…

 

Une histoire de couches culottes

Les couches-culottes intégrales : les couches-culottes intégrales (ou TE1 : tout-en-un) sont formées d’une couche intérieure absorbante et une culotte imperméable extérieure, attachées entre elles.

Elles n’ont donc pas besoin de culotte de protection.

Plus pratiques car sans superposition nécessaire, elles sont donc idéales pour les sorties ou la garde du petit enfant.

Cependant les risques de fuite sont plus grands qu’avec un système en 2 parties.

Les couches-culottes à taille unique : elles s’adaptent à la morphologie du bébé grâce à un système de réglage, de sa naissance jusqu’à 15 kg. 

Elles permettent un vrai gain de temps si vous avez plusieurs enfants en bas âge, puisqu’elles sont utilisables indifféremment pour l’un ou l’autre, sans avoir à les trier selon leur taille.

Les couches-culottes multi-taille : elles sont adaptées à un moment précis de la morphologie du bébé, et sont donc un peu plus efficaces que les taille-unique, qui quant à elles peuvent être un peu moins étanches pour les tout-petits, ou au contraire pour un un peu trop étroites pour les plus  grands. 

Il faut bien entendu acheter plusieurs trousseaux au fur et à mesure que bébé grandit, mais puisque utilisées moins longtemps, les couches multi-tailles s’abîment moins et peuvent d’autant plus être réutilisées pour plusieurs enfants.

Les couches-culottes à poche : il existe dans certains pays des « pocket nappies », ces couches formées de deux épaisseurs de tissu, qui ne sont quant à elles pas absorbantes.

C’est dans une « poche » intérieure que l’on glisse la matière absorbante de son choix. 

L’absorption peut être modulée en fonction des besoins, en insérant différents matières et épaisseurs, et le séchage est plus rapide puisqu’elles se lavent indépendamment de la matière absorbante.

Les langes : ce sont des carrés de tissu absorbants que l’on plie et ferme avec des épingles à nourrice ou un autre système de fermeture.

C’est la couche la plus économique, et son entretien est extrêmement pratique.

Cependant, les langes à plier entraînent un lavage plus fréquent de la culotte de protection, car ils sont non-froncés au niveau des cuisses, il arrive donc que cela entraîne des fuites. 

Idéaux pour les nouveaux-nés, les langes sont cependant moins faciles d’utilisation pour les plus grands, dont ils freinent la liberté de mouvement. 

 

Les culottes de protection et autres accessoires

La culotte de protection est l’accessoire indispensable aux langes et aux couches lavables non « intégrales ».

Culottes de protection classiques : elles sont en nylon ou en polyester, enduit le plus souvent avec du polyuréthane.

Ces culottes imperméables existent dans plusieurs tailles, et s’adaptent ainsi à la morphologie de  bébé.

Culottes de protection en laine vierge : les plus naturelles qui soient sont en laine vierge, n’ayant subi aucune imperméabilisation.

L’humidité s’évapore et les fesses restent moins humides à l’intérieur ; la peau respire davantage. 

C’est la lanoline, substance sécrétée par la peau des moutons afin que la pluie ne pénètre pas dans leur fourrure, qui permet ce confort naturel.

Les double-couches : appelées aussi doublures, elles sont utilisées pour augmenter l’absorption.

Elles sont surtout nécessaires pour la nuit et les siestes, mais peuvent être utilisées tout le temps si votre bébé urine beaucoup. 

Les doublures existent en version formée qu’il faut simplement glisser dans la couche, ou en version non-formée, qu’il faut plier (celles-ci sèchent plus vite).

Le papier de protection : c’est un rectangle très solide non tissé qui se place dans la couche, afin de retenir les selles pour les mettre tout naturellement dans les toilettes. Cela évite d’avoir des couches trop sales à faire tremper avant de les mettre en machine.

Natacha Lange

Lire la suite : L’entretien des couches lavables

 

A lire : Une Maman bio pour un Bébé bio, Françoise Jourdain.

Pour soutenir Réponses Bio et nous permettre de rester un media indépendant, RDV sur notre page Tipeee en cliquant sur ce lien.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz