Les 7 précautions indispensables à votre cure automnale

1
Precautions-cure-de-jus-frais-non-pasteurises-reponsesbio

Les précautions suivantes ont été pensées pour accompagner ma cure de jus frais et vivants, de saison, extraits à froid et expédiés dans la journée, sans conservateur, sans pasteurisation, sans sucre et évidemment parfaitement bio, mettant à votre disposition les ingrédients les plus purs et vitaux disponibles en France.

Cela étant dit, si vous êtes versé(e) dans l’art de la cure de jus automnale, que vous disposez d’un extracteur et que vous avez la chance de trouver facilement des ingrédients frais et bio à côté de chez vous, rien ne vous empêche de profiter aussi des conseils suivants.

Précaution # 1 :

Tout commencement est un moment délicat, demandant à la fois prudence, discernement et attention.

C’est pourquoi avant d’avaler votre premier jus, sachant que vous n’allez plus vous alimenter solidement pendant quelques jours au moins, et que pour les novices cette diététique puisse donner l’impression d’un vrai jeûne, il peut être judicieux de commencer par éliminer :

• les viandes et les plats gras,
• les excitants ennemis du foie comme le café, le thé,
• les dépresseurs immunitaires comme l’alcool,
• une alimentation trop riche en féculents,
• les aliments raffinés et industriels…

Cela aura pour effet :

  • de commencer le processus de nettoyage,
  • d’éviter les crises de détoxination que pourrait provoquer la cure,
  • et d’habituer l’estomac à moins de matières solides lors de la digestion.

Puis, si ce n’est déjà fait, vous pourrez profiter d’une à deux semaines de cure intensive de charbon Moso pour nettoyer de longues années d’accumulation de métaux lourds, nanoparticules, bactéries et autres corps étrangers colonisant vos intestins.

Précaution # 2 :

Bien qu’il soit possible que dans votre esprit une cure de jus en vaille une autre, comme pour tout remède, il est indispensable d’apprendre à respecter son terrain.

Une simple tendance diabétique par exemple gagnera à préférer les jus verts, voire même, en cas de diabète de type I ou II, à les remplacer par des salades de légumes assaisonnées par des acides gras et des fruits.

Ainsi, une simple betterave pourrait se transformer en un dessert naturellement sucré, bien plus assimilable qu’une pâtisserie.

Dans la mesure, évidemment, où votre consommation de sucres se limite aux fruits et légumes, et même dans cette mesure, sans excès.

Mais un gros mangeur carné dont les habitudes énergétiques sont basées sur une assimilation constante de protéines animales, devra quant à lui agrémenter sa cure avec une bonne dose de Phycocyanine, tout en multipliant sa consommation de jus par deux voire trois.

Au-delà de cette quantité il faudrait avoir des origines gargantuesques, mais ma foi, si c’est votre cas, rien ne vous l’interdit.

N’oublions tout de même pas que deux cent cinquante millilitres de jus fraichement extraits, sans ajout d’eau et en prenant soin d’éliminer les fibres insolubles, représentent déjà une impressionnante quantité de fruits et légumes.

Or, en manger plusieurs dizaines de kilos par jour est inutile, quel que soit le niveau de satiété recherché il vous faudra déjà intégrer et gérer la cascade de nutriments assimilés avec les premiers jus.

Ce n’est pas l’aliment qui fera défaut dans ce cas, mais l’absence de poids ressenti par votre estomac.

Autre exemple, un terrain trop riche en oestrogènes gagnera à lire mon guide numérique sur les nutriments vedettes, et expurger de sa cure tout ou partie des ingrédients concernés.

Ou encore, si vous avez tendance à avoir du mal à boire de l’eau le matin, réflexe fondamental en toute circonstance et d’autant plus pour cette cure, rien ne vous empêche de commencer votre journée par une tisane détox et de la finir par une autre adaptée au sommeil.

L’eau pure dynamisée associée aux messages des plantes contenues dans un hydrolat, aura tendance à drainer les reins mais aussi le foie, la vésicule… tout en hydratant les cellules en profondeur.

Je ne vais bien évidemment pas citer ici tous les cas particuliers possibles, il faudrait y consacrer un ouvrage voire une encyclopédie, cependant le principe devrait vous suffire à comprendre comment adapter certains ingrédients ou jus à vos habitudes.

Précaution # 3 :

Maintenant que êtes en mesure d’assurer votre terrain, votre préparation à la cure, et que vous vous êtes prémuni(e) contre une crise de détoxination intempestive, il est temps de choisir votre voie.

J’entends par là un de préparer un « break » de quelques heures à quelques jours, pour réfléchir le plus sereinement possible à l’objectif vous motivant le plus.

Bien que les promesses d’une cure de jus puissent être aussi variées que salvatrices, leur unique magie réside dans votre qualité à déterminer votre objectif personnel le plus clairement possible.

Perdre du poids durablement ? Régénérer votre peau ? Vaincre un mal chronique ? Décupler votre vitalité ?

Quel qu’il soit, la volonté, ainsi que les pensées que vous déploierez en ce sens, forgeront le moteur permettant au bon carburant d’initier la dynamique.

Et, par ailleurs, ces objectifs détermineront directement le temps que vous aller consacrer à cette cure.

Mais si vous êtes novice rien ne vous empêche de considérer l’organisation, plus prudente, d’une approche en plusieurs étapes :

  • deux jours de cure de jus,
  • puis trois jours d’alimentation solide, possiblement chaude et cuisinée, mais uniquement composée de fruits et légumes, huiles de première pression à froid, tout en évitant les céréales et les aliments précédemment décrits,
  • suivis d’une semaine de cure,
  • et ainsi de suite, jusqu’à atteindre le temps initialement souhaité.

Par contre si vous êtes aguerri(e) à ce genre de pratiques, vous pourriez tout aussi bien décider de focaliser votre attention sur une vocation de régénération hépatique, ou encore, dans la mesure où vous ne souffrez pas de crises de foie… spirituelle.

Précaution # 4

Vous disposez maintenant :

Vous voilà donc dans des conditions optimales pour entamer votre premier jus.

Idéalement le matin à jeun, toutefois rien ne presse.

Vous ne sentez pas l’appétit venir ? Ne forcez rien et privilégiez une infusion adaptée à votre métabolisme.

Puis quand l’appétit se réveillera, soit vous souhaiterez modifiez drastiquement votre terrain pour une raison thérapeutique, soit, et c’est largement préférable lorsque c’est possible, vous choisirez tout simplement votre jus en fonction de votre envie du moment, tout en favorisant la logique qui va suivre.

Vous rendre la chose facile est un art qu’il convient d’apprendre à cultiver pour atteindre votre ou vos objectifs.

Précaution # 5

Si un manque de protéines, de fer, ou de consistance sur l’estomac se fait sentir, adoptez les compléments adaptés.

Une carence en protéines sera facilement endiguée avec la Phycocyanine, à mélanger de préférence dans un jus fruité.

Un manque de satiété, pour sa part, pourra être comblé avec le tégument des graines du psyllium.

Et si vous suivez une médication, qu’elle soit naturelle ou non, le potentiel de toute molécule active sera rapidement décuplé.

Si vous n’en avez pas déjà fait l’expérience auparavant, voyez par vous-même.

Lorsque l’organisme est en mesure d’être parfaitement disponible à l’assimilation d’une protéine ou d’une molécule donnée, toutes ses fonctions sont accessibles instantanément et stimulent plus nettement les différents processus organiques favorisant l’autoguérison.

Une comparaison utile pourrait être la différence entre la prise d’un remède une demi heure à une heure avant un repas, et en plein milieu.

Vous verrez alors que la capacité de gestion et de tri de votre corps a tout de même ses limites, et qu’il convient tout naturellement de la solliciter modérément, cycle après cycle, sans jamais risquer d’en abuser.

Il est préférable de commencer par un complément au réveil, lorsque c’est nécessaire, puis de laisser le temps à l’assimilation du remède.

Suivi d’une bouteille ou un verre de jus, apportant de nombreux minéraux et vitamines hautement assimilables, faciles à trier et doux pour les intestins.

Toutefois, comme vu plus haut, dans la mesure où vous avez pris la précaution de laisser le temps à une éventuelle médecine de faire effet, vous pourriez tout aussi bien entamer une seconde bouteille.

Et ainsi de suite, jusqu’au soir.

Mais par quel jus commenceriez vous ? Et à quel moment intégrer une cure d’entretien au charbon Moso ?

Précaution # 6

Si vous avez tendance à grignoter et êtes sensible à la faim, il peut être judicieux de commencer par les aliments les plus solides pour finir par les plus légers et subtils.

Garantissant une totale disponibilité aux protéines et jus les plus nourrissants, précisément au moment où votre digestion est la plus propice à être complète, c’est à dire le matin.

Ainsi, un jus riche en protéines végétales, ou enrichi au besoin :

Quand arrive l’heure du déjeuner, vous pourriez opter pour un bon gaspacho de tomates et poivrons, accommodé d’un jus vert.

Allant progressivement vers une sensation de légèreté tout en continuant à faire travailler sérieusement votre estomac.

Comme pour le matin, les accompagnements non solides, peuvent être aussi vastes que variés en fonction des goûts, avec une préférence pour les huiles végétales.

Et pour celles et ceux ayant pris l’habitude du café ou du thé après le repas, ils pourront les remplacer avantageusement par une tisane ou un hydrolat.

Ensuite, et puisque vous digérerez très certainement votre déjeuner en moins de deux heures, viendra l’heure à ne pas manquer du goûter.

Parce que vers seize heures votre organisme se trouve au diapason pour ingérer du bon sucre, déclenchant progressivement une cascade de tryptophane, entrainant par voie de conséquence une bonne gestion endogène de la mélatonine, qui est, comme vous le savez, l’hormone du sommeil.

Votre goûter sera donc aussi le meilleur somnifère à retardement que vous puissiez espérer.

Puis à l’heure du dîner, un jus qui aura reposé quelques minutes à température ambiante pour se réchauffer et éviter de risquer le moindre stress intestinal, soit vert et doux, soit au lait d’amande, soit un lait d’amande pur, bio et sans conservateur.

L’heure du coucher s’anticipera quant à elle par un moment de détente bien mérité, agrémenté d’une absence de suractivité physique et mentale, devant, par exemple, une bonne infusion ou un hydrolat soigneusement choisi.

Chaud pour rasséréner, ou à température ambiante pour augmenter l’hydratation en buvant plus abondamment, afin de bien faire fonctionner les reins.

Enfin, une fois les composants aromatiques de votre hydrolat bien assimilés, viendra l’heure du coucher.

Pour minimiser l’interaction avec le reste, vous pourrez également profiter de ce moment de détente et de réceptivité pour déguster votre bouteille de charbon activé.

Votre cycle digestif journalier se complétera ainsi en éliminant tout ce qui n’a pas été correctement assimilé, et en drainant nettement plus efficacement les anciens polluants.

Précaution # 7

La conviction mentale, qui est également la première précaution, referme tout naturellement la boucle de ce cercle vertueux.

Votre objectif est de plus en plus clair, nourrissez-le.

Commencez par écarter ce qui lui nuit, sans colère ni agressivité, simplement en éliminant fermement de vos habitudes ce qui vous tire vers le bas, au moins le temps nécessaire pour toucher au but.

Puis favorisez ce qui le rend fécond.

Aménagez vos activités en conséquence.

Une fois atteint il sera toujours temps pour vous de réintégrer les problématiques et contradictions qui vous animaient tant, pour mieux les résoudre.

En tout cas si avec le recul elles représentent encore un problème pour vous.

Sans oublier que malgré les innombrables bienfaits d’une cure de jus frais, l’organisation demandée pour les courses, les recettes adaptées et le temps de préparation, vont de pair avec la volonté de ne pas se laisser décourager par le monde, ou un entourage hostile au sujet.

Bien à vous,

Jean-Baptiste Loin

En partenariat avec Jundo, Réponses Bio vous fait profiter de ses extractions à froid de fruits et légumes bio du Lot-et-Garonne, sans pasteurisation, à peine récoltés déjà expédiés

2J – Cure de jus frais extraits à froid et non pasteurisés

Pour soutenir Réponses Bio et nous permettre de rester un media indépendant, RDV sur notre page Tipeee en cliquant sur ce lien.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Caludine
Caludine
1 mois il y a

Merci, merci ! pour vos chroniques pleines de bon sens, d’humanité et d’informations essentielles….. nous apportant des solutions et de l’espoir !
partage et fraternité