Les remèdes de la circulation

5
Remèdes naturels de la circulation

Jambes lourdes, hémorroïdes, phlébites et autres troubles de la circulation sont non seulement pénibles mais dangereux.

En prévention de ces pathologies, la phytothérapie est une médecine des plus indiquées.

En matière de risques veineux, le facteur héréditaire est malheureusement très important.

Des statistiques montrent par exemple que 40% des femmes souffrant d’une insuffisance veineuse ont une mère également atteinte.

Il existe donc bien des terrains veineux ; et toutes celles ou ceux qui suspecteraient une fragilité familiale de cet ordre, devraient impérativement, et le plus tôt possible, adopter des règles assez strictes de prévention, c’est à dire avant tout éviter les autres facteurs de risque, à savoir :

  l’excès de poids,

  la station debout prolongée,

  le piétinement,

  le chauffage par le sol,

  le port de talons hauts,

  la marche à pied sans talons,

  les abus de chaleur (exposition au soleil, bains chauds, épilation à la cire chaude),

  la pilule contraceptive,

  et les grossesses trop rapprochées.

Ces prédispositions aux problèmes vasculaires connaissent sans doute, au moins en partie, les divers symptômes d’une mauvaise circulation :

  refroidissement des extrémités,

  sensations de fourmillements,

  jambes lourdes,

  varices,

  hémorroïdes…

qui finissent toujours par se rendre responsables d’un vieillissement anormal du système nerveux, quand ce n’est pas, malheureusement, de troubles cardio-vasculaires, fonctionnels ou lésionnels, tels que :

  bouffées vasomotrices,

  œdèmes de stase,

  cyanose des extrémités,

  maladie de Raynaud,

  vertiges et pertes de mémoire,

  artériosclérose,

  artérite cérébrale et des membres inférieurs,

  coronarites ou infarctus…

Les jambes lourdes

Pour éviter les différents troubles de la circulation dans les membres inférieurs, il est très important que les muscles des jambes se contractent suffisamment et que la plante des pieds soit correctement stimulée.

En effet, la circulation veineuse des membres inférieurs est favorisée par la marche.

Tout d’abord parce que, dans tout exercice physique, la compression des artères et des veines par les muscles stimule les systèmes sanguin et lymphatique.

Ensuite, parce que l’exercice en plein air favorise l’oxygénation, et donne l’occasion au diaphragme de tonifier le système artériel et veineux.

Enfin, et surtout, parce que la marche écrase la semelle de Lejars, un réseau extrêmement dense de veines, comparable à une grosse éponge, qui se répartit sous la voûte plantaire.

Ainsi, à chaque pas, le poids du corps porté sur le pied repousse le liquide sanguin vers le haut, en amont.

Compte tenu de cette disposition anatomique, il convient donc de choisir avec discernement ses chaussures de marche quotidienne.

La chaussure idéale devrait avoir un petit talon d’environ trois centimètres et une semelle souple répartissant bien le poids du corps sur l’ensemble de la voûte plantaire.

Les précautions diététiques

Tous ces troubles et maladies peuvent pourtant être évités en écartant les facteurs déclenchant, mais aussi, bien sûr, en adaptant des règles d’hygiène de vie et d’alimentation adaptées, c’est à dire en évitant l’excès de matières grasses et notamment de graisses animales, avec leurs acides saturés, et surtout en se ménageant, une ou deux fois par an, une cure diététique et phytothérapie de drainage sanguin et de revitalisation du système circulatoire.

La limitation des graisses animales, et leur remplacement par l’huile d’olive pressée à froid, constituent le premier réflexe diététique pour assainir le sang et stimuler la circulation.

Il est impératif de l’accompagner d’une diminution des quantités alimentaires.

On mangera donc moins et plus léger, et on supprimera :

  le sucre raffiné,

  l’alcool,

  le café,

  le thé,

  le chocolat,

  et le tabac.

Lors des cures, on s’attachera avant tout à dépurer le sang tout en drainant foie et reins, causes de bien des problèmes circulatoires.

On fluidifiera d’ailleurs le sang, à très peu de chose près, avec les mêmes aliments qui serviront à stimuler la circulation :

  algues,

  laminaires,

  varech vésiculeux,

  asperge,

  orange,

  citron,

  pamplemousse,

  tomate,

  seigle,

  et kasha.

Auxquels on ajoutera pour la circulation :

  chou,

  myrtille,

  pissenlit,

  et argile.

Et pour la dépuration :

  ail,

  carotte,

  céleri,

  fraise,

  et radis.

Le citron, notamment, peut jouer un rôle immense dans ce drainage sanguin, et l’on sera avisé de procéder à la cure de citron intégrale, c’est à dire en buvant un citron de plus chaque jour, jusqu’au dixième, puis en diminuant progressivement.

Pour le reste, le régime de cure se composera essentiellement de fruits et de crudités assaisonnées avec de l’huile d’olive, du citron, beaucoup d’aromates et assez de sel, des légumes cuits et des céréales complètes (kacha et seigle), mais aucun produit ou sous-produit animal.

Et l’on boira, bien sûr, beaucoup d’eau pure.

Enfin, le régime diététique post-cure sera à peu de chose le même, avec, toutefois, un peu plus de céréales complètes mais en les variant au maximum afin d’éviter l’encrassement, de la levure maltée, du pollen, et quelques poissons gras, comme le thon, le maquereau ou la sardine…

A l’apport de ces poissons pourront être ajoutés des compléments nutritionnels riches en acides gras de type oméga 3, DHA, EPA et vitamines A et D qui contribueront grandement à la rééducation de tout le système vasculaire, surtout si l’on y ajoute de la rutile et surtout du Ginkgo biloba.

Les bases phytothérapiques

Mais c’est, bien sûr, grâce aux plantes que l’essentiel du traitement circulatoire pourra être effectué.

Tout d’abord, diverses plantes aromatiques, tout simplement employées en cuisine, aideront grandement à la dépuration et à la circulation :

  persil,

  cerfeuil,

  estragon,

  sarriette,

  basilic,

  raifort,

  oignon,

  ciboule,

  ciboulette,

  genièvre,

  thym,

  laurier,

  romarin…

Ensuite, en tisanes, les grandes plantes circulatoires sont les suivantes :

Anis vert : stimulant et sédatif cardiaque, utile en cas de fausse angine de poitrine et palpitations, ainsi que de règles douloureuses.

Infuser une cuillère à café par tasse, et prendre après les repas.

Arnica : son action sur la circulation est relativement légère, mais on peut l’employer comme complément dans un traitement contre l’artériosclérose ou en cas de spasmes artériels.

On l’utilise avec précaution, à raison de cinq grammes de fleurs par litre, en infusion légère.

Cassis : augmente la résistance des capillaires.

S’emploie avant tout en cas de troubles circulatoires de la ménopause, surtout lorsqu’il y a aussi une relative insuffisance hépatique.

On infuse une cuillère à soupe de feuilles par tasse, et l’on en consomme trois ou quatre par jour.

Cyprès : vasoconstricteur et tonifiant veineux exceptionnel.

Le cyprès trouve notamment son emploi en cas d’hémorroïdes et de varices.

On préfèrera le consommer sous forme de teinture ou d’extrait fluide, à raison d’une cinquantaine de gouttes deux fois par jour avant les repas.

Ficaire : à la fois décongestionnante et analgésiante, la racine de vicaire n’a d’autre indication que les hémorroïdes.

On l’utilise habituellement sous forme d’extrait fluide, à raison de 50 gouttes trois fois par jour.

Fragon : c’est le plus puissant vasoconstricteur du système veineux connu en phytothérapie.

Le fragon, ou petit houx, trouve ses indications en cas de :

  maladies veineuses,

  problèmes capillaires,

  varices,

  jambes lourdes,

  séquelles de phlébites,

  hémorroïdes chroniques,

  douleurs prémenstruelles et menstruelles,

  et troubles de la ménopause.

On en infuse généralement une poignée par litre pendant dix minutes, après l’avoir fait bouillir pendant deux minutes.

On en consommera un litre tout au long de la journée.

Gratteron : s’indique en cas de troubles circulatoires bénins à raison d’une cuillère à café par tasse, infusé dix minutes, et consommé deux ou trois fois par jour.

Hamamélis : vasoconstricteur veineux, décongestionnant, tonifiant veineux améliorant nettement l’élasticité des veines, régulateur de la circulation, l’hamamélis de Virginie est une plante essentielle pour répondre aux affections veineuses, surtout féminines, que ce soient :

  varices,

  hémorroïdes,

  phlébites,

  ulcères des jambes,

  varicocèle,

  ou même en cas d’hémorragies.

On fait décocter pendant deux minutes une cuillère café de feuilles coupées par tasse, que l’on boit deux fois par jour.

Marron d’Inde : vasoconstricteur, tonique veineux, fluidifiant sanguin.

Excellent en cas de varices ou d’hémorroïdes, surtout lorsqu’il y a congestion hépatique ou ménopause.

Faire décocter un quart d’heure une poignée de copeaux d’écorce dans un litre d’eau, et boire sur deux jours.

Mélilot : cet antispasmodique s’emploie exclusivement en cas de phlébites, périphlébites ou risques d’embolies, sous forme d’infusion à raison d’une cuillère à café par tasse, trois fois par  jour en dehors des repas.

Millefeuille : homéostatique, favorise les règles.

Idéal dans les troubles de la circulation, surtout après cinquante ans, en cas de varices et d’hémorroïdes.

Prendre trois tasses d’infusion par jour, à raison de trente grammes de sommités fleuries par litre.

Pensée sauvage : cet excellent dépuratif général trouve son emploi en cas d’hémorroïdes ou de phlébites.

On infuse soixante grammes de fleurs par litre, et l’on boit trois tasses par jour entre les repas.

Sauge : cette merveilleuse plante tonique peut essentiellement être utilisée comme régulateur en cas de règles insuffisantes ou de dysménorrhées.

On la fera infuser, à raison de vingt grammes par litre, et l’on en prendre environ trois tasses par jour.

Vigne rouge : plante circulatoire par excellence, la vigne rouge est un tonique veineux et capillaire, et un régulateur de la circulation, que l’on emploiera dans tous les troubles de la circulation, et notamment :

   séquelles de phlébites,

  varices,

  hémorroïdes,

  couperose,

  règles douloureuses,

  et troubles de la ménopause liés à la circulation.

On infuse une cuillère à soupe par tasse pendant dix minutes après un bouillon, et l’on en consomme trois ou quatre tasses par jour loin des repas.

Les bains à l’infusion chaude de vigne rouge constituent également une aide précieuse dans la rééducation du système circulatoire, et notamment les bains de pieds et de mains.

Les principales indications

  Artériosclérose : alchémille, arbousier, artichaut, aubépine, bouleau, cassis, chardon béni, fraisier, fumeterre, genévrier, gui, millepertuis, muguet, noyer, ortie, pervenche, pissenlit, romarin, sauge, tilleul.

  Hémorroïdes : aneth, berbères, bistorte, bouillon blanc, bourse à pasteur, chardon Marie, chêne, consoude, vicaire, gui, hamamélis, lamier blanc, marronnier d’Inde, millefeuille, myrte, myrtille, pariétaire, pensée sauvage, persicaire, petit houx, pimprenelle, potentielle ansérine, prêle, renouée, salicaire, saponaire, sureau, vigne rouge.

  Phlébites : anis, chardon Marie, consoude, cyprès, fumeterre, hamamélis, marronnier d’Inde, millepertuis, pensée sauvage, plantain.

  Règles : absinthe, angélique, anis, armoise, aunée, barbéris, camomille, carvi, cumin, fenouil, genévrier, hamamélis, lavande, marrube blanc, matricaire, mélisse, menthe poivrée, ményanthe, millefeuille, origan, persil, romarin, safran, sauge, saule, séneçon, serpolet, souci, thym, vergerette du Canada, vigne rouge.

  Varices : bardane, bourse à pasteur, chardon Marie, chicorée, cyprès, fumeterre, gui, hamamélis, lamier blanc, marronnier d’Inde, millefeuille, pensée sauvage, persicaire âcre, petit houx, pissenlit, plantain, renouée, saponaire, vigne rouge.

Les biothérapies complémentaires

  Vitaminothérapie : bioflavonoïdes, vitamines A, C, E, B1, B3, B6, B8, B15, F, J, fer.

  Aromathérapie : essences d’ail, de cyprès et de thym.

  Lithothérapie : une à deux ampoules d’Erythrite D8 (le matin), une à deux ampoules de Pyrolusite D8 (à midi), et une à deux ampoules de Cinabre D8 (au coucher).

  Homéopathie : Scléro-Drainol 10 gouttes deux fois par jour.

  Organothérapie : Artère 7CH, Veine 7CH, Tissu capillaire 7CH : un suppositoire du mélange un soir sur deux.

  Compléments nutritionnels : Ginkgo biloba, rutine, complexes antioxydants, complexes circulatoires, acides gras oméga 3, DHA, EPA.

 Jean-Baptiste Loin 

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Les remèdes de la circulation"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
mariejo
Invité
mariejo

bonjour et merci pour vos conseils , seulement le sclero drainol n’est plus vendu , les 3/4 des produits Boiron ont été suprimés , c’est incroyable le pouvoir des pharmacies qui vendent des poisons !!!!!

Gérard
Invité

MERCI POUR TOUT VOS CONSEILS ? PUIS JE VOUS DEMANDER SI VOUS AURIEZ UNE ETUDE SUR LE CHARBON AVTIVE POUR LA DETOX DES INTESTINS ET AUTRES MERCI

Réponses Bio
Admin

Bonjour Gérard,

Voici un article sur le charbon végétal activé et ses bienfaits exceptionnels sur la sphère intestinale, mais pas seulement : Le charbon, un anti-poison ultra puissant

Excellente journée !

Natacha

Mahamane
Invité

Bonjour
Merci pour cet article riche en info.

trackback

[…] Les remèdes de la circulation: Jambes lourdes, hémorroïdes, phlébites et autres troubles de la circulation sont non seulement pénibles mais dangereux. En prévention de ces path…Source […]

wpDiscuz