Les troubles de la voix

1
Troubles de la voix, trac, prise de parole difficile, bégaiement...

Dans les troubles de la voix, les causes psychologiques sont importantes, tant quantitativement que qualitativement.

Mais fort heureusement les moyens psychothérapeutiques sont également nombreux pour les éviter.

Vous avez certainement constaté à quel point la tension nerveuse, l’émotion ou, d’une manière plus générale, les problèmes psychologiques, peuvent transformer la voix, voire la couper purement et simplement.

Cela étant évidemment directement lié à la respiration, des exercices respiratoires aideront grandement à retrouver son souffle.

Mais le calme psychologique est tout autant primordial ; et il conviendra, par conséquent, de faire intervenir des techniques plus proches de la relaxation, pour le retrouver.

Enfin, une étude des mécanismes de la phonation peut s’avérer utile lorsque le blocage psychologique devient blocage de la parole.

Là, différentes méthodes, plus ou moins inspirées de l’orthophonie ou des techniques de chant, pourront venir en aide.

 

Le trac

Bien connu des acteurs, orateurs et élèves en périodes d’examens oraux, le trac laisse la bouche sèche, les genoux qui flageolent et l’estomac qui se noue.

Mais il affecte aussi la voix.

Pour minimiser les manifestations du trac, il est évidemment recommandé de parfaitement connaître son sujet, d’être en bonne condition physique et d’apprendre à se concentrer.

Mais d’autres techniques psychologiques doivent encore être mise en œuvre.

Par exemple, on peut se visualiser quelques temps à l’avance dans le contexte, parfaitement à l’aise et prenant même du plaisir à parler.

On peut aussi prendre l’habitude de parler à son cerveau pour le remettre dans le droit chemin lorsqu’il s’égare au pays du trac.

Il est également possible de jouer avec les différentes facettes de son enfant intérieur, en laissant l’enfant penaud dehors et en partant avec l’enfant curieux et émerveillé.

 

Le blanc

Pour éviter cette panne momentanée de son que l’on appelle un « blanc », mieux vaut éviter les pièces surchauffées et bien s’hydrater en buvant abondamment.

Sur le plan psychologique, il convient avant tout de se calmer afin de ne pas laisser la respiration s’emballer et de la maintenir très basse et légère.

A l’attaque, on évitera également de prendre trop d’air ; et, bien sûr, on ne pensera qu’à ce que l’on a à dire… plutôt qu’au son !

 

La voix voilée

Mise à part la nécessité d’une tonification physique générale, on préviendra la voix voilée :

  → en apprenant à laisser l’air entrer sans angoisse d’en manquer,

  → en commençant à parler le plus immédiatement possible, sans hésitation ni attente,

  → en ne mangeant pas ses mots,

  → en disant les mots de façon franche, authentique et charnelle…

D’autre part, il peut être utile de connaître la configuration de la bouche au plan phonétique afin de redonner de la précision à la parole.

 

La voix trop basse ou trop haute

Si le son de la voix est trop bas, on tentera de retrouver un bon tonus physique et psychique.ID-10035027

De plus, un certain nombre d’exercices sont à appliquer :

  → on se focalisera sur la syllabe plutôt que sur le son ;

  → on mémorisera la quantité d’énergie nécessaire pour émettre un son plus haut ;

  → on appellera la voix à soi, plutôt que de la projeter ;

  → on prendra l’air de façon modérée et passive ;

  → on parlera plus au niveau buccal que vocal.

Si le son de la voix est trop haut, il va falloir :

  → respirer le plus légèrement et le plus bas possible, en essayant de dilater le bassin plutôt que les côtes ;

  → relâcher les sphincters ;

  → se focaliser sur la syllabe et sur son sens ;

  → dépenser à l’émission des sons une énergie soutenue mais tranquille.

 

La mue

Chez les adolescents, la mue correspond à un changement général assez important qui peut, dans certains cas, poser des problèmes psychologiques.

Globalement, lorsqu’un adolescent ne veut pas sortir de l’enfance, il est souhaitable de lui faire suivre quelques séances de psychothérapie.

Sur le plan vocal, on lui montrera qu’il peut, indifféremment, se servir de sa voix d’enfant ou de sa voix d’adulte.

Le reste relève de la capacité des parents à valoriser le passage à l’âge adulte et à dédramatiser les difficultés qui y sont inhérentes.

 

La voix engorgée

La voix engorgée a seulement pour cause un mauvais emplacement de la langue qui vient se positionner généralement plus bas et en arrière de là où elle devrait être, et ce pour des raisons de tension nerveuse ou psychique.

Il faut donc avant tout retrouver le calme qui lui permettra de reprendre sa véritable place, mais aussi réapprendre avec patience la phonétique acoustique.

Il suffit habituellement de quelques semaines ou, au pire, de quelques mois, pour venir à bout de ce problème, tout au moins lorsqu’on fait appel à un orthophoniste compétent.

 

La voix monocorde

Elle est généralement causée par un manque de sollicitation auditive de la part du père, durant l’enfance.

Les voix monocordes demandent donc un traitement psychothérapeutique et une utilisation plus sensuelle du corps, notamment par la pratique du massage et de la natation

L’orthophoniste devra, pour sa part, faire travailler à son patient le schéma auditif et le ressenti des sonorités.

D’autre part, sans dépasser un taux raisonnable de décibels, le sujet gagnera à écouter la musique tout près des haut-parleurs afin de se gorger des sensations charnelles liées au son.

Enfin, il sera indispensable de s’efforcer de ne parler que lorsque la conviction profonde peut accompagner la parole, afin que le psychologique reste toujours lié au physique.

 

La dysphonie spasmodique

Les personnes souffrant de ce trouble sont souvent trop actives, introverties et hypersensibles.

La tension, lorsqu’elle se relâche, produit alors une voix ponctuée de spasmes.

Pour venir à bout de ce problème, il est généralement conseillé de prendre des cours de chants, et surtout d’apprendre à ne plus projeter la voix.

Au contraire, la parole doit être conçue comme quelque chose appartenant au sujet qui doit l’accueillir exactement comme de la nourriture.

C’est en tout cas en agissant ainsi qu’il pourra acquérir une tranquillité nerveuse dans son expression vocale.

Le professeur de chant devra insister sur la détente abdominale et sur la relaxation des sphincters.

Il s’agira, à travers une telle rééducation, de ralentir la parole et de ne plus être obsédé par elle à cause du handicap.

 

Le bégaiementles troubles de la voix : solutions psy

Terrible trouble de la voix, le bégaiement est psychologiquement dû à un Sur-Moi qui bloque la parole en cherchant des mots trop précis.

Il s’agit donc plus d’un problème de dynamique de la pensée que d’un trouble de l’élocution.

Le bégaiement trouve souvent son origine dans un milieu familial où l’on commet l’erreur d’exiger de l’enfant une diction parfaite alors qu’il n’a pas encore acquis la maîtrise de ses sphincters.

Résultat : le jour où il apprend à bloquer ses sphincters, il bloque aussi son élocution et perd toute sa spontanéité.

Le travail de rééducation est, la plupart du temps, long, complexe et pénible.

Il faudra forcer la pensée créatrice à avancer, faire tout un travail de prise de conscience concernant la communication en tant que but premier de la prise de parole, et, bien sûr, réinstaller la respiration et la phonation dans un contexte de réceptacle et non plus de « vomisseur ».

Tout ceci devant évidemment être accompagné de tout le calme que peut induire une pratique soutenue de la relaxation.

Jan Kristiansen

Pour soutenir Réponses Bio et nous permettre de rester un media indépendant, RDV sur notre page Tipeee en cliquant sur ce lien.

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Les troubles de la voix"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Dubois
Invité
Dubois
vous avez oublié un critère que je connais que trop bien +++ la voix réagit aux aliments et selon l’acidité ou le sucre selon nos pathologie elle se case et se remet moi mon problème est que je n’ai jamais la mm voix à cause de cela et le pire c’est que quand je suis en grande souffrances j’ai bcp de mal à me parler et cela ma fatigue +++ car « plus de voix elle est trop basse comme la voix d’une jeune enfant ! jamais je n’ai eu la voie roque mais plutot fluette et ces derniers temps des… Lire la suite »
wpDiscuz