Techniques pour un massage californien réussi

1
massage californien du cou

Un massage complet, de la tête aux pieds, est composé d’une quarantaine de mouvements.

Pour un premier massage, il est conseillé de commencer par masser deux ou trois parties du corps en donnant une importance toute particulière au ressenti plutôt qu’aux techniques.

Pour les massages suivants il est possible d’ajouter des touches personnelles à mesure que la pratique se fait plus intuitive.

Le massage du buste

Votre partenaire est allongé sur le dos, vous êtes à genoux derrière sa tête qui repose entre vos jambes.

Dans un premier temps établissez le contact en posant vos mains sans pression sur le haut du thorax.

Vos doigts sont orientés vers les pieds de votre partenaire, la base de vos mains sous ses clavicules.

Votre esprit est clair, votre attention est fixée sur son rythme respiratoire.

  Contact et ouverture du haut de la poitrine : la chaleur de vos mains et celle du corps de votre partenaire s’harmonisent, vous avez maintenant l’impression que vos mains se fondent dans la partie du corps sur lequel elles se trouvent.

A chaque fois que votre partenaire expire, pressez légèrement, relâchez la pression lorsqu’il inspire.

Le mouvement de pression doit venir de tout le corps, vous devez vous balancer légèrement au rythme de sa respiration.

Comme si le mouvement de votre corps était le second souffle de votre partenaire.

Après un temps, saisissez une expiration et commencez à écarter lentement vos mains en direction des aisselles en longeant le dessous des clavicules, comme pour ouvrir la poitrine de la personne.

Le mouvement prolonge le contact et se fait en équilibre avec la respiration de votre partenaire.

Ramenez maintenant vos mains à la position de départ pendant une inspiration de votre partenaire, en glissant sans pressions.

Vous pouvez répéter ce mouvement plusieurs fois.

  Détente de la poitrine : la position de départ est la même que dans le mouvement précédent.

Descendez en rapprochant les deux mains dans l’axe de la poitrine puis écartez les mains vers les flancs, le long des dernières côtes.

Ensuite ramenez-les vers vous en étirant légèrement les côtés du corps.

Revenez à la position initiale en passant par les aisselles.

A présent, descendez bien vers l’avant du corps les mains bien à plat, sans trop de pression sur la cage thoracique.

Arrivé au niveau du plexus solaire, écartez vos mains sur les dernières côtes pour revenir par les flancs et les aisselles.

Reprenez la base du mouvement pour descendre dans l’axe du corps jusqu’en bas du ventre.

Pour revenir, passez par les flancs et reliez la poitrine à l’abdomen.

En répétant le même mouvement, vous pouvez progressivement augmenter la pression pour passer du stade de l’effleurage à celui de la pression glissée des deux mains.

  Soulever le dos : aussi bénéfique pour le buste, cette technique consiste à passer les mains sous le dos pour porter le buste.

Après avoir généreusement enduit vos mains et vos avant-bras d’huile, glissez-les sous les épaules.

En vous penchant en avant faites glisser vos avant-bras sous les épaules de votre partenaire, en amenant les mains vers la taille.

En soulevant les épaules de la personne que vous massez, amenez les mains sous le creux des reins et ramenez vos avant-bras sous le dos.

Restez un moment ainsi à soutenir le dos, pendant que votre partenaire se relâche sous votre appui.

A présent, retirez vos avant-bras en vous redressant et en faisant glisser vos mains jusqu’aux épaules le long de la colonne vertébrale.

Continuez votre mouvement sous le cou en invitant votre partenaire à relâcher sa tête vers l’arrière.

Soutenez bien le cou en l’allongeant puis poursuivez en glissant sous l’arrière de la tête, en la laissant se soulever.

Terminez le mouvement dans le cuir chevelu en portant la tête avant de la poser délicatement sur le sol.

Ce mouvement est moins facile que les précédents et demande un minimum de pratique.

  Détendre les muscles pectoraux : relâchez à pleines mains les attaches du bras en pétrissant les muscles pectoraux entre les doigts et le pouce.

Vous pouvez accomplir ce geste une main de chaque côté ou successivement avec les deux mains pour chaque muscle.

La zone étant sensible, demandez régulièrement à votre partenaire comment il ou elle se sent.

En acupuncture, cette partie du corps étant en relation avec le fonctionnement du poumon, son massage soulage les problèmes pulmonaires chroniques, et relativise le sentiment de regret ainsi que l’apitoiement sur soi.

Pour insister sur cette zone, vous pouvez également pratiquer un massage circulaire adapté à la sensibilité de votre partenaire.

La symbolique du buste

Le buste est le symbole de la vie privée, du sens de l’identité, de la valeur que l’on se donne.

Une poitrine large et gonflée donne un sentiment d’assurance et de maîtrise de la situation.

Sentiment qui ne s’avère être qu’une apparence lorsque cette poitrine est incapable de se détendre.

Une poitrine étroite et enfoncée indique un état de déprime, un sentiment d’insécurité, d’instabilité et de réserve émotionnelle.

Ce blocage en position d’expiration reflète un grand doute sur sa valeur, et amène à rechercher la sécurité dans des relations de dépendance avec les autres.

Un thorax ouvert et souple indique un équilibre entre ces deux tendances.

Plus la respiration est ample et fluide, plus la personne est optimiste et positive.

Plus la respiration est étriquée et contenue, plus l’avenir semble sombre, donnant tendance à se lamenter et à craindre le pire.

Des tensions au niveau du sternum traduisent souvent un déni de soi, créé ou renforcé par de la négligence, du refoulement du vécu de l’enfance.

Les personnes sujettes à des problèmes cardiaques ressentent souvent l’amour qu’elles pourraient donner ou recevoir comme dangereux, même si elles en manquent terriblement.

Le massage du cou

La position de départ de ce massage, dite du berceau, consiste à placer en contact les mains l’une sous l’autre en empaumant bien la cambrure du cou et de la nuque.

  Le berceau : revenez jusqu’à la pointe des épaules que vous utiliserez pour pivoter avec les mains.

Faites le mouvement lentement pour ne pas bousculer la tête de votre partenaire que vous laisserez reposer sur le sol.

Ramenez vos mains dans la position de départ sans perdre le contact.

Lorsque vous levez la tête de votre partenaire de un ou deux centimètres au-dessus du sol, soyez attentif à être délicat en étirant le cou lorsque vous la reposez.

Terminez bien le mouvement en laissant glisser vos doigts dans la chevelure.

Avant de passer à la suivante, vous pouvez répéter cette technique plusieurs fois en veillant à être attentif à la fluidité du geste.

Vos poignets doivent être souples, le bout de vos doigts doivent rester en contact avec le corps.

Repoussez maintenant les épaules vers le bras en pivotant sur la crête des épaules.

Glissez jusqu’à la base du cou, gardez à l’esprit qu’il faut effectuer le mouvement avec le corps et en demeurant attentif à la respiration.

Passez les mains sous le cou et étirez la nuque, terminez dans les cheveux.

  Entre l’épaule et l’oreille : ce mouvement consiste à allonger l’espace compris entre l’oreille et la pointe de l’épaule pour « détasser » le cou.

Il nécessite que vous tourniez la tête de votre partenaire d’un côté puis de l’autre.

Prenez  soigneusement mais fermement la tête de votre partenaire entre vos mains, puis soutenez-la d’une seule main.

Avec l’autre, empaumez le côté du cou près de l’oreille, et descendez en glissant vers l’épaule tout en la repoussant.

Une fois sur l’épaule, marquez un temps d’arrêt en la pressant vers les pieds.

A présent, ramenez la main vers vous en prenant le même trajet, dépassez l’oreille en prenant soin de la contourner pour terminer dans le cuir chevelu.

Répétez ce mouvement plusieurs fois avant de passer à l’autre côté.

Ce massage apaise le rythme cardiaque (émotivité, trac, palpitation, hypertension) pour améliorer la circulation sanguine du cerveau et pour épurer la peau du visage.

Afin d’approfondir cette technique, réalisez le mouvement suivant le long de la carotide, sur le côté du cou.

La tête de votre partenaire en position latérale, exercez des pressions brèves et légères de deux ou trois secondes.

Poursuivez de haut en bas de la carotide.

  Le massage des vertèbres cervicales : placez le bout des doigts joints sous les muscles trapèzes, là où les muscles se rattachent au dos.

Avec un mouvement circulaire de la pulpe des doigts, recherchez les points durs et tendus que vous masserez lentement en pressant vers l’intérieur du corps.

Augmentez votre pression progressivement à mesure qu’ils se détendent.

Toujours avec le même mouvement circulaire du bout des doigts, remontez vers le cou pour détendre les points de tensions de chaque côté des vertèbres cervicales.

Vous pourrez terminer en massant l’os occipital, le long de la bordure du crâne.

La base de vos mains vient s’appuyer sur le côté de la tête pendant que vos doigts légèrement en crochet, cherchent à se glisser sous le rebord osseux ; pendant le massage étirez doucement le cou.

A partir de l’axe du crâne, écartez le bout de vos doigts et continuez à masser circulairement, le long de la bordure de l’os vers les oreilles, comme si vous cherchiez à épaissir cette zone.

Attention, dans la zone du cou, les tensions correspondent souvent à des déplacements de vertèbres, par conséquent elle est très sensible.

Toute manipulation de cette région du corps invite à une grande prudence, sans quoi vous risqueriez d’accentuer les douleurs.

La tête et le visage

Après le massage du cou ayant largement détendu cette zone, commencez le massage de la tête qui demande une bonne souplesse du cou.

  La détente du cuir chevelu : elle est particulièrement indiquée aux gens anxieux et préoccupés.

On la pratique par des frictions circulaires assez vigoureuses faites du bout des doigts, en particulier autour des oreilles.

Pour bien saisir cette technique, prenez appui avec vos pouces sur le dessus du crâne de votre partenaire.

Quand elle est très tendue, la région au-dessus des oreilles peut donner l’impression d’avoir la tête prise dans un étau.

Son massage apporte beaucoup de détente aux personnes coléreuses, soucieuses et insomniaques.

En massant avec le bout des pouces sur l’axe du crâne, frictionnez en faisant bouger la peau sur l’os.

Vous pouvez aussi exercer des pressions profondes le long de cette ligne, en direction des pieds du massé.

Terminez en prenant les cheveux à pleine mains et en les étirant, progressivement et délicatement.

  L’ouverture du front : placez vos deux mains sur le front de manière à ce qu’elles le recouvrent complètement.

Faites glisser jusqu’à vous et arrêtez-vous au niveau du cuir chevelu.

Ensuite écartez la base de vos mains vers les tempes dans un mouvement d’ouverture, continuez avec une pression beaucoup plus légère sur les tempes.

De cette manière vous dégagez les tensions entre les sourcils.

Terminez par un massage circulaire des tempes avec la pulpe des doigts.

  La détente des mâchoires : enchaînez le massage des tempes avec des frictions circulaires devant l’orifice de l’oreille, sur l’articulation des mâchoires, là où l’os ressort lorsque l’on ouvre la bouche en grand.

Puis continuez à descendre en massant vers la mâchoire inférieure.

Effectuez des mouvements circulaires et profonds du bout des doigts, vous devez sentir les gencives et les os du visage à travers les joues.

Profitez du relâchement des muscles pour inviter votre partenaire à ouvrir la bouche, que vous tirerez sans forcer vers le bas.

Le massage du dos

Le dos se masse successivement dans trois positions, de haut en bas, par le flanc et de bas en haut.

Un massage de chaque bras peut s’intercaler dans l’enchaînement.

  L’effleurage du montant du dos : vous êtes derrière votre partenaire, dans un mouvement circulaire étendez de l’huile sur toute la surface du dos, jusque dans le cou et les bras sans oublier les flancs.

Commencez le massage en posant à plat vos deux mains rapprochées sur le sacrum en haut des fesses.

A partir de là commencez un mouvement ascendant d’effleurage du dos, de chaque côté de la colonne vertébrale.

Poursuivez votre mouvement jusqu’à la base du cou, avant d’écarter vos mains sur vos épaules.

Il faudra suivre le mouvement avec le corps pour ne pas perdre l’équilibre.

Arrivé à la crête des épaules, glissez sans presser en passant par les aisselles pour redescendre le long des flancs, donnant à la personne que vous massez une sensation d’étirement.

Veillez à bien envelopper le corps en passant le plus près possible du sol.

Descendez enfin jusqu’à ce que vous sentiez l’os du bassin et revenez sans pressions à la position de départ.

Vous pouvez accomplir le même trajet avec les mains à plat, doigts vers l’intérieur, coudes légèrement pliés.

Maintenant que vous êtes en contact avec le dos, vous pouvez reprendre ce même mouvement en pression glissée.

Pressez le sacrum au début du mouvement et remontez lentement sans oublier de doser la pression, en fonction de la sensibilité et des réactions du corps de votre partenaire.

Arrêtez-vous aux étages du dos qui vous semblent tendus et exercez une action de pression-relâchement immobile, en invitant votre partenaire à expirer profondément.

Donnez à vos mains un mouvement d’écartement de la colonne vertébrale vers les flancs.

  Détente du bas du dos : replacez vos deux mains sur le sacrum.

La trame du mouvement est la même que celle du mouvement précédent.

Seul le trajet diffère car vous allez monter chaque fois à une hauteur différente du dos, en dessinant ce que l’on appelle les trois « V ».

  Le premier « V »  consiste à dessiner un « V » assez large qui suit l’os du bassin que vous pouvez sentir sous le talon de vos mains.

Vous devez avoir l’impression d’ouvrir cette zone en pressant avec le talon des mains.

Lorsque vous arrivez, sur le flanc, remontez vers le centre de la fesse en pression avant de ramener vos mains à la position de départ.

En reprenant le mouvement du premier « V », arrêtez-vous sur les points de tension situés le long de l’os du bassin.

Vous y exercerez des frictions circulaires appuyées avec le talon des mains.

La zone du sacrum, juste au-dessus du pli des fesses, peut être facilement douloureuse quand on la masse.

Elle est en relation avec le fonctionnement de la vessie et surtout avec le cycle menstruel des femmes.

Le massage en « V » de cette zone régularise le cycle (règles irrégulières, trop abondantes ou interrompues), soulage la douleur en cas de règles douloureuses et favorise l’amincissement du bas du corps.

Lorsque cette zone est engorgée, la peau est épaisse, comme collée au sacrum ; le masseur peut avant de continuer son massage frictionner vigoureusement le sacrum et même prendre la peau entre les pouces et le bouts des doigts pour la décoller et la rouler.

  Le second « V » commence dans la même position de base, au niveau du sacrum.

Remontez jusqu’à la taille avant d’écarter vos mains vers les flancs.

Commencez à glisser avec le bout des doigts dans la taille puis avec le talon des mains.

Ensuite redescendez le long des hanches puis des cuisses avant de revenir par l’arrière des jambes jusqu’au sacrum.

A la hauteur de la cinquième lombaire juste au-dessus du sacrum, se trouve un point bien souvent douloureux.

Il est en relation avec le fonctionnement du gros intestin et du côlon.

Si des problèmes chroniques apparaissent dans cette zone, ile peuvent fragiliser le bas du dos et favoriser les déplacements vertébraux.

On masse ce point à partir du haut du dos en pressant la cinquième lombaire vers les pieds.

  Le troisième « V » reprend la même position de départ que les deux premières figures.

Montez cette fois jusqu’en haut du dos en écartant vos mains à partir des omoplates, en direction des aisselles.

Comme dans le grand mouvement d’effleurage, redescendez par les flancs.

  Les trois « V » se pratiquent en répétant chaque mouvement plusieurs fois, que vous enchaînerez dans l’ordre qui vous semble le mieux approprié.

Une fois que le mécanisme du mouvement aura été saisi, vous devez avoir l’impression de prodiguer des vagues successives de détente de plus en plus profondes.

Pour y parvenir, décrivez les différents trajets avec une pression répartie dur toute la surface de la main.

Ensuite toute la surface de la main restant en contact, appuyez plus profondément par exemple avec le bout des doigts grâce aux pouces, mains ouvertes.

  Détente des deux moitiés du dos : en vous plaçant un peu plus haut sur le côté, commencez avec les deux mains jointes orientées vers l’extérieur d’un des flancs.

Puis décrivez des cercles entre la colonne vertébrale et le flanc en étalant bien les mains et en descendant dans chaque cercle le plus bas possible sur le flanc.

Ce geste fait la transition avec le mouvement suivant où le bout de vos doigts touchent pratiquement le sol.

En massant le flanc de façon circulaire vous allez descendre jusqu’aux fesses ; vous pouvez le même geste plusieurs fois.

  La fourchette : Partez du haut du dos et descendez le long de la colonne vertébrale avec les deux doigts inclinés.

L’autre main sert à maintenir la position de vos doigts qui serrent la crête vertébrale au plus près.

Remontez simplement en glissant la main à plat.

A chaque passage, augmentez la pression.

Lorsque vous rencontrez des points douloureux, vous pouvez les « gommer » avec un petit mouvement appuyé de haut en bas sur quelques centimètres.

Fin du massage

Votre massage n’est pas terminé lorsque vous ôtez vos mains du corps de votre partenaire.

Pour lui, il va continuer et son corps va intégrer tranquillement tout ce qu’il a reçu.

Invitez-le à se mettre dans la position qu’il trouve la plus agréable, sans oublier de le recouvrir d’un drap s’il a froid.

S’il se relevait trop vite, un grand nombre des bienfaits qu’ils soient intérieurs ou physiques, seraient perdus.

La personne que vous avez massée peut avoir besoin de rester tranquillement avec elle-même, à ressentir le flot de son énergie qui circule librement.

Ne soyez pas trop pressé de lui demander ce qu’elle a ressenti, donnez-lui le temps de revenir à elle.

Sans lui refuser, si elle le demande, un massage complémentaire que vous pouvez faire par-dessus le drap en enveloppant les masses importantes du corps par de légères pressions successives.

 Nicolas Send 

A lire : Massage californien : Un toucher qui fait du bien – Un corps qui parlepar Jean-Louis Abrassart, Ed. Guy Trédaniel.

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Techniques pour un massage californien réussi"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
christine
Invité

Merci 🙂

wpDiscuz