L’alimentation et le risque de cancer du sein

9
Alimentation prévention cancer du sein

Les experts affirment que 80% des cancers du sein dépendent de facteurs de risque, notamment une alimentation déséquilibrée et malsaine, ainsi qu’une exposition aux polluants.

Il va donc de soi que la prévention passe d’abord par une sérieuse réforme alimentaire.

 

D’après le Dr Lee, spécialiste mondial de l’équilibre hormonal féminin, « même les personnes ayant une prédisposition génétique au cancer du sein peuvent réduire le risque d’être atteintes par cette maladie en équilibrant leurs hormones et en ayant une alimentation saine. »

Pour ce qui est de préserver l’équilibre hormonal, le célèbre médecin américain préconise une crème à la progestérone naturelle et œstriol naturel, dont il a fait sa spécialité.

Pour ce qui concerne le régime alimentaire préventif, il se réfère essentiellement aux nombreuses études scientifiques qui ont déterminé quels aliments augmentaient ou diminuaient le risque de cancer du sein.

 

Le régime

Avant tout, il est important de manger bio.

Les résidus de pesticides contenus dans les produits de l’agriculture conventionnelle s’ajoutent aux toxiques chimiques auxquels on est quotidiennement exposés, et la charge toxique risque alors d’être trop élevée.

Aucune étude d’importance à long terme n’a prouvé que la consommation de viande rouge augmentait le risque de cancer du sein… tout au moins lorsqu’on consomme de faibles quantités de protéines animales.

Au lieu de considérer la viande comme plat principal, mieux vaut donc l’utiliser comme condiment qu’on ajoute aux légumes.

Mais seule la viande des animaux élevés en plein air est naturellement maigre.

Les graisses de ces animaux sont stables et saturées, alors que celles du bétail des fermes industrielles forment un assemblage de graisses poly-insaturées et saturées, de produits chimiques et d’hormones.

C’est pourquoi il vaut mieux ne consommer que de la viande, du poulet et des œufs issus de l’agriculture biologique.

Enfin, il est déconseillé de cuire la viande à de hautes températures, car cela produit des substances connues pour initier des modifications cancéreuses au niveau de la cellule.

La cuisson au grill ou à la cocotte-minute est donc à proscrire.

Par ailleurs, il faut s’abstenir de :

   sucre,

   farine blanche,

   aliments transformés ou contenant des additifs,

   conservateurs et colorants…

On privilégiera au contraire :

  les céréales complètes,

  le riz complet,

  le boulgour,

  le millet,

  le quiona,

  le pain complet ou de seigle,

  les légumineuses : soja, haricots,

  les fruits frais entiers ou sous forme de jus

   et les légumes frais à consommer crus ou cuits à basse température, à choisir de préférence parmi ceux qui contiennent des substances anti-cancéreuses.

 

Les graisses et les glucides

Puisqu’il existe un lien indissociable entre les graisses et les œstrogènes, le Dr Lee recommande évidemment d’éviter surtout les mauvaises graisses animales et de leur préférer des graisses végétales :

  l’huile d’olive pressée à froid, en quantité raisonnable, pour la cuisine et la pâtisserie,

  les huiles végétales contenant des acides gras de la série oméga 6, en petites quantités.

Toutefois il recommande également :

  le beurre, en petites quantités, pour la pâtisserie,

  les poissons gras (hareng, sardines, morue, saumon) 2 à 3 fois par semaine, à condition qu’ils soient très frais et bio. 

Mais le danger ne vient pas exclusivement des graisses à proprement parler, mais bien plus souvent des glucides raffinés et du sucre.

Il convient donc de s’abstenir de pains, pâtisseries, gâteaux secs et pâtes raffinées.

Le risque de cancer du sein s’élève en cas de résistance à l’insuline, correspondant à une consommation accrue de glucides raffinés et une augmentation des graisses endogènes.

Une alimentation riche en glucides raffinés prédispose donc plus à la prise de poids et à la dominance en œstrogènes, qu’une consommation équilibrée de matières grasses provenant de l’huile d’olive et d’aliments complets.

Pour des raisons similaires, il faut éviter tout excès de calories.

 

Les meilleurs aliments anti-cancer

  Le brocoli contient du Sulforaphane qui élimine les carcinogènes de la cellule en augmentant l’activité enzymatique, et du phénéthyl isothiocyanate se liant aux enzymes qui, sinon, lieraient les carcinogènes à l’ADN.

  Les choux contiennent une substance qui permet à un précurseur des œstrogènes d’évoluer vers une forme bénigne plutôt que vers une forme cancéreuse.

  Les agrumes contiennent des flavonoïdes qui empêchent les hormones occasionnant le cancer de prendre possession d’une cellule.

  L’oignon et l’ail contiennent de l’allylique qui détoxique des carcinogènes sulfurés.

  Le piment contient de la capsaïcine qui empêche les molécules toxiques de se combiner à l’ADN.

  Le soja contient de la génistéine qui prévient la croissance des vaisseaux sanguins des cellules cancéreuses nécessaires à la croissance de la tumeur cancéreuse.

  La tomate contient de l’acide p-couramique et de l’acide chlorogénique qui interrompent l’union de deux constituants chimiques courants de la cellule, union qui peut produire des carcinogènes.

 

Les apports en vitamines et minéraux

  Vitamine A : 10 000 UL

  Vitamines B : complexes

  Vitamine C : 1 à 2 grammes

  Vitamine D : 100 à 400 UL

  Vitamine E : 200 à 500 UL

  Bore : 1 à 5 mg

  Calcium : 300 mg

  Chrome : 200 à 400 mg

  Cuivre : 1 à 5 mg

  Magnésium : 300 à 400 mg

  Manganèse : 10 mg

  Sélénium : 60 à 100 mg

  Vanadyle sulfate : 10 à 20 mg

  Zinc : 10 à 20 mg.

 Jean-Baptiste Loin 

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "L’alimentation et le risque de cancer du sein"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Olivier
Invité
Olivier

MERCI

fremdel
Invité
fremdel

bonjour,ayant un cancer du sein,ayant refuse l’hormonotherapie ,trop degradante pour aboutir à un cancer de l’endometre,eventuel!! je recherche tous les aliments ,comportant de l’oestrogne,ainsi que les huiles essentielles à éviter.merci d’avance pour votre réponse.

Christine
Invité
Christine

merci pour vos bons conseils.

Françoise
Invité
Françoise

Tres tres bien.Merci ….sans oublier les acides amines .

Dominique
Invité
Dominique

merci

Ghislaine
Invité
Ghislaine

Pouvez vous nous expliquer à quoi correspond l’unité U L.Merci pour votre réponse.

Sylvie
Invité
Sylvie

Pouvez vous me dire s’il vous plais, à quelle abréviation correspond « UL » pour ma part je connais UI pour unité international .

Hélène
Invité
Hélène

Merciii

Fifine
Invité
Fifine

je voudrais savoir s’il y a des plantes médicinales pour le cancer de sang . Merci

wpDiscuz