Connaissez-vous les origines de Noël ?

3
les origines de la fête de Noël

Que ce soit par croyance, par jeu, grâce aux congés qu’elle vous permet, ou bien pour offrir un peu de magie à vos enfants, au fil des siècles Noël est devenue le moment idéal pour vous ressourcer et prendre du recul sur le monde et sur vous-même.

Or traditionnellement, c’est bien à cela que nous invite cette occasion.

Toutefois si pour beaucoup Noël est aujourd’hui une fête chrétienne, prend-elle vraiment ses racines dans le christianisme ?

Il semblerait en tout cas qu’il existe de nombreuses corrélations dans différentes, mais non moins très anciennes traditions, présentant Noël comme la célébration d’une révolution universelle…

De multiples origines

En effet, les racines de la fête du 25 décembre vont bien au-delà de la naissance du Christ :

  Pour les Egyptiens, c’était un moment consacré au culte de la fertilité marquant la nouvelle année, vénérant pour l’occasion les Dieux Gad (le Soleil) et Mani (la Lune).

  Pour les Sabéens d’Arabie, il s’agissait d’une fête en l’honneur de la Lune, de même que chez les Saxons.

  Pour les Babyloniens, il était question de fêter la naissance terrestre de Baal (« seigneur » en hébreux) pendant le mois de Thebeth, notre actuel mois de décembre.

  → Enfin pour les Hindous, c’était l’incarnation de Surya (encore le Dieu Soleil) qui était célébrée à la même époque de l’année.

Si tous ces cultes ont nourri l’esprit de Noël, c’est dans les coutumes et la religion romaines que les origines de la fête telle que nous la connaissons aujourd’hui se sont vraiment cristallisées.

Et c’est tout particulièrement avec le culte romain du « Natalis Invicti Solis », le Dieu-Soleil Invaincu, organisé au moment où les jours s’apprêtent à s’allonger à nouveau, que le Noël occidental est né.

Pour les Romains, Saturne, le dieu solaire, était à la fois la synonyme de lumière, chaleur, promesse de bonnes récoltes, que de la justice éclairée.

La nuit la plus longue de l’année, celle du solstice d’hiver, se trouvait ainsi célébrée lors les Saturnales…

 

Du Dieu-Soleil Invaincu au Dieu de Lumière et de JusticeDu Dieu soleil invaincu au Dieu de Lumière et de Justice

Pour les Chrétiens, c’est la fête de Pâques, c’est-à-dire la résurrection du Christ, qui a longtemps été la cérémonie la plus importante du culte.

Elle représente l’événement fondateur de leur foi et de leur religion, la naissance elle, étant offerte à tous.

Là où la foi chrétienne a perçu la plus grande authenticité du Christ, faisant de lui bien plus qu’un simple prophète prodiguant la connaissance de l’Esprit Saint, c’est en sa capacité à accomplir des miracles.

Et c’est bien évidemment de revenir d’entre les morts qui aura été aux yeux de ses disciples, le plus grand d’entre eux.

Dans l’esprit des Chrétiens, même la résurrection de Lazare n’est pas comparable à un retour totalement purifié des vicissitudes de la condition humaine, après la « via dolorosa » et la crucifixion de l’ego.

D’ailleurs même aux yeux des experts qui optent pour la thèse de son existence historique, qu’il soit né à la fin du mois de décembre aurait été très peu probable.

En réalité cette fin décembre correspondrait plutôt à la date où les premiers Chrétiens de l’Empire romain, qui rappelons-le, formaient une secte prohibée, profitaient des Saturnales pour célébrer dignement une fête leur appartenant vraiment, sans trop se faire remarquer.

Cette fête vous l’aurez compris, c’était la naissance de « Yeshua », Jésus Christ.

Mais c’est seulement bien plus tard, tandis que le christianisme était devenu une religion d’Etat, que l’empereur Justinien en fit la Noël officielle que nous avons conservée jusqu’à présent, à la date du 25 décembre. 

C’est donc de cette manière que la célébration du Dieu du Soleil et des semailles fut remplacée par celle du « Soleil de Justice » ou de la « Lumière du monde » : le Christ.

Quant à la coutume d’illuminer nos maisons, elle nous vient probablement encore de cette adoration originelle du Dieu solaire que les Romains encourageaient avec des bougies au moment où l’astre était au plus bas à l’horizon, l’appelant à les envelopper à nouveau de sa chaleur bienfaisante et porteuse de vie.

Enfin l’art de décorer l’arbre de Noël, et notamment le sapin, découle vraisemblablement d’un mélange de cultes celtes, scandinaves et égyptiens.

Cette habitude a d’ailleurs été considérée par l’Eglise catholique comme étant une pratique païenne jusqu’au XXème siècle.

 

L’esprit serein

Il est clair que cette période de l’année est depuis toujours perçue par de nombreuses cultures provenant de lieux asymétriques, comme l’éternel renouveau après la nuit profonde.

Concept que l’on retrouvera non sans étonnement d’ailleurs dans pratiquement toutes les religions, dogmes et philosophies ayant pu observer la magnificence des cycles naturels.

S’il est écrit que la nuit puisse être longue, il est aussi dit qu’elle s’accompagnera systématiquement d’une nouvelle lumière…

Lumière que certains redécouvriront chaque année à cette époque, d’autres chaque jour, et quelques-uns, peut-être, chaque instant.

Que ce soit en l’honneur de Noël, pour la renaissance de la marche ascendante du Soleil, ou encore pour l’éternel renouveau après la nuit la profonde, c’est en tous les cas un moment rêvé pour réaliser que ce présent est partagé par tous.

 Jean-Baptiste Loin 

Pour soutenir Réponses Bio et nous permettre de rester un media indépendant, RDV sur notre page Tipeee en cliquant sur ce lien.

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Connaissez-vous les origines de Noël ?"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Eric
Invité

Merry Yule !

Laurence
Invité
Laurence

Beau Texte.
Merci JB.

Et merci également pour toutes les informations passionnantes que vous nous faîtes parvenir tout au long de l année.

Très bonnes fêtes à vous.
Laurence

Achour
Invité
Achour

Joyeuses fetes

wpDiscuz