Au printemps, soignez votre foie avec la MTC

1
comment soigner son foie avec la médecine traditionnelle chinoise

Aujourd’hui Jan Kristiansen va vous proposer quelque chose d’assez exotique : le Foie vu par la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC). 

Ne paniquez pas si les termes vous semblent quelque peu abscons ; l’essentiel est de vous rappeler que, derrière ces concepts apparemment bizarres, plusieurs millénaires d’un art médical des plus pragmatiques vous contemplent. 

Et au cas où vous n’y comprendriez rien… pourquoi ne pas  débuter la saison en rendant une petite visite à votre acupuncteur et, après la séance, en lui demandant éventuellement de vous expliquer tout ça. 

Le printemps, en Chine, correspond à l’élément Bois.

C’est l’éveil du Yang et le début de son ascension.

L’hexagramme qui le désigne est Tchen, l’ébranlement de la manifestation et de la nature. On dit que « la végétation sort de terre alors que le tonnerre s’y tenait caché ». 

L’élément Bois est donc en relation étroite avec la mise en route des énergies vitales pour un renouveau du cycle annuel. 

Et cet élément Bois va, à l’occasion de cette universelle montée de sève, mettre à profit tout ce qui a été accumulé pendant l’hiver. 

Dans les organismes humains, notamment, la montée du Yang de la grande nature va permettre l’épanouissement du Yin du Foie.

Voilà pourquoi j’ai titré mon article du jour : Au printemps, soignez votre foie.

C’est le moment !

 

L’énergie du Foie

En MTC, le Foie a un rôle comparable à la fonction du général qui fournit des renseignements sur les affaires. 

Par sa décision et sa prévoyance courageuse, le général en question fournira donc de précieux renseignements. 

Une fois appliquée au physiologique, cette métaphore signifie que le Foie (comprenez : l’énergie du foie) nourrit les muscles qui sustentent votre cœur

Les tissus organiques liés à l’élément Bois sont donc : les muscles et les tendons

Au niveau du climat, le Bois, c’est le Feng, le vent d’Est que l’on appelle aussi « le vent de l’enfance ». 

Lorsqu’on est blessé par lui, il attaque extérieurement les muscles et intérieurement le Foie. 

Par ailleurs, les aliments Bois sont le mil et le mouton

On ne peut d’ailleurs s’empêcher de faire une corrélation avec la tradition, plus occidentale, ou tout au moins moyen-orientale, de l’agneau pascal. 

La saveur Bois est la saveur acide ; et l’on constate bien souvent que le Foie désire l’acidité. 

Au plan psychique, le Bois et son organe le Foie correspondent au pouvoir d’imaginer, qui se colorera différemment en fonction du plein ou du vide : 

   s’il y a plénitude, le malade sera coléreux ; 

  → s’il y a vide, il deviendra anxieux et craintif. 

Plus précisément, lorsque l’énergie du Foie est perturbée, elle entraîne diverses manifestations pathologiques.

Lorsqu’elle est en excès :

   muscles contractés, 

   yeux larmoyants, 

   ongles durs, 

   colère, agressivité, 

   répulsion pour le mouton, 

   crainte du vent, 

   horreur de la marche, 

   détestation de la saveur acide, 

   amour du jaune…

Lorsqu’elle est en insuffisance, on assiste alors à :

   de la fatigabilité musculaire, 

   de l’hypotonie, 

   une baisse de la vue, 

   une sécheresse des yeux, 

   de l’anxiété, 

   de la crainte, 

   un dédoublement des ongles, 

   de l’anémie ferrique, 

   un amour immodéré du mouton et de la saveur acide.

Enfin, la notion de cycles étant primordiale en MTC, soulignons que les maladies de l’élément Bois :

   démarrent au printemps, 

   sont stationnaires en hiver et en été, 

   s’aggravent en automne. 

Attention : une pathologie comme l’asthme de printemps et d’automne, par exemple, ne doit pas être essentiellement traitée par le poumon, mais au travers de la racine de la maladie, c’est à dire le Foie.

 

Le terrain Bois

Pour le docteur Ménétrier, le terrain Bois correspondrait à la diathèse allergique

Pour les Chinois, c’est le Feng

Mais que vous vous considériez comme appartenant à la diathèse allergique ou sous l’emprise du Feng, vous retrouverez les mêmes symptômes bien reconnaissables : 

   Algies multiples, diffuses, erratiques et périodiques.

   Arthrites douloureuses, erratiques, sèches, non déformantes.

   Asthénie matinale avec céphalée au réveil, euphorie le soir. Les terrains Bois sont des couche-tard et des lève-tard. Ils présentent une mauvaise tolérance au repos. Ces signes se rattachent à un certain besoin d’activité, comme la marche prolongée, qui est une attitude typiquement Bois.

   Asthme essentiel, nocturne avec crises aiguës, violentes, espacées, allergiques.

   Colite gauche.

   Dysménorrhées, syndrome prémenstruel ou hyperfoliculinique.

   Dysthyroïdie.

   Eczémas allergiques.

   Fibromes

   Goutte, située principalement au gros orteil, point de départ du méridien du Foie.

   Hypotension pouvant s’accompagner de signes d’intolérances et d’hypertension mal tolérée, avec migraines et troubles visuels. 

   Irritabilité, nervosité, agressivité, dus à la plénitude du sang du Foie qui, comme on l’a dit, entraîne la colère. 

   Lithiases vésiculaires.

   Migraines périodiques avec asthénie, troubles digestifs, états nauséeux et oculaires de localisation hémicrânienne (migraines temporales sur le territoire du méridien de la vésicule biliaire).

   Névralgies et sciatiques, surtout sur le trajet du méridien de la vésicule biliaire.

   Oedème de Quincke.

   Optimisme actif.

   Prurit entraîné par le vide de sang du méridien du Foie. Si la branche secondaire du Foie est vide, le sujet présentera des démangeaisons au niveau des organes génitaux. 

   Rhume des foins… d’où l’intérêt de commencer la prévention dès le mois de Février, afin d’éviter la crise de mai/juin.

   Troubles digestifs de type hépatiques, avec migraines, asthénie, ou vomissements.

   Urticaire.

 

Les pathologies de plénitude du Foie

Nous avons vu qu’en MTC les pathologies se divisaient en deux grandes catégories : les plénitudes et les vides d’énergie. 

Trop ou pas assez !

Les pathologies de plénitude concernent essentiellement des syndromes successifs s’aggravant progressivement. 

Tout d’abord, c’est la stagnation du Qi du Foie, avec :

   dépression, 

   irritabilité, 

   soupirs fréquents, 

   oppression thoracique, 

   tension des flancs et des seins chez la femme, 

   dysménorrhées, 

   angoisses avec boules dans la gorge.

Ici, la fonction de drainage du Foie est en dysfonctionnement

C’est de loin la pathologie la plus souvent rencontrée. 

Ce syndrome se construit petit à petit chez des patients de terrain Bois. 

Ils étaient physiquement hyperactifs, optimistes et enjoués durant leur jeunesse…

Mais, au cours d’une vie professionnelle stressante, ils n’ont plus le temps de faire du sport, mangent trop vite une nourriture trop riche ou trop grasse, prennent un petit apéritif le soir pour décompresser…

Du coup, ils vont réussir à perturber le mouvement de libre circulation de l’énergie du Foie et sa capacité d’extériorisation. 

Et tout ceci peut encore se trouver aggravé par la colère rentrée et le refoulement des sentiments.

En dehors de toute thérapeutique, il est absolument indispensable, dans ce cas, de reprendre une activité sportive et de s’octroyer des moments de solitude et de calme

Une méditation d’une vingtaine de minutes chaque jour peut suffire. 

Attention : si vous ne portez pas remède à cette situation, après la stagnation du Qi, le feu du Foie risque de s’enflammer en haut

Ce syndrome fait naturellement suite au précédent, car le mouvement physiologique du Foie est de monter vers le haut. 

Le processus s’apparenterait à celui d’une voiture que l’on voudrait faire rouler tout en appuyant sur le frein. 

Cela entraîne un échauffement. 

Et, dans le cas du Foie, cet échauffement se manifeste, vers le haut, c’est à dire essentiellement vers votre tête, par des :

   céphalées, 

   vertiges, 

   acouphènes, 

   rougeur du visage et des yeux, 

   bouche amère, 

   douleur des flancs, 

   énervement, 

   irritation pouvant aboutir à la folie, 

   troubles du sommeil avec rêves très abondants, 

   cauchemars ou angoisse à l’endormissement…

Le dernier stade d’aggravation est constaté lorsque le feu du Foie devient vent. 

Lorsque ce feu devient trop important, il crée le vent. 

Cela se passe comme un incendie, avec le grand courant d’air qu’il crée. 

Attention : en médecine chinoise, le vent ne lutte pas contre le feu.

Au contraire, le feu crée le vent

Le feu est trop fort, il brûle le méridien du Foie.

Les muscles ne sont plus nourris et sont agités par le vent, ce qui entraîne :

   des convulsions, 

   une raideur de la nuque, 

   des yeux révulsés… 

Le sujet présente :

   une hyperthermie, 

   une agitation extrême, 

   de la soif, 

   et parfois une perte de conscience.

En médecine occidentale, on rencontre cette pathologie dans :

   les épilepsies, 

   les convulsions dans les maladies fébriles, 

   les attaques d’hémiplégie, 

   les syndromes hystériques.

 

Les pathologies de vide du Foie

Elles se constituent, dans la majorité des cas, à la suite d’une insuffisance de la racine Yin des reins (le rein-eau), entraînant ainsi une montée de Yang apparent vers le haut du corps. 

Ici encore, cela pourra se manifester par trois pathologies successives

Dans un premier temps, c’est le vide du Foie, dans lequel le rein-Yin est en insuffisance et ne peut plus, dans la loi des cinq éléments, inonder et nourrir le Bois qui s’assèche alors. 

Ce vide de sang du Foie peut provenir d’une production insuffisante ou d’une déperdition importante de sang, ou encore d’une maladie de longue durée ayant épuisé le sang du Foie. 

La faiblesse du sang entraînera :

   des vertiges, 

   une vision défectueuse à la tombée de la nuit, 

   un œil sec et sans éclat, 

   un visage terne, 

   des ongles ternes et mous, 

   des règles peu abondantes, voire absentes.

En Occident, on rencontre cette pathologie dans :

   les anémies ferriques, 

   les névroses,

   les aménorrhées…

Dans un deuxième temps, le Yang du Foie monte en haut. 

Lorsque le Yin des reins est insuffisant, il est dans l’impossibilité de contrôler le Yang du Foie qui va monter en haut du corps. 

En résulteront :

   vertiges, 

   acouphènes, 

   céphalées, 

   irritabilité,

   yeux rouges. 

Mais si la maladie provient d’un vide de Yin, on constatera :

   amnésie, 

   palpitations, 

   douleur du vertex, 

   insomnie.

Enfin, dans un troisième temps, le Yang du Foie devient vent. 

Lorsque le Yin du Foie et des reins est vide, le Yang prend trop d’importance et produit le Vent. 

Si le Vent est en haut, ce seront :

   vertiges, 

   céphalées, 

   instabilité, 

   paresthésies, 

   mouvements involontaires des pieds et des mains, 

   spasmes, 

   difficulté de la parole, 

   hémiplégie. 

Si le Vent est en bas : 

   marche mal assurée. 

 

Diététique pour régulariser le Foie

Terminons avec les alicaments conseillés par la MTC pour régulariser les énergie du Foie et ainsi démarrer la nouvelle saison en bonne santé. 

   Ache des marais (Han Qin) : Elle calme le Foie, supprime la chaleur, tonifie le sang et chasse le vent. Indications : hypertension artérielle débutante, vertiges, céphalées, visage et yeux rouges.

   Ciboule (Cong bai) : Elle fait communiquer le Qi du Yang, et permet d¹éliminer les attaques de vent. 

   Persil (Qin cai) : Il consolide les reins. Utilisé pour calmer les céphalées de type Vent, l’hypertension, les insomnies, les maladies chaudes.

   Poireau (Jiu cai) : Il dissipe les stagnations de sang, et neutralise les toxiques.

   Pourpier (Ma chi xian) : Il élimine la chaleur, et neutralise les toxiques.

   Sésame (Hei zhi ma) : Il tonifie le Foie et les reins. Indiqué pour consolider les tendons et les os. Il clarifie la vue.

   Tournesol (Xiang re gui) : Il calme le Foie, chasse le vent. Il est indiqué dans l’hypertension artérielle et les vertiges.

   Anguille (Shan yu) : Elle élimine le vent, tonifie les tendons.

   Crabe (Xie) : Il purifie la chaleur, tonifie les tendons et les os.

   Lapin (Tu rou) : La viande de lapin rafraîchit le sang, neutralise les toxiques de la chaleur. 

   Pigeon (Ge) : La chair de pigeon nourrit les reins, chasse le vent, neutralise les toxiques. Elle élimine le vent et le feu du Foie.

   Poulet (Ji) : Traite les attaques par le vent et le bourdonnement d’oreille.

   Canne à sucre (Gan zhi) : Elle purifie la chaleur, abaisse le QI, tonifie les tendons, calme le vent, nourrit le sang.

   Coriandre (Hu sui) : Elle favorise les retard d’éruption dans la rougeole, calme les effets d’une suralimentation, traite les toxiques dus à une plénitude de chaleur interne.

   Lizhi : Il favorise l’extériorisation des maladies éruptives. Attention en cas de feu par vide de Yin car la consommation prolongée donne de la chaleur.

 Jan Kristiansen 

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Au printemps, soignez votre foie avec la MTC"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
trackback

[…] Au printemps, soignez votre foie avec la MTC […]

wpDiscuz