Un sérum détoxinant, régénérant et protecteur

9
Florasérum détoxinant, régénérant et protecteur

Les produits de beauté pour protéger et hydrater la peau, surtout quand le thermomètre baisse, sont légion sur les étals des boutiques, des pharmacies et magasins bio, jusqu’aux super et hypermarchés.

Derrière des packagings « nature », voire des labels bio rassurants, on découvre malheureusement dans l’immense majorité des cas, lorsque l’on s’y penche de plus près, des compositions bien décevantes :

  beaucoup d’eau,

  des agents de texture,

  des conservateurs,

  nombre de parfums synthétiques…

  et autres additifs qui polluent ces produits pourtant très importants pour le maintien d’une peau saine, premier rempart contre les agressions extérieures étant aussi variées qu’oxydantes.

C’est pourquoi, pour une fois, j’ai choisi d’essayer un soin de beauté assez complexe et inhabituel, entièrement naturel et biologique certes, mais surtout sans aucun additif, y compris ceux autorisés en bio.

Comme je connais bien le laboratoire qui s’intéresse davantage à la qualité qu’aux labels, j’ai testé l’une de leurs formules, assez complexe, qui m’a interpellée par l’absence totale d’eau dans sa composition, exclusivement à base d’huiles végétales et essentielles bio.

Les principes actifs constituant ce sérum multi-fonction permettent en une ou deux applications quotidiennes de réparer, régénérer et nourrir la peau, tout en l’aidant à se purifier.

Bien que peu connu, le Florasérum fait partie des produits de beauté naturels à avoir été estampillé par le très sélect Observatoire des Cosmétiques, ayant publié de nombreux rapports sur les dangers des produits cosmétiques, même bio.

S’il peut être légèrement trop actif pour les peaux réactives ou à tendance allergique, il est en revanche parfaitement adapté à toutes les autres, qu’elles soient :

  grasses, mixtes et acnéiques grâce à son action purificatrice et régulatrice,

  sèches, matures et abimées avec ses propriétés revitalisantes et régénératrices,

  mais aussi fatiguées ou ternes, leur donnant un effet « bonne mine ».

Purifier et équilibrer

La base de ce soin de beauté est une huile de Jojoba (Simmondsia Chinensis), que l’on connait bien pour sa composition remarquablement proche de celle du sébum.

Se mariant parfaitement avec la peau, son excellente capacité de pénétration garantit une absorption rapide, sans laisser de film gras.

De plus, l’huile de Jojoba est extrêmement hydratante avec :

  plus de 80% d’acides gras mono-insaturés, dont les acides gadoléique et érucique,

  et des céramides.

Non-comédogène, elle :

  nourrit et assouplit l’épiderme en le protégeant de la déshydratation,

  tout en régulant les sécrétions de sébum.

Equilibrante, elle est bénéfique aux peaux à tendance grasses ou à imperfections.

Plus généralement, elle adoucira, lissera et réparera toutes les peaux, féminines comme masculines d’ailleurs.

L’huile de noisette (Corylus Avellana), associée au Jojoba, intensifie l’action régulatrice et assouplissante.

A la fois réparatrice, protectrice, pénétrante et satinée, on la conseille aux peaux :

  à problèmes,

  mixtes,

  grasses,

  et surtout celles présentant des imperfections et points noirs.

Mais c’est l’ajout d’un certain nombre d’huiles essentielles bien choisies, qui potentialise les propriétés des huiles végétales.

C’est entre autres le rôle de l’huile essentielle de Palmarosa (Cymbopogon Martini), puissamment purifiante et astringente, très utile pour assainir les imperfections cutanées.

Cicatrisante et anti-infectieuse, elle est indiquée pour traiter :

  l’acné,

  les cicatrices récentes,

  l’eczéma,

  les crevasses,

  les escarres,

  les mycoses cutanées,

  la transpiration excessive,

  et même les problèmes de cheveux trop gras ou trop secs.

En outre, sa richesse en monoterpènes apporte à la composition un parfum suave et fleuri, tonique et stimulant psychique tout aussi favorable en cas de fatigue que de nervosité dans la mesure où les esters monoterpéniques agissent sur les récepteurs et les canaux ioniques, harmonisant le système nerveux. 

On y trouve aussi de l’huile essentielle de Géranium rosat (Pelargonium Graveolens), particulièrement parfumée et dont les monoterpènes stimulent les corticosurrénales pour un effet à la fois tonique et tranquillisant.

Sur le plan dermatologique, ses composés actifs lui prodiguent des propriétés cicatrisantes, anti-infectieuses et antifongiques, indiquées pour soigner :

  brûlures,

  couperose,

  acné,

  mycoses,

  plaies,

  coupures,

  infections cutanées,

  rides,

  vergetures,

  eczéma,

  psoriasis,

  etc.

Et c’est l’huile essentielle de Sauge sclarée (Salvia Sclarea) qui complète cette action assainissante tout en régulant l’excès de sébum.

Réparer et nourrir

Mais les peaux à problèmes ne seront pas les seules à profiter de ce sérum également conçu pour hydrater, régénérer et revitaliser l’épiderme mis à mal durant la période hivernale.

L’huile de Rose musquée (Rosa Moschata), traditionnellement employée pour faire disparaître les rides, les cicatrices et les tâches brunes, fait partie des plus propices à la régénération cutanée des peaux matures.

Appliquée régulièrement, il est largement prouvé qu’elle améliore la texture et la teinte de l’épiderme.

Grâce à sa richesse en antioxydants, elle freine l’apparition des signes de vieillissement en lissant visiblement les peaux ridées, sèches, dévitalisées, inconfortables ou atopiques.

Par ailleurs, en prévention, elle protège les futures mamans des vergetures.

Deux huiles essentielles renforcent l’effet régénérant et vivifiant de ce cocktail :

  celle de Santal (Fusanus Spicatus), synonyme d’harmonie et de plaisirs sensuels, dont le fameux parfum boisé apaise et libère l’esprit, relaxe et harmonise les sens tout en stimulant la libido.

En application cutanée, sa faculté revitalisante tissulaire est profitable aux peaux sensibles, matures, ridées, ou encore sujettes aux desquamations, irritations, rougeurs et démangeaisons.

  celle de Romarin (Rosmarinus Officinalis) est une huile essentielle que l’on utilise généralement pour renforcer l’organisme lors des épisodes de surmenage liés à la fatigue ou aux difficultés de concentration, mais dont la capacité à revitaliser l’épiderme n’est pas moins intéressante.

Apaiser et illuminer

Bien que les huiles que nous venons de voir puissent sembler suffisantes pour leurs bienfaits déjà extrêmement vastes, le laboratoire qui a formulé ce soin va encore plus loin en y ajoutant :

L’huile essentielle de Carotte (Daucus Carota), l’alliée du teint par excellence, faisant merveille contre :

  les teints brouillés,

  la couperose,

  l’acné,

  les varicosités,

  les taches de vieillesse,

  l’eczéma,

  ou les furoncles.

Surtout réputée pour son effet détox de la sphère hépatique grâce à sa teneur en carotol, un alcool sesquiterpénique détoxinant, elle s’avère pourtant aussi bien utile en usage externe qu’interne.

Elle a la faculté de débarrasser la peau des pollutions, qu’elles soient extérieures ou organiques, en :

  désincrustant les pores,

  drainant les impuretés,

  apaisant les inflammations circulatoires,

  décongestionnant,

  et en revitalisant et tonifiant l’épiderme.

L’huile essentielle de Lavande aspic (Lavandula Spica) ajoute pour sa part ses vertus apaisantes et réparatrices, qui participeront à la cicatrisation des petites imperfections, des gerçures, et mêmes des crevasses, brûlures ou cicatrices.

Enchanteur, son profil olfactif a tendance à calmer, relaxer et rafraîchir agréablement.

L’huile essentielle d’Orange douce (Citrus Aurantium Dulcis) prodigue, pour sa part, un parfum fruité, frais et irrésistiblement optimiste, ainsi qu’une action tonique pour l’épiderme.

Et afin d’enrober ces huiles essentielles et de les rendre parfaitement sans danger, deux huiles végétales parmi les plus protectrices y ont été associées :

  l’amande douce (Prunus Amygdalus Dulcis), apaisante et nourrissante, réconforte les peaux tiraillées et inconfortables tout en offrant un aspect velouté aux peaux sèches, fragiles, délicates ou sujettes aux vergetures.

Contenant plus de 60% d’acides gras mono-insaturés (oméga 9), environ 20% d’acides gras polyinsaturés (oméga 6) et 10% d’acides gras saturés, elle est émolliente et assouplissante mais n’en demeure pas moins fortifiante, soutenant efficacement les processus naturels de régénération cutanée.

  le noyau d’abricot (Prunus Armeniaca), riche en provitamine A (béta-carotène), vitamine E et phytostérols, embellit le teint avec sa particularité illuminatrice garantissant l’effet « bonne mine » à tout moment de la journée.

Bien tolérée par les peaux les plus sensibles, l’huile de noyaux d’abricot est multi-usages, puisqu’elle :

  agit comme anti-âge en tonifiant les peaux matures,

  adoucit les épidermes secs et dévitalisés,

  illumine les teints ternes et asphyxiés,

  et vivifie les peaux flétries ou ridées.

Enfin, l’extrait de feuilles de Romarin garantit la stabilité du sérum et empêche son oxydation, du fait de sa concentration hors pair en antioxydants.

De plus, il enrichit ce complexe de ses propriétés purifiantes et apaisantes, ainsi que d’une divine odeur de romarin frais !

Mode d’emploi

A la fois utile pour traiter les problèmes cutanés, revitaliser, nourrir et illuminer la peau, ce sérum délicieusement parfumé peut s’employer de différentes manières :

  en soin de jour après la toilette, éventuellement avant un soin spécifique, pour garantir un confort tout au long de la journée

  en soin de nuit pour nourrir et régénérer la peau pendant le sommeil

  ou même en soin d’urgence avec application locale, en cas d’irritation, de coupure superficielle ou de brûlure légère.

Du fait de sa forte concentration en principes actifs, il suffit d’appliquer une très petite quantité à chaque fois, en pratiquant de légers massages sur le visage, le cou et le décolleté.

Personnellement, en plus de son effet globalement protecteur et purifiant, je l’apprécie tout spécialement pour sa capacité à apaiser l’esprit après une longue journée, c’est pourquoi il a définitivement intégré mon rituel du soir.

floraserum soin visage huiles végétales et essentielles bio Geneviève Maillant 

Pour essayer vous aussi ce véritable OVNI de la cosmétique naturelle, introuvable dans les rayons des magasins, rendez-vous ici

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Un sérum détoxinant, régénérant et protecteur"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Halima
Invité

Merci
Bon dimanche

Evelyne
Invité

Merci!

trackback

[…] Articles liés : Un nouveau sérum de jouvence L’huil…Source […]

Claudie
Invité

Merci

Inés
Invité
Inés

Vous parlez d’HE de romarin dans ce sérum sans préciser le chémotype. Est-ce celle de romarin à camphre, à cinéole ou à verbénone par exemple?

Justine
Invité
Justine

Bonjour
Je l,utilise la nuit et j ai une crème pour le jour
Cela fait 15 jrs que je l applique …..trop tôt pour appréciation …..mais malgré tout j apprécie la texture
Justine

Xavier
Invité

Merci

Mohamed
Invité

Merci

Andree
Invité

Merci je vais essayé de trouver mon bonheur i

wpDiscuz