Une nouvelle approche de l’art dentaire

0
Soins naturels et holistiques pour les dents

Pour des dents saines, la prévention, notamment par une stricte hygiène dentaire, mais aussi alimentaire, s’avère indispensable dès le plus jeune âge, d’autant que les soins conventionnels sont très souvent dangereux pour la santé.

L’alimentation est un facteur primordial de la santé dentaire, et il convient, pour la conserver, d’éviter absolument les aliments raffinés, les pâtes et le pain blancs, les pâtisseries et confiseries, et de ne manger que des aliments complets issus de l’agriculture biologique.

Dans la mesure du possible, mieux vaudrait limiter ou même supprimer la viande, qui n’est pas indispensable si on la remplace par des protéines végétales.

Manger cru, notamment des pommes, est aussi un excellent moyen de ralentir le vieillissement des dents, puisqu’on absorbe ainsi de nombreuses substances anti-radicaux libres, des vitamines non altérées et des oligo-éléments.soins naturels pour les problèmes de dents

Enfin, un brossage efficace diminue le risque de carie, en éliminant les dépôts alimentaires et les micro-organismes.

Il est donc recommandé de passer de 3 à 5 minutes, deux fois par jour, à se brosser les dents, par petits mouvements légers et en cercle, à l’aide d’une brosse à dents de petite taille munie de poils souples.

La brossette interdentaire ou le fil dentaire peuvent également être utilisés pour débarrasser l’espace entre chaque dent de la plaque dentaire.

Le dentifrice se devra d’être le plus naturel possible ; vous en trouverez en magasin bio, à l’argile par exemple, avec ou sans sel, qui présente l’avantage de nettoyer sans effet abrasif nocif, et de supprimer le début de tartre sur les dents.

Mais il est possible de préférer des dentifrices aux extraits de plantes et aux huiles essentielles, avantageux lorsqu’on recherche un effet désinfectant.

 

Les dangers des soins conventionnels

Malgré les précautions, lorsqu’il est trop tard et que la carie est là, il n’y a, bien souvent, plus d’autre remède que de se rendre chez un dentiste.

Or, ce remède peut bien souvent s’avérer plus dangereux que le mal, en raison des matériaux et des médicaments employés par la plupart des dentistes.

Les anti-inflammatoires – des corticoïdes, le plus souvent – élèvent le taux de sucre dans le sang, au risque de susciter un diabète, et détruisent de nombreux oligo-éléments ; les antalgiques quant à eux, dérivés de l’aspirine ou du paracétamol, sont toxiques, et peuvent favoriser les hémorragies ou causer des fuites de minéraux mortelles chez l’enfant.

Tous sont des poisons en puissance, déclenchant parfois des allergies, voire des phlébites et autres troubles graves.

En outre, ils dissimulent les symptômes et gênent le diagnostic.

Le fluor, enfin, est lui aussi toxique et provoque des malformations de l’émail.

Mais le danger numéro un de la dentisterie conventionnelle vient de l’amalgame dentaire.

 

Les amalgames dentaires et l’intoxicationdentistes holistiques : une approche globale de l'individu pour soigner les dents

Le premier reproche que l’on fait aux amalgames, c’est évidemment de contenir du mercure, substance très toxique.

Il est prouvé que les porteurs d’amalgames subissent une élévation des concentrations de mercure tout à fait significatives dans :

  → le sang,

  l’urine,

  les matières fécales,

  la salive

   et l’haleine.

Cette élévation du taux de mercure est la cause de troubles chroniques pouvant déboucher sur des pathologies avérées.

Le mercure produit des irritations de la peau, des yeux, des voies respiratoires et des muqueuses, des réactions allergiques, des mycoses, et entraîne des intoxications des reins et du système nerveux.

Des symptômes différents apparaissent selon qu’il s’agit de vapeurs ou de composés organiques de mercure, mais ils s’avèrent toujours assez graves :

  troubles respiratoires,

  inflammation et œdème pulmonaires,

  défaillance rénale,

  état de choc,

  pertes de sensibilité,

  troubles de la concentration,

  fatigues extrêmes,

  maux et raideurs articulaires,

  comportements coléreux,

  perte du sommeil…

Toute personne avec un nombre moyen d’amalgames, garde pendant des années plusieurs grammes de mercure dans la bouche, absorbant ce poison inévitablement libéré par les obturations.

 

Des troubles énergétiques

Le mercure et les intoxications chimiques ne sont malheureusement pas les seuls inconvénients des amalgames.

Des troubles d’ordres électrique et énergétique ont également été évoqués avec, à l’appui, nombre de preuves scientifiques.

Les métaux contenus dans l’amalgame créent un effet de pile atteignant un voltage de 700 à 800 millièmes de volt, soit pratiquement 1 volt !

Cet important millivoltage, par sa constance, perturbe le patient et engendre des pathologies diverses :

  névralgie du Trijumeau,

  parésie,

  paralysie,

  douleurs,

  cervicalgies,

  problèmes d’audition,

  hypertension,

  vertiges…

Au-delà de la perturbation électromagnétique, en quelque sorte comparable à une exposition permanente à une pollution de ce type, la pile dentaire peut aussi occasionner une intoxication chimique.

L’amalgame dentaire est un mélange à froid de deux, trois ou quatre métaux qui sont toujours du mercure, de l’argent et du gallium et/ou de l’étain et/ou de l’aluminium pour donner de la souplesse et une belle apparence.

L’aluminium face à l’argent faisant pile et s’oxydant, le patient ingère les oxydes d’aluminium, de gallium ou de mercure.

Or, l’aluminium provoque des troubles intestinaux de type :

  constipation chronique,

  crises d’appendicite,

  ou colites chroniques…

En fait, ce sont trente-deux métaux lourds qui sont susceptibles de s’infiltrer dans l’organisme déclenchant au bout de plusieurs années de mastication, des empoisonnements constants très importants.

Qui plus est, lorsqu’un enfant doit supporter un appareil d’orthodontie en plus de ses plombages, la pile peut devenir vraiment très dangereuse et générer des pathologies liées aux métaux lourds.

 

Une médecine globaleconception holistique des soins dentaires

Heureusement, de même qu’il existe des médecines naturelles, non violentes et prenant en compte l’individu dans sa globalité, on trouve aujourd’hui des dentistes holistiques qui intègrent les soins dentaires dans une approche plus vaste des problèmes de santé.

Selon ces praticiens, l’homme doit être traité par une triple approche :

  physique,

  psychologique,

  et énergétique.

Pour beaucoup d’entre eux, la bouche constitue un véritable système de compensation assurant l’équilibre de l’individu, et dont le dérèglement engendre aussi bien des maux de tête que des dysfonctionnements articulaires.

Selon une étude scandinave, une personne sur cinq est potentiellement concernée par des troubles et déséquilibres de la mâchoire qui entraînent, par réactions neuro-musculaires, des pathologies des genoux, bassin, dos, membres supérieurs, etc.

Cela confirme le bien-fondé de l’ « occlusodontie », science qui étudie la fonction des dents, des mâchoires et du point d’attache de ces mâchoires sur le crâne, et affirme que les dents retentissent sur l’économie globale du système vivant, et inversement.

C’est un véritable miroir de l’individu, lié à la posture, à l’équilibre ou au déséquilibre, tant sur le plan structurel que sur les plans émotionnel et psychologique.

Aussi considère-t-on l’articulation de la mâchoire comme essentielle, en relation étroite avec l’équilibre global.

C’est la raison pour laquelle agir sur les dents et sur la mandibule, revient à agir sur la posture et le comportement.

Ainsi on observe qu’en modifiant la forme des dents d’un enfant par exemple, et par conséquent en modifiant son crâne, on change son comportement.

Voilà pourquoi les dentistes holistiques, très loin de leurs confrères conventionnels, parviennent à traiter, par les dents, de nombreux problèmes de céphalées, de migraines, cervicales ou autres dorsalgies…

 

Un équilibre énergétique

L’examen holistique de l’état des dents ne se démarque pas du protocole classique : le praticien procède à la détection des caries et des déchaussements, ainsi, éventuellement, qu’à un examen radiographique, tout comme son confrère conventionnel.

En revanche, la dentisterie holistique fait le lien avec l’énergétique.

Et là, l’acupuncture chinoise offre évidemment une réponse très adéquate, puisque de multiples méridiens passent par la bouche.

Ces dentistes ont donc pour objectif premier de rétablir l’équilibre énergétique, puis, cela fait, de soigner la dent.

La bouche est également le miroir des intestins : par exemple, des gencives qui saignent résultent souvent d’une mauvaise hygiène alimentaire comprenant avant tout trop de sucre et de viande.

Beaucoup de dentistes holistiques utilisent aussi l’aromathérapie dentaire, puisque les essences peuvent être employées pour :

  calmer la douleur,

  éviter l’inflammation,

  lutter contre l’infection,

  accélérer la cicatrisation, etc.

Cette approche globale de la dentisterie amène tout naturellement les praticiens à adresser le patient à des confrères ostéopathes, homéopathes ou autres, pour compléter le traitement de base.

 

Une priorité à la prévention

Malheureusement la dentisterie holistique, bien qu’ayant essayé de se faire une place dans notre société, n’a jamais réussi à percer suffisamment pour devenir accessible à tous.

Il existe bien quelques thérapeutes de par le vaste monde, mais la demande est tout simplement gigantesque compte tenu du peu de praticiens installés ou reconnus.

Une fois de plus, seule la prévention des troubles dentaires permettra d’éviter, tant que cela est possible, d’avoir recours à des soins conventionnels.

Dans cette optique, si les premiers outils de prévention restent bien évidemment la brosse à dents et le dentifrice, les brosses à dents et dentifrices classiques seront quant à eux bien plus nocifs que préventifs.

Tout d’abord, afin d’éviter au maximum les contacts buccaux avec des matières plastiques de plus en plus problématiques pour la santé, il vous faudra trouver une brosse à dents en bois ou en bambou avec des poils aussi bio et naturels que possible.

Ensuite il sera crucial d’éviter les dentifrices de super marché prétendant prendre soin de votre hygiène dentaire à l’aide de doses colossales de fluor et de divers produits chimiques.

D’ailleurs, nous en avons déjà parlé, le fluor non seulement ne détient pas les fameuses propriétés anti-caries dont se vantent les publicités qui en font l’apologie, mais il a en outre un impact négatif sur l’équilibre acido-basique et énergétique.

Exerçant globalement une influence néfaste sur le système nerveux, le fluorure s’avère être un des pires ennemis de la glande pinéale qu’il bloque par une action calcifiante ayant tendance à abrutir le cerveau et rendant les individus plus obéissants.

Cet effet bien connu des milieux scientifiques a d’ailleurs été employé à outrance pendant la Seconde Guerre Mondiale par Hitler, afin de maintenir les prisonniers des camps de concentration aussi dociles que possible.

Je le répète, on lui préfèrera sans conteste l’argile, qui pour sa part est parfaitement adaptée au respect de la flore buccale ainsi qu’à son équilibre acido-basique, et peut tout autant être utilisée en soins externes, qu’internes.

C’est la raison pour laquelle de nombreux dentifrices bio s’en servent comme base, pouvant être mélangée à des huiles essentielles ou d’autres produits naturels.

Mais finalement le meilleur outil de prévention que les médecines naturelles nous apportent contre les caries et les aphtes n’est autre que le neem…

 

L’arbre aux mille bienfaitsneem ou margousier pour soigner les dents

Nous y reviendrons sans doute bientôt tant cet arbre est à l’origine de mille et un remèdes.

L’une de ses propriétés est justement d’éradiquer les infections, les abcès et donc la grande majorité des problèmes dentaires.

Vénéré par Gandhi qui priait quotidiennement à son pied, le neem, plus connu en français sous le nom de « margousier », est appelé « nimba » en Inde, qui signifie approximativement « celui qui donne la santé ».

Utilisés depuis fort longtemps dans la médecine Ayurvédique, la sève, les feuilles, écorces, racines et fruits de cet arbre, sont précieux pour :

  l’agriculture,

  la santé,

  la cosmétique

   et la diététique.

Aussi appelé par les villageois indiens « l’arbre pharmacien », le neem est l’un des secrets les mieux gardés de l’Ayurvéda puisque nous avons commencé à l’utiliser en Occident depuis seulement quelques décennies, c’est à dire sensiblement depuis que ses propriétés ont été confirmées scientifiquement par les travaux du chimiste pakistanais Salimuzzaman Siddiqui, en 1942.

Pourtant, en Inde, son usage remonte à plus de 6000 ans avant le Christ.

Concernant ses applications au niveau des soins dentaires, il suffit de vider la moitié d’une gélule de poudre de neem sur du dentifrice à l’argile, afin de bénéficier de la meilleure action préventive dont vous puissiez actuellement disposer.

Elle évitera à elle seule, l’apparition ou la propagation de :

  caries,

  aphtes,

  parodontites,

  ainsi que toute forme d’infection de la sphère buccale.

Si vous avez la chance de disposer de feuilles fraîches, et que vous n’avez pas peur de l’amertume, vous pouvez les mâcher comme le font traditionnellement les Indiens depuis des siècles.

Le neem sera également à même de calmer voire de faire disparaître les intolérables douleurs qui invitent la plupart d’entre nous à prendre rendez-vous chez un dentiste, même lorsque nous souhaiterions l’éviter.

Dans ce cas, vous pouvez appliquer un peu de poudre sur votre index et masser légèrement la zone sensible. 

Cela dit attention, si certains compléments nutritionnels prétendent être à base de neem, dans de nombreux cas, il n’en est rien !

Il est néanmoins très facile de faire la différence : si les gélules de neem que vous achetez cachent de la poudre blanche, ça n’en est pas, mais plus vraisemblablement une recherche chimique cherchant à en imiter les propriétés !

Le vrai neem directement issu de la feuille broyée est nécessairement vert, comme ce devrait d’ailleurs être le cas de l’authentique stévia, ou de tout autre produit naturel issu d’une plante ou de feuilles vertes.

Enfin concernant sa certification bio, attendez-vous à rencontrer du neem non labellisé plus bio que nature, et du neem bio qui ne l’est pas toujours vraiment.

Ce non-sens étant le résultat d’une loi européenne souhaitant ni plus ni moins éliminer les remèdes de plantes les plus vitaux, majoritairement cultivés hors de l’Union Européenne.

 Jean-Baptiste Loin 


neem pour les soins dentaires

Pour vous procurer du vrai neem 100% naturel (ni conservateur, ni colorant), cueilli en Inde avec amour, séché au soleil sans aucune intervention mécanique, puis emballé dans un papier artisanal recyclé, rendez-vous chez la ferme de Paula.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz