La spiruline s’apprête à être cultivée dans l’espace ?

0
spiruline-vols-spatiaux

L’idée de nourrir les astronautes du futur avec de la spiruline est actuellement à l’étude dans une plateforme de recherche bretonne.

L’Agence spatiale européenne vient de lancer un projet de recherche pour que ce superaliment soit cultivé et récolté dans l’espace, en condition « zéro gravité ».

Aujourd’hui, explique Lucie Van Haver, ingénieure chargée d’affaires spécialisée en valorisation industrielle des microalgues :

« La spiruline se récolte essentiellement par l’effet de la gravité sur des tamis vibrants, tout simplement en la faisant tomber sur un filtre, de la même manière qu’avec un filtre à café. Le problème, c’est que, dans l’espace, il n’y a pas de gravité, on ne peut donc pas la récolter comme on le fait sur Terre. »

Le défi consiste donc à mettre au point une technologie de filtration des microalgues en apesanteur.

Toujours est-il que le vaisseau spatial du futur est désormais fantasmé comme un système fermé de biorégénération du vivant.

Où l’eau, l’oxygène et la nourriture seraient produits sur place, par le recyclage du dioxyde de carbone et des déchets organiques.

C’est là que la spiruline charme les scientifiques : elle pousse jusqu’à cent fois plus vite qu’une plante terrestre, produit de l’oxygène à partir du dioxyde de carbone et offre un spectre nutritif à la fois vaste et ciblé sur la régénération animale.

C’est d’ailleurs l’algue ayant permis le pont entre la vie végétale et animale sur Terre, tout en participant largement à la création de l’atmosphère.

Qui plus est, sur un même espace pratiquement renouvelable à l’infini, la spiruline produit cinq cents fois plus de protéines qu’un élevage bovin.

Ce projet se situe dans la parfaite continuité de quelques expérimentations dans le domaine de la culture de spiruline in situ, telles qu’elles furent menées par exemple à bord du catamaran Nomade, en 2015, par l’association Gold of Bengale.

L’équipage de ce bateau s’était donné pour objectif de sillonner les mers du globe pour parler d’écologie, tout en se nourrissant, entre autres, de spiruline produite à bord.

Bien que nous aurions souhaité que ces moyens et cette énergie soient dépensés dans une entreprise plus terrestre, nous sommes ravis de savoir que l’humanité se soit trouvé un refuge spatial avec le plus vieil aliment de la création.

Bien à vous,

Jean-Baptiste Loin

Sources :

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/a-saint-nazaire-on-apprend-a-recolter-des-microalgues-dans-l-espace-7119548

https://www.letelegramme.fr/finistere/concarneau/expedition-de-la-spiruline-produite-a-bord-20-11-2015-10857230.php

Pour soutenir Réponses Bio et nous permettre de rester un media indépendant, RDV sur notre page Tipeee en cliquant sur ce lien.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments