Les 7 raisons pour lesquelles j’ai abandonné le dentifrice

10

Trouver un bon dentifrice, sans conservateur, sans fluor, sans produit pétrochimique, bref sans danger pour la santé tout en étant efficace pour les dents, les gencives et le système ORL, est un réel défi.

Qu’elles soient bio ou non, les marques mises en rayon regorgent souvent d’un arsenal d’ingrédients à faire frémir les plus aventureux.

Voici les 7 raisons pour lesquelles j’ai abandonné le dentifrice… et ce que j’ai trouvé pour le remplacer.

Depuis des décennies, c’est à dire depuis que j’ai totalement banni les dentifrices de ma salle de bains, je cherche en vain une solution saine, respectueuse de l’équilibre acido-basique de la bouche et bien évidemment, non toxique.

Après maintes déceptions et désillusions, j’ai finalement découvert mieux que les solutions maison que je pensais être mon dernier espoir en la matière.

Finalement l’argile n’est pas très commode pour le brossage, le neem bien trop amer pour la plupart des gens, etc.

Mais avant de vous parler de ma dernière trouvaille, j’aimerais vous expliquer pourquoi je me suis lancé dans ce véritable parcours du combattant.

Raison #1

Le fluor, ingrédient miracle des années 80 vendant des dents de star hollywoodienne, est un perturbateur endocrinien calcifiant la glande pinéale, nuisant à la thyroïde comme aux surrénales.

Il est très probablement cancérigène, déséquilibre le système immunitaire et accélère le vieillissement.

Raison #2

Le sulfate de sodium ou SLS est un épaississant permettant aux dentifrices de mousser généreusement.

Cependant, en plus d’être cancérigène, le SLS :

   endommage la peau,

   pollue l’environnement,

   et intoxique les animaux.

Très volatile, il essaime des composés soufrés un peu partout sur son passage.

Il est d’ailleurs particulièrement surprenant de constater qu’il entre dans la composition de nombreux dentifrices, alors qu’il est notoirement nocif pour les gencives et l’émail dentaire.

Raison # 3

Le triclosan, aussi utilisé dans les soins cutanés, désodorisants, détergents, matelas… est très souvent l’un des nombreux composants du dentifrice.

Or c’est un perturbateur endocrinien cancérigène, agissant fort négativement sur la thyroïde et déstabilisant totalement l’équilibre bactériologique de la bouche.

Il atteint également directement le fœtus chez la femme enceinte. 

Raison #4

Le propylène glycol est une huile minérale issue de la fermentation de levures d’hydrates de carbone.

On le retrouve dans les liquides de refroidissement et l’antigel, la peinture, les vernis, mais aussi comme agent tensioactif dans le dentifrice.

Il est bien évidemment très toxique.

Raison #5

Bien que peu préoccupante en tant que telle, le problème qu’engendre la glycérine réside dans le fait que son pouvoir adhésif laisse sur les dents une pellicule si collante, qu’il faudra plusieurs dizaines de rinçages pour s’en défaire totalement.

Qui plus est, les résidus de glycérine empêchent la circulation de minéraux comme le phosphore et le calcium, nécessaires à la protection des dents.

Cette déminéralisation accélère la formation des caries et autres problèmes dentaires.

Raison #6

La Diéthanolamine ou DEA, est un perturbateur endocrinien pouvant favoriser le développement du cancer, plus particulièrement au niveau du foie et des reins.

Raison #7

Les microbilles de différents types de matières plastiques servent d’agent abrasif à la plupart des pâtes dentifrice.

Et bien qu’elles aient prouvé leur efficacité pour décoller la plaque dentaire, elles ont cependant la fâcheuse tendance à se dissimuler dans les tissus des gencives, créant par la suite une avalanche de troubles en absorbant et stockant dans la bouche les produits chimiques qu’elles rencontrent.

Sans oublier que ces microbilles très à la mode peuvent être nanoparticulaires.

Les nanoparticules de laboratoire, également utilisées dans de nombreux additifs, agents blanchissants ou désinfectants, ne sont pas seulement trop petites pour être décelées à l’œil nu, elles sont surtout mal identifiées dans les compositions.

Or, elles peuvent facilement se loger dans les cellules gliales ainsi que d’autres zones du cerveau, et favoriser des troubles des fonctions cognitives comme des organes vitaux.

Voilà en tout cas pourquoi au fil des ans, les raisons s’accumulant les unes après les autres, j’ai décidé de mettre un terme à cette mauvaise habitude.

La solution qui a révolutionné mes brossages

Avant de vous parler de ce qui, après de nombreuses expériences m’est apparu comme la solution la plus saine et la plus efficace, je tiens à préciser que le brossage est un luxe dont une hygiène de vie impeccable peut sans doute aider à se passer.

Cependant il est vrai que tout le monde n’est pas égal au sujet de l’haleine naturelle.

Sans oublier les raisons culturelles, individuelles et portatives, ne permettant pas à des pratiques comme le « oil pulling » par exemple, de vraiment trouver leur place en Occident.

Mais, après ces longues années d’errance et de recherches j’ai finalement déniché une préparation prenant vraiment soin des dents comme des gencives, tout en évitant la plaque dentaire et le jaunissement.

C’est un savant mélange :

   d’hydrolat de Lavande officinale et d’Hélichryse,

   de Teintures Mères de Thym à linalol, de Propolis et de Calendula,

   ainsi qu’un dosage très précis d’huiles essentielles de Bush Tea trea et de Thym à linalol,

   et quelques essences de Citron, d’Orange et de Pamplemousse.

Tous les ingrédients étant soit issus de l’agriculture biologique, soit biodynamiques, sans le moindre composant de la liste que nous venons de voir, ni additif d’aucune sorte… et pour ne rien gâcher, dynamisés à la main.

Il en résulte un produit rare qui bien au-delà de la prévention des caries, aura un impact positif sur toute la sphère ORL ainsi que le traitement des affections gingivales. 

Il peut aussi bien s’utiliser en bain de bouche, gargarisme, que pour le brossage, à condition d’opter pour une brosse à dents en poils naturels et en bois non traité.

Quelques gouttes sur la brosse à dents suffisent.

Pour des raisons évidentes, il est tout de même déconseillé aux enfants de moins de 3 ans.

 Jean-Baptiste Loin 

Vous trouverez cette « Eau dentifrice » parmi la sélection de Réponses Bio en vous rendant sur cette page.

*** Annonce pratique ***

Eau dentifrice au Tea Tree

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "Les 7 raisons pour lesquelles j’ai abandonné le dentifrice"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Agnès
Invité

Merci JB

Duguet
Invité
Duguet

Personnellement je me sert d’un dentifrice ayurvédique MESWAK et j’en suis très satisfaite?

R.L
Invité

merci monsieur

Chantal Meï
Invité

Bonjour Jean-Louis, merci pour cet excellent article! je n’utilise plus de fluor et autres depuis des années et ai opté par alternance pour Meswak, Weléda sans fluor ou dentifrice à l’argile, ou argile verte surfine directement de temps en temps et ou 1 à 2 X mois du bicarbonate, ou voir de l’eau salée, sel gris marin bio sans ajouts; JE VAIS TOUT DE MËME essayer cette lotion, car les ingrédients me parlent, pour en utiliser en H.E au besoin. Merci, Namasté

Claudine Le Gall
Invité
Claudine Le Gall

Votre article est tellement intéressant et instructif que je vais l’envoyer à mes enfants et mes amis

Chantal Meï
Invité

Oup’s Jean-Baptiste et non Louis !

Diane
Invité

Merci pour ses infos

Katell
Invité
Katell

Hello! merci pour votre article. J’ai un dentifrice à base de charbon « black is black », de pachomamaï, qui ne contient pas ces ingrédients douteux et il lave vraiment bien les dents!

moniot
Invité
moniot

Merci de cette information. En plus je connais le Laboratoire du Gattillier chez qui j’achète mes huiles essentielles. Très bons produits !

ortalon
Invité
ortalon

bonjour
moi aussi j’utilise le meswak sur conseil de mon dentiste et j’en suis satisfaite

wpDiscuz