Covid-19 : Les conseils de la médecine traditionnelle tibétaine

9

Dans le dernier article nous avons vu les causes primaires ainsi que la philosophie sous-jacente à la compréhension traditionnelle tibétaine du phénomène des virus et des épidémies.

Aujourd’hui nous verrons non seulement les causes secondaires mais également, la prévention, l’hygiène alimentaire, l’étude symbolique, médicale, ainsi que les traitements préconisés par la médecine tibétaine.

Tiré de l’article d’Erik Jampa Anderson, paru le 11 mars 2020, sur les conseils de son professeur le Dr. Nida Chenagtsang :

Les causes secondaires provoquant une infection virale chez un individu se résument à une exposition pathogène.

En plus de l’exposition au virus, un certain nombre de circonstances individuelles et portatives rendent l’infection active plus probable, principalement en ce qui concerne notre fonction immunitaire et les conditions préexistantes.

Le stress a un impact drastique sur la santé immunitaire, ce qui précipite malheureusement un cercle vicieux en cas de pandémie mondiale.

La faiblesse des systèmes d’organes clés laisse également présager une infection plus grave et, dans certains cas, un risque de décès plus élevé.

Selon les recherches actuellement disponibles sur le Covid-19, les patients présentant les affections préexistantes suivantes (1) doivent prendre des précautions supplémentaires afin d’éviter de contracter le virus :

  • maladie cardiovasculaire,
  • hypertension,
  • cancer,
  • diabète,
  • maladie pulmonaire ou prédisposition à la pneumonie,
  • VIH et autres troubles immunitaires compromettants,
  • maladie rénale.

En plus de ces conditions préexistantes, le virus semble suivre certaines tendances liées à l’âge et au sexe.

Les hommes constituent 62 % des cas en Italie (2), et la majorité des cas (et des décès) concernent des personnes de plus de 60 ans.

Le virus ne semble pas favoriser les enfants, avec seulement 0,5% des cas italiens chez les individus âgés de 0 à 9 ans, et 1% chez ceux âgés de 10 à 19 ans.

Selon la médecine tibétaine, voici quelques-uns des principaux facteurs de conditionnement qui nous rendent plus sensibles à l’infection virale :

Déséquilibre dû à l’influence des saisons – Notre fonction immunitaire est plus faible pendant les mois froids de l’hiver, ainsi qu’au début du printemps lorsque peken (ndt : peken est l’humeur/l’énergie liée à Terre-Eau dans le corps : le phlegme) est activé.

Si nous réussissons à mieux stopper le virus pendant l’été, cela dépend de son comportement, de ses mutations, ainsi que de sa capacité d’envahissement à cette saison.

Stress physique, mental et émotionnel – Qu’il soit de nature physique ou mentale, le stress épuise notre fonction immunitaire et nous rend plus vulnérable à l’infection.

Il est vital que les gens se reposent suffisamment et travaillent activement pour contrer les influences stressantes dans leur vie.

Cela ne sera pas possible pour tout le monde, d’autant plus que les quarantaines généralisées créeront une grande pression financière sur de nombreuses personnes.

Mais en évitant autant que possible tout stress inutile, vous contribuerez à soutenir votre fonction immunitaire naturelle.

Les états mentaux affligeants comme la colère et la peur sont traditionnellement considérés comme ayant un impact négatif sur l’organisme.

En particulier, la colère et l’aversion provoquent le tripa (ndt : humeur/énergie liée au Feu dans le corps) ce qui alimente l’inflammation.

Et la peur donne lieu à un excès de rlung (ndt : humeur/énergie liée au Vent/Air dans le corps), ce qui épuise notre fonction immunitaire et provoque la propagation des infections.

Exposition aux polluants – Les personnes vivant dans des régions où la toxicité environnementale et la pollution de l’air sont élevées (comme en Chine) connaîtront probablement plus de complications que celles qui vivent dans des environnements propres.

En outre, des facteurs comportementaux comme le tabagisme sont corrélés à des complications pulmonaires et cardiaques plus graves chez les covidiens de 19 ans.

Il est important d’essayer le plus possible d’arrêter de fumer afin d’éviter cette contrainte inutile sur les poumons.

Influences alimentaires compromettantes – Même si le Covid-19 provient d’agents pathogènes externes, l’état de notre digestion est vital pour une réponse immunitaire adéquate.

En particulier, le sucre exerce un stress massif sur l’organisme et épuise notre capacité à combattre les infections.

Il est préférable d’éliminer les sucres qui ne sont pas consommés en tant que partie intégrante des fruits entiers.

Dans le même temps, il est essentiel de manger des aliments riches en vitamines essentielles, en minéraux, en fibres, en graisses saines et en protéines pour maintenir un corps sain, et il est conseillé d’observer un régime alimentaire axé sur les humeurs (3), c’est-à-dire respectant notre constitution et la saison.

Mangez beaucoup de fruits et de légumes, et assurez-vous que vos aliments soient cuits et servis chauds afin de garantir une digestibilité maximale.

Les symptômes du Covid-19

Les symptômes de Covid-19 sont principalement identifiés comme une fièvre, une toux sèche et des difficultés respiratoires.

Parfois, d’autres symptômes comme un mal de gorge, un écoulement nasal ou des troubles gastro-intestinaux se manifestent également, mais ils semblent rares et incohérents.

Pour certains, en particulier les jeunes immunocompétents, le principal symptôme peut être simplement une fièvre.

Dans de nombreux cas, les symptômes se manifestent de manière similaire à ceux de la grippe.

Pour être sûr, il est préférable de traiter toute fièvre ou symptôme de type grippal comme une indication possible d’infection et de s’isoler (puis de consulter un médecin).

Dans la tradition tibétaine, les symptômes des infections virales se distinguent des infections bactériennes par un degré plus élevé de symptômes psychologiques.

Certaines infections virales peuvent même déclencher de véritables troubles psychiatriques (4).

De nombreuses personnes le remarquent lorsqu’elles attrapent la grippe.

Les rêves étranges et le sentiment général d’être intoxiqué ou désorienté sont courants.

Bien sûr, c’est souvent le lot de la fièvre, cependant, selon la médecine tibétaine on peut l’observer plus fréquemment dans les infections virales.

Cela dit, ne devenez pas paranoïaque si vous faites des rêves étranges pendant cette épidémie, la plupart d’entre nous sont exposés à des informations dérangeantes pouvant facilement provoquer des cauchemars.

Dans la plupart des cas, les symptômes du coronavirus sont bénins par nature,
mais c’est en fait l’une de ses qualités les plus dangereuses.

En particulier dans une société capitaliste où les mesures de protection contre ce genre d’incidents sont limitées, la probabilité que les gens restent à la maison pour travailler ou étudier en raison de symptômes bénins de type grippal est bien inférieure au minimum nécessaire pour enrayer la propagation.

En outre, la tendance à minimiser la gravité du Covid-19 est un grave danger.

Dans les cas les plus graves, le Covid-19 peut entraîner une grave fibrose pulmonaire et une défaillance d’organe (en particulier une insuffisance cardiaque).

Il provoque également une attaque du système immunitaire, qui est lui-même une cause majeure de complications graves.

Certains patients ont été traités avec des médicaments contre le VIH (5), ce qui indique en soi que l’impact sur le système immunitaire est assez important.

Prévention et traitement

Le protocole le plus efficace contre le Covid-19 est la prévention.

Pour être vraiment holistique, nous devrions envisager une nutrition préventive, des aromathérapiques et phytothérapiques en plus de l’hygiène, du comportement personnel, social, ainsi que de la conduite spirituelle.

En ce qui concerne les mesures préventives, le Dr Nida conseille ce qui suit :

« Pour la plupart d’entre nous à l’heure actuelle, la prévention est la chose
la plus importante lorsqu’il s’agit du Coronavirus.

Une bonne hygiène des mains et le port de masques de protection sont des gestes très importants, mais le plus important est que les gens se reposent et dorment suffisamment et qu’ils optimisent leur système immunitaire.

Améliorer et maintenir son système immunitaire sera la meilleure approche pour faire face à ce virus.

Il est important que nous ayons une alimentation saine et variée et que nous maintenions un mode de vie équilibré.

Cela implique de faire suffisamment d’exercice, de dormir suffisamment et de s’adonner à des activités de détente et de guérison comme le yoga, la récitation de mantras, etc.

La relaxation et la tranquillité d’esprit sont très importantes : trop de panique et d’inquiétude peuvent affaiblir le système immunitaire, nous rendant plus susceptibles aux maladies contagieuses et diminuant notre capacité à répondre aux infections. »

Le Dr Nida suit un programme de thérapie préventive traditionnelle principalement axé sur un régime alimentaire et un mode de vie adapté.

En médecine tibétaine, c’est ainsi que s’articule la prévention des troubles, tandis que la médecine et les thérapies externes sont principalement indiquées pour le traitement.

Il ajoute à cette liste des méthodes spirituelles, dont le yoga et la récitation de mantras, qui sont traditionnellement utilisées à la fois comme prévention et comme traitement.

Cependant, les plantes médicinales peuvent également constituer une excellente ressource préventive et doivent être envisagées dans ce cas, en même temps qu’une supplémentation nutritionnelle adéquate.

Diététique préventive

En plus d’une alimentation équilibrée, principalement composée de plantes et de sens de l’humour, il est avantageux de manger des aliments qui renforcent le système immunitaire et qui sont riches en vitamines et minéraux essentiels tout en s’assurant de la force de votre fonction métabolique.

Les aliments riches en vitamines C, B6, D et E, en zinc, en magnésium, en sélénium et en antioxydants aident l’organisme à éviter les infections, et une réduction des substances qui compromettent le système immunitaire, comme le sucre, est également bénéfique.

Dans le cas de maladies contagieuses comme le rhume et la grippe (rimcham), il est extrêmement important que les personnes malades évitent de boire de l’alcool.

Cela peut donner lieu à un état connu sous le nom de champa kyurshor, qui, selon la Sowa Rigpa, augmente les chances de mortalité.

La fonction métabolique est essentielle au maintien d’un système immunitaire sain, il faut donc veiller à ce que le feu digestif soit soutenu pendant cette période.

Si votre métabolisme est sain, votre système immunitaire fera de même.

Boire du thé au gingembre le matin est un bon moyen de stimuler rapidement notre digestion, et il est conseillé de manger tous les aliments chauds et cuits.

Thérapies à base de plantes

Dans au moins 85% des cas de Covid-19 en Chine, les patients ont reçu une combinaison de thérapie antivirale et de médecine traditionnelle à base de plantes.

Bien qu’il ne soit pas conseillé de prendre au pied de la lettre tout ce que dit le gouvernement chinois, cela pourrait être une des raisons pour lesquelles la Chine semble avoir réussi à freiner la croissance de leur épidémie.

Selon une série de directives de traitement, il s’agit d’un exemple de protocole de thérapie prophylactique utilisé en Chine :

Prescription d’herbes chinoises à titre prophylactique :

  • Astragalus mongholicus 12 g,
  • Rhizome torréfié atractylodis macrocephalae 10 g,
  • Saposhnikovia divaricata 10 g,
  • Cyrtomium fortunei 10 g,
  • Chèvrefeuille 10 g,
  • Mandarine ou écorce d’orange séchée 6 g,
  • Eupatorium 10 g,
  • Et réglisse 10 g.

La prise de la formule chinoise ci-dessus permet d’obtenir une décoction une fois par jour pour les adultes, pendant 5 jours, comme traitement.

Pour les enfants, il faut réduire la dose de moitié.

J’ai énuméré ci-dessous quelques suppléments et phytothérapies plus facilement accessibles qui peuvent être incorporés dans un protocole de prévention dynamique.

Il n’y a bien sûr aucune garantie que l’un d’entre eux puisse prévenir ou guérir les infections à Covid-19, et cela ne doit pas être considéré comme un avis médical.

La FDA a menacé les entreprises qui font des allégations de santé non fondées sur leurs produits en ce qui concerne le Covid-19, je veux donc rester très prudent.

N’utilisez aucun de ces produits sans consulter un médecin, et ne remplacez pas un traitement médical ou des conseils par un conseil que vous lisez en ligne.

Strictement à des « fins éducatives », il ne s’agit que de quelques substances qui ont été utilisées pour soutenir la fonction immunitaire et contrer les virus :

Sureau – Cette baie incroyable, le plus souvent prise dans une préparation de sirop, est incroyablement riche en vitamines et en antioxydants, et il a été démontré qu’elle atténue la gravité des symptômes du rhume et de la grippe.

Il est généralement recommandé de prendre environ 2 cuillères à café de sirop trois fois par jour afin de fournir une protection adéquate pendant la saison du rhume et de la grippe.

Notez que les femmes enceintes et les mères qui allaitent ne doivent pas utiliser de sureau.

Astragale – Cette racine puissante a été largement utilisée contre le coronavirus en Chine (7), comme on l’a vu plus haut, et possède de puissantes propriétés d’équilibrage immunitaire, aidant à soutenir une expression saine des protéines impliquées dans la fonction immunitaire dynamique.

Notez qu’il s’agit d’une herbe préventive et qu’elle ne doit pas être utilisée pendant la maladie elle-même.

Vitamines C et D – Ce sont deux compléments essentiels pour la santé immunitaire.

La vitamine C aide à prévenir l’infection et peut accélérer le temps de guérison pour les personnes déjà malades, et les niveaux thérapeutiques de vitamine D3 (c’est-à-dire au moins 5 000 UI/jour pour la plupart des gens) sont également très immunoprotecteurs.

En particulier dans les climats sombres comme la Grande-Bretagne, les suppléments de vitamine D3 (avec K2) sont une ressource phénoménale pour ceux qui veulent un système immunitaire plus robuste.

Ail – L’ail cru contient de puissants composés antiviraux et antibiotiques (notamment l’allicine), qui peuvent aider à protéger l’organisme contre ces pathogènes.

Notez que l’ail cuit ne présente pas la même puissance, de sorte que la supplémentation par des gélules est la meilleure option pour la plupart d’entre nous.

Les Formules tibétaines

Dans la tradition tibétaine, quelques formules ont été utilisées pour prévenir et traiter les coronavirus.

Des herbes antivirales puissantes doivent être utilisées afin de s’attaquer à l’aspect pathogène de la maladie (qui ne doivent être utilisées que sous surveillance), tandis que d’autres se concentrent davantage sur le soutien du système respiratoire, la maturation et la pacification des fièvres, et le renforcement de la fonction immunitaire.

J’éviterai d’afficher des formules spécifiques, et je m’abstiendrai d’utiliser des antiviraux tibétains puissants, car les deux doivent être obtenus auprès d’un médecin tibétain.

Mais voici quelques uns des principaux ingrédients et combinaisons :

Drebu Sum (Triphala) – Cette combinaison de trois sortes de myrobolan (chebulic, beleric, et emblica officinalis) aide à purifier le sang et à réduire l’inflammation.

Dans le cas des maladies infectieuses, elle est souvent utilisée pour aider à nettoyer le système des agents pathogènes.

Elle peut également renforcer la fonction immunitaire.

Manupatra (aunée) – La racine de « Manu » est largement utilisée dans les pilules, les poudres et les décoctions pour atténuer l’inflammation et expulser l’excès de chaleur des troubles mixtes Vent/Sang, y compris les maladies infectieuses.

Elle agit comme un expectorant et soutient également la fonction métabolique.

Letre (Moonseed) – Le letre, connu sous le nom de guduchi en Ayurveda, est
fréquemment utilisé dans les maladies contagieuses, en particulier lorsqu’elles
sont « non mûries » en raison d’une forte implication du vent.

Cette plante est également adaptogène et contribue à renforcer la fonction immunitaire.

Shing-ngar (racine de réglisse) – Les variétés orientales et occidentales de réglisse sont des médicaments incroyables pour les voies respiratoires, et sont réputées pour leurs propriétés antivirales.

En médecine tibétaine, elle est traitée comme un ingrédient principal dans les formules pour les poumons, surtout lorsque la maladie est de nature sèche.

D’innombrables études ont démontré le pouvoir de la réglisse contre les anciennes souches de coronavirus (8) (comme le SRAS), et des recherches sur la glycyrrhizine (l’un des composés actifs de la réglisse) ont été menées comme thérapie d’appoint pour les personnes atteintes d’infections à coronavirus.

Les hôpitaux chinois l’utilisent largement, avec l’astragale et un certain nombre d’autres herbes, pour aider à prévenir la propagation du virus.

Gundrum (Raisin) – Un remède simple et classique contre une légère détresse respiratoire est le thé aux raisins secs, que l’on prépare en infusant simplement une petite poignée de raisins secs dans de l’eau chaude et en le buvant tout au long de la journée.

Il est également bon pour maintenir la santé pulmonaire pendant la phase de prévention, d’autant plus qu’il est hydratant et qu’il aide à lutter contre toute sécheresse des voies respiratoires.

Selon mon expérience en Occident, les raisins secs dorés sont les meilleurs.

Parmi les formules courantes qui contiennent certains de ces ingrédients, on trouve la décoction Norbu 7, la décoction Manu 4, Thang Chen, Trulo Kunsel, Lishi 6, et bien d’autres encore.

Comme les prescriptions tibétaines sont généralement données par séries de trois (ou plus) afin d’équilibrer les trois humeurs, un soutien pour le système digestif et des formules destinées à pacifier le rlung sont également donnés dans de nombreux cas.

Elles sont généralement disponibles auprès de médecins tibétains après une consultation, bien que certains puissent également les fournir dans ces circonstances atténuantes.

Les pilules précieuses – Rinchen Rilbu

La médecine tibétaine contient une lignée alchimique vivante liée à la production de rinchen rilbu, ou pilules précieuses.

Ces pilules sacrées contiennent plus de 100 ingrédients, dont des microdoses de métaux et de pierres précieuses détoxiqués.

Bien qu’elles ne puissent être légalement administrées en Occident pour un usage interne, les formules traditionnelles comme le Mangjor Chenmo et le Drangjor Chenmo sont fréquemment utilisées en cas de maladie grave, y compris à titre prophylactique.

Nagpo Gujor

L’une des formules médicales tibétaines les plus connues pour la prévention des maladies infectieuses est le Nagpo Gujor, ou « formule noire à 9 ingrédients ».

Il s’agit d’un mélange composé de neuf ingrédients qui est strictement limité à un usage similaire à l’aromathérapie externe, ou la diffusion.

Les gens portent la formule autour du cou dans une sacoche ou sous forme de pilule enveloppée, et la reniflent par intermittence afin d’activer son pouvoir protecteur.

Certains médecins déconseillent d’utiliser les épidémies pour vendre des cartables Nagpo Gujor, mais beaucoup ont attesté de son efficacité dans la prévention des maladies.

Comportement personnel et social

Le comportement personnel est peut-être la mesure préventive la plus importante pour éviter l’infection par le Covid-19.

L’hygiène personnelle, ainsi qu’une distanciation sociale adéquate, sont essentielles pour ne pas tomber malade ou exposer les membres vulnérables de la société au virus.

Lavez-vous fréquemment les mains pendant 20 secondes avec de l’eau et du savon, et appliquez un désinfectant pour les mains à base d’alcool entre les lavages.

Évitez autant que possible tout contact avec les surfaces publiques et veillez à ne pas vous toucher le visage, les yeux, le nez et la bouche, à moins d’être désinfecté de manière adéquate.

Le virus peut survivre sur des surfaces dures pendant plus d’une semaine.

Il passe principalement par des gouttelettes de salive, bien qu’il ait montré une remarquable capacité à se propager sur de longues distances dans l’air, même après que la personne infectée a déjà quitté les environs.

La distanciation sociale consiste à garder une distance d’au moins deux mètres entre vous et toute personne susceptible d’être infectée.

En Italie, cette mesure est adoptée dans tout le pays, car de nombreuses petites épiceries ne laissent entrer que cinq clients à la fois, avec de longues files d’attente à l’extérieur, dont un espace de 1 à 2 mètres entre les personnes.

Une distanciation sociale précoce est une clé essentielle pour arrêter la propagation du virus avant qu’il ne devienne trop incontrôlable.

Il est essentiel d’éviter les rassemblements publics, les espaces clos et les contacts étroits avec les personnes susceptibles d’avoir été en contact avec un porteur de la maladie.

Beaucoup de jeunes et d’individus immunocompétents se sentent encouragés à tester leurs chances, car ils sont persuadés qu’ils ne tomberont pas gravement malades, mais il s’agit d’une approche dangereuse et égoïste.

De nombreux membres de la société se situent dans une tranche d’âge vulnérable, ont des conditions préexistantes qui les prédisposent à des complications et sont immunodéprimés pour un certain nombre de raisons.

Même pour les jeunes gens en bonne santé, il n’y a aucune garantie de ne pas avoir besoin d’être hospitalisé.

Le dénonciateur chinois qui a signalé pour la première fois l’épidémie à Wuhan est mort à seulement 34 ans, alors qu’il avait accès à un traitement sophistiqué.

Les masques, lorsqu’ils sont correctement utilisés, aident absolument à prévenir l’infection, malgré ce que vous avez pu entendre.

De nombreux cas d’infection ont été signalés (par exemple, le cas de l’homme dans le bus qui a infecté neuf personnes (9)) où ceux qui portaient des masques ne sont pas tombés malades, tandis que d’autres, jusqu’à 4,5 mètres de distance, ont contracté le virus.

Il y a malheureusement une pénurie généralisée de masques, ce qui est la véritable raison pour laquelle nous les utiliserions avec précaution.

Mais dire que seules les personnes malades devraient porter des masques stigmatise ceux qui les portent comme étant probablement infectés.

En réalité, beaucoup d’entre nous sont porteurs de la maladie sans le savoir, et nous pourrions très bien être en mesure d’infecter d’autres personnes même si elles sont asymptomatiques.

Si le port du masque est considéré comme une mesure de sécurité raisonnable, davantage de personnes le porteront en public et nous serons globalement moins susceptibles d’entrer en contact avec des gouttelettes infectées.

Si vous êtes immunodéprimé, si vous avez plus de 60 ans ou si vous souffrez de maladies préexistantes comme l’hypertension ou les maladies cardiovasculaires, il serait alors sage de porter un masque n95 dans les lieux publics.

Si vous ne correspondez pas à cette description, je vous conseillerais de porter un masque que si vous en possédez déjà un, et seulement si vous avez le type approprié (c’est-à-dire le n95 avec des filtres remplaçables).

Racisme dans le sillage du Covid-19

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, des rapports épouvantables font état de racisme dans au moins 32 pays du monde entier (10).

Des Chinois et d’autres Asiatiques ont été victimes de discrimination et de violence généralisées par crainte des coronavirus, et des entreprises appartenant à des Asiatiques ont connu de nombreuses difficultés financières en raison de leur perception de la propreté et du risque.

Cette situation méprisable est profondément préjudiciable au tissu de nos sociétés.

Dans le cadre d’un comportement sain, nous devrions veiller à ne pas tomber dans des absurdités racistes à la suite du virus.

Il ne s’agit pas d’une « maladie chinoise », et les plus graves épidémies occidentales en Italie ont été attribuées à des individus européens, et non à des touristes chinois ou à des immigrants asiatiques.

Le coronavirus ne fait pas de discrimination raciale, et il serait absolument insensé de penser que l’on peut estimer la probabilité qu’une personne soit porteuse par la couleur de sa peau.

Soyez certainement prudent avec ceux qui ont récemment visité des régions fortement touchées comme Wuhan ou le nord de l’Italie, mais souvenez-vous que vous ne pouvez pas deviner les antécédents de voyage d’une personne en fonction de sa race.

De plus, nous devons utiliser ces opportunités pour mieux soutenir nos sociétés, et non pour aliéner ceux que nous considérons comme « autres ».

L’atout est de pousser Covid-19 comme exemple de la raison pour laquelle les États-Unis ont besoin d’un mur avec la frontière mexicaine.

Cet événement a le pouvoir de nous unir en tant qu’espèce, ou de nous diviser par une xénophobie et un racisme amers.

Choisissez la première option.

Conduite spirituelle

De nombreux lamas et professeurs spirituels ont partagé des approches bouddhistes pour faire face aux infections épidémiques.

Celles-ci vont de la récitation de mantras, à la méditation des déités, en passant par l’utilisation d’amulettes magiques pour la protection énergétique.

J’ai cependant vu certains enseignants faire remarquer que le Covid-19 est une « maladie karmique », indiquant qu’il n’affecterait que ceux qui ont le mauvais karma nécessaire.

Bien que l’on puisse dire clairement que chacun d’entre nous subit les effets de ses causes et conditions karmiques passées, ce qui signifie que toutes les maladies ont un certain degré de causalité karmique, je pense qu’il est trompeur de parler d’une « maladie karmique » au sens strict de la médecine tibétaine.

Cela implique que le virus est une sorte de châtiment divin envoyé pour purger les pécheurs du monde, un peu comme un fléau de l’Ancien Testament.

Mais je dirais que des maladies comme celle-ci sont le résultat de circonstances collectives, et non d’un karma individuel strict.

Dans la Sowa Rigpa, le terme « maladie karmique » désigne généralement soit des maladies terminales et incurables, soit des maladies d’origine génétique (et donc non liées à un déséquilibre des humeurs, à une influence pathogène ou à des conditions psychosomatiques).

Le Covid-19, bien qu’il soit certainement lié à nos activités collectives en tant qu’espèce, entre en fait dans la catégorie des troubles dön, qui sont classés indépendamment des maladies karmiques.

Les deux sont liés à notre comportement dans le monde en général, y compris à notre impact sur notre écologie, mais les troubles dön ont des causes distinctes et peuvent être traités efficacement dans de nombreux cas.

Il est dangereux d’insinuer que « seules les personnes ayant un mauvais karma tomberont malades », car nous avons tous un mauvais karma, sinon nous ne serions pas aspirés dans le samsara.

rDe plus cela peut être facilement interprété à tort par « seules les mauvaises personnes tomberont malades », alors qu’en fait, beaucoup de bonnes personnes sont déjà tombées malades et que beaucoup d’autres continueront à tomber malades malgré leurs qualités positives.

Propos recueillis par Jean-Baptiste Loin


Les suppléments préconisés dans cet article sont :


Sources et références scientifiques :

1/ Antécédents médicaux des victimes du Covid-19 : https://www.businessinsider.com/coronavirus-death-rates-preexisting-conditions-heart-disease-cancer-2020-2?r=US&IR=T

2/ Fréquences de personnes touchées en fonction du genre et de l’âge : https://www.repubblica.it/cronaca/2020/03/10/news/coronavirus_l_epidemia_in_italia_non_e_arrivata_dalla_cina-250882478/

3/ Manger selon ses « humeurs », terme désignant à la fois son état énergétique, physique, mental, vital, et la saison correspondante, en découvrant les secrets de la cuisine chinoise

4/ Troubles psychiatriques provoqués par des virus : https://www.sciencedaily.com/releases/2018/08/180809112440.htm

5/ Tests sur l’efficacité de médicaments contres le VIH pour lutter contre le Covid-19 : https://www.pharmaceutical-technology.com/news/abbvie-hiv-drug-covid-19-treatment/

6/ 85% des patients chinois traités par les plantes : https://www.scmp.com/news/china/society/article/3052763/coronavirus-80-cent-patients-china-benefiting-traditional

7 : L’astragale a été testée et couramment utilisée en Chine pour lutter contre le Codid-19 : https://mmrjournal.biomedcentral.com/articles/10.1186/s40779-020-0233-6

8 : Des études thaïlandaises montrent l’efficacité de la racine de réglisse contre les SARS coronavirus : https://www.thailandmedical.news/news/further-research-into-the-phytochemicals-contained-in-licorice-root-might-yield-a-treatment-for-the-new-coronavirus-strain-in-china

9 : Un homme contamine 9 autres personnes dans un bus : https://www.dailymail.co.uk/news/article-8094933/How-one-man-spread-coronavirus-NINE-people-bus.html

10 : Incidents liés à des comportements xénophobiques par peur du virus : https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_incidents_of_xenophobia_and_racism_related_to_the_2019%E2%80%9320_coronavirus_pandemic

Pour soutenir Réponses Bio et nous permettre de rester un media indépendant, RDV sur notre page Tipeee en cliquant sur ce lien.

9
Poster un Commentaire

avatar
9 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
9 Auteurs du commentaire
kpekpeArmand LAYACHIP.V.Isabelm.g Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
CFDT JUSTICE
Invité
CFDT JUSTICE

Merci

Dany
Invité
Dany

MERCI POUR CE QUE VOUS FAITES

Ayaba
Invité
Ayaba

Merci

Ludivine
Invité
Ludivine

Merci pour tout!

m.g
Invité
m.g

Merci.

Isabel
Invité
Isabel

Merci beaucoup

P.V.
Invité
P.V.

R e m a r q u a b le , vous rédigez depuis « un siècle » au moins , ce nombre d’articles que j’ai pu compulser depuis quelques semaines est simplement remarquable.
Merci

Armand LAYACHI
Invité
Armand LAYACHI

« assurez-vous que vos aliments soient cuits et servis chauds afin de garantir une digestibilité maximale »…Des aliments cuits sont des aliments morts! Tout ce que vous écrivez est vrai, mais là je pense que cela mérite réflexion

kpekpe
Invité
kpekpe

Merci beaucoup