Vitamine C liposomale, aloe arborescens et propolis rouge

8
courrier des lecteurs réponses bio

Comme tous les mois, voici quelques réponses apportées aux lecteurs et lectrices de Réponses Bio. 

Florence T. :

« Bonjour Monsieur,

J’utilise de la propolis rouge (Phyt inov 4 gélules / jour depuis 1 mois) et mes symptômes dus à la ménopause sont bien améliorés voir disparus (douleurs articulaires, sommeil retrouvé et moral à la hausse… !) J’ai 54 ans et suis ménopausée depuis 4 ans, aucun traitement hormonal. Ma mère a eu un cancer du sein hormono-dépendant il y a plus de 10 ans donc dans les textes, j’ai un antécédent….et certaines substances me sont interdites, je le sais.

Ma question est la suivante : est- ce que je peux continuer à prendre de la propolis rouge malgré les phyto-oestrogènes qu’elle contient ? Le bénéfice avantage/ risque est-il de mon côté ??? J’ai enfin trouvé un complément efficace….et vu toutes les propriétés de cette propolisnotamment anti-tumorales, je suis tentée de prolonger. Je prends par ailleurs de la Vitamine D naturelle (D Plantes) depuis 2 ans et mon taux (j’étais en carence) est remonté à plus de 90 ng/ml.

Merci de votre réponse et bravo pour votre site, une vraie mine d’or ! Je suis naturopathe et je m’y réfère très souvent.

Bien cordialement. »

Jean-Baptiste Loin : 

Florence Bonjour,

Il est bien évidemment de mise d’éviter la consommation abusive de produits contenant des phyto-œstrogènes, comme le soja par exemple, mais qu’en est-il d’un complément alimentaire comme la propolis rouge ?

Les études et avis scientifiques restent très partagés, pour certains les phyto-œstrogènes n’auraient pas d’incidence sur le cancer du sein, pour d’autres ils pourraient même le prévenir, et pour d’autres encore, ils seraient un des multiples facteurs de son apparition.

En tant que simple journaliste il m’est impossible de vous dire qui a raison ou qui a tort, bien que l’on puisse se douter que des effets et vertus différents, encore peu explorés, doivent sûrement être liés au type de phyto-œstrogènes employés.

Or dans le cas de la propolis rouge, il s’avère qu’elle contient essentiellement de la formononétine et la biochanine A.

Ces deux isoflavones, aussi appelés phyto-œstrogènes, présentent des avantages structurels sur la plupart des autres phyto-œstrogènes puisqu’ils montrent une affinité beaucoup moins importante avec les récepteurs œstrogéniques, diminuant leur impact sur les organes hormonaux dépendants.

Sans mentionner qu’ils sont aussi davantage biodisponibles et assimilables que la plupart des phyto-œstrogènes.

Ensuite, bien que la formule de Phyt-Inov soit la plus titrée et probablement la plus saine que l’on puisse trouver, elle n’en demeure pas moins contenir un maximum de 20% de propolis par gélule, comme vous l’explique plus en détail cet article.

Pour répondre à votre question, je dirai donc que le facteur bénéfice-risque soit effectivement de votre côté et que le ratio entre la forme de phyto-œstrogènes et leur absorption quotidienne semble peu préoccupant.

Mais ce n’est que mon humble avis, qui ne vaudra jamais des analyses pouvant vous assurer du bon équilibre de votre taux d’œstrogènes, comme du bien fondé de l’utilisation de ce produit sur le long terme.

Dans tous les cas une complémentation sous forme de cure, en appréciant une pause régulière de quelques jours à quelques semaines en fonction de la durée de chaque prise, sera sans doute du meilleur effet.

Raymonde D. :

« Bonjour Monsieur Loin,

Je suis depuis … des temps immémoriaux… vos lettres et m’en suis inspirée à plusieurs reprises, notamment pour commander des produits chez la Ferme de Paula.

Je voudrais vous demander, car je voudrais commander de la vitamine C liposomée, si vous connaissez un labo qui en fabrique DE LA VRAIE ! Il y a bcp de propositions mais quant à savoir quelle est la vraiment bonne, vous seule pouvez m’aider.

Je vous en remercie déjà.

Quant à la maladie de Lyme, je ne l’ai pas contractée mais je sauvegarde toujours vos billets pour aider quelqu’un en cas de besoin.

Merci pour ce que vous faites.

Je vous souhaite une jolie journée. »

« Miam miam Jean-Baptiste ! Grâce à vous, j’ai découvert le curcuma, huile de coco, le gingembre etc. et j’en suis ravie. J’en consomme tous les jours.

Mais je me permets de vous rappeler qu’il y a environ…presque deux mois maintenant, je vous avais demandé conseil concernant la vitamine C liposomée (ou liposomale). Vous m’avez répondu que vous cherchiez (cela il y a un mois) afin de me conseiller la meilleure sur Internet. Je n’ai pas encore reçu votre analyse.

Puis-je me permettre de vous demander si vous ne m’avez pas oubliée et si oui, de me dire si vous avez trouvé la vitamine à laquelle je peux faire confiance. C’est le docteur Michel Dgna qui en parlait dans une de ses lettres et je voudrais bien l’essayer (pas par injection évidemment mais par comprimés ou autre). »

Jean-Baptiste Loin :

Raymonde bonjour,

Je vous l’avais promis, bien que j’aie conscience que ce ne soit pas grand chose en comparaison de votre compréhension, votre patience et votre assiduité, voici la réponse la plus complète que je puisse vous fournir sur ce point.

Tout d’abord rappelons que la vitamine C liposomale est plébiscitée depuis ces dernières années pour sa capacité à transporter la vitamine au-delà de la barrière stomacale, par le biais de nanoparticules graisseuses appelées liposomes.

Comme je vous l’ai dit auparavant, nous avons décidé, en tout cas pour l’instant, de ne pas intégrer de vitamine C liposomale sur la place de marché de Réponses Bio.

Pourquoi ?

Parce que le comité de sélection de Réponses Bio est particulièrement prudent au sujet des nanoparticules et comme nous venons de le voir, un liposome, cette molécule promettant à la vitamine C de pénétrer au plus profond des cellules, est une nanoparticule.

Bien que les liposomes soient inoffensifs à l’état naturel, dans la mesure où la vitamine C est un très gros business que les laboratoires pharmaceutiques contrôlent depuis longtemps, j’ai préféré mener l’enquête de manière approfondie avant de vous répondre.

En admettant que les liposomes utilisés dans une formule de vitamine C soient entièrement naturels, issus d’une lécithine de tournesol bio par exemple, même dans ces conditions la vitamine C se doit elle aussi d’être impeccable, au minimum issue d’un acide ascorbique obtenu par bio fermentation et non pas d’un acide ascorbique de synthèse, OGM ou irradié.

Or la vitamine C liposomale étant la plupart du temps produite par de gros laboratoires misant sur des formules synthétiques ou OGM, même quand la lécithine est bio les nanoparticules censées être inoffensives peuvent sans doute faire bien plus de dégâts que lors d’une ingestion sans liposome, atteignant des cellules où l’organisme sera probablement incapable de nettoyer les pollutions.

Pour résumer, une nanoparticule parfaitement assimilable, ou biodégradable si vous préférez, n’est un danger pour personne, cependant une nanoparticule manufacturée, synthétique ou OGM, augmentera le danger des substances nuisibles.

Maintenant, pour répondre pleinement à votre question et vous aider à trouver une vitamine C liposomale évitant ces écueils, il me faudrait demander l’analyse détaillée de tous les laboratoires en proposant, et à mon humble avis, pour peu que cela existe, trouver une formule ne présentant pas un seul des problèmes que nous venons d’évoquer est un peu comme chercher une aiguille dans une botte de foin. 

A moins d’une maladie grave et urgente comme un cancer, personnellement j’opterais pour la prudence en consommant des formules tout aussi utiles en prévention qu’en traitement de fond,  pleinement assimilables et non produites industriellement.

Si nous remettons les choses dans leur contexte c’est à partir des travaux de Linus Pauling, affirmant qu’à très haute dose la vitamine C est un formidable bouclier contre l’évolution du cancer, soutenus par Catherine Kousmine, que la vitamine C a commencé à déchaîner les passions.

Et même dans le cas du cancer, il est évidemment largement recommandé d’avoir plus d’une corde à son arc.

Néanmoins si pour ces raisons il vous fallait absolument utiliser de la vitamine C liposomale, aussi contraignant que cela puisse paraître, je pense que la recette à faire soi-même reste encore la meilleure option.

Je ne vois pas d’autre moyen d’être parfaitement sûr que les nanoparticules liposomales ne soient pas de la lécithine OGM ou de synthèse, enrobant une vitamine C probablement plus problématique encore, parsemée d’additifs risquant d’être transportés par les liposomes aussi efficacement qu’une bonne vitamine C dans l’organisme.

Bien que communément considéré comme inoffensif, l’ascorbate de sodium apporte non seulement trop de sel à l’organisme mais il s’avère aussi très souvent synthétique. 

Il serait donc peut-être plus sage de s’orienter, tout au moins en attendant que les vitamines C liposomales soient conçues avec des ingrédients vraiment sains, vers une vitamine C dont l’assimilation serait optimisée par un processus de fermentation sur sorbitol par exemple.

A défaut d’une urgence particulière, je vous conseillerais de bonnes doses d’une vitamine C sûre mais puissante, non chauffée à plus de 70°, en augmentant progressivement les doses.

Si possible avec les conseils d’un thérapeute compétent connaissant les travaux de Linus Pauling, si vous souhaitez dépasser 3 grammes par jour.

Cela étant dit, rien ne remplacera jamais une consommation avisée et quotidienne de fruits et légumes riches en vitamine C, qui en restent la source la plus largement assimilable.

Eric T. :

« Est-ce que cette aloe est efficace aussi contre Parkinson ? »

Jean-Baptiste Loin :

Bonjour,

Suite à votre question j’ai trouvé quelques sources scientifiques faisant état de recherches menées aux Etats-Unis en juin 2017 par Abbaoui A, Hiba OE, et Gamrani H, confirmant de nombreuses rumeurs portant sur le potentiel neuroprotecteur de l’Aloe Arborescens contre la maladie de Parkinson lorsqu’elle est induite par une intoxication aux métaux lourds, et plus particulièrement par une intoxication au cuivre. 

Dans cette mesure on ne peut pas dire que l’aloe arborescens soit à proprement parler un remède contre Parkinson, mais un remède contre certaines intoxications aux métaux lourds, et donc aux formes de Parkinson en découlant.

L’étude montre en tout cas des résultats très prometteurs en ce sens. 

Bien à vous,

 Jean-Baptiste Loin 

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Vitamine C liposomale, aloe arborescens et propolis rouge"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Monique
Invité

Merci du fond du coeur pour la qualité de vos travaux
Je me réfère souvent et j’y puise des réponses très précieuses
Encore merci à vous

José
Invité

Merci pour vos publications tres utiles et intéressantes.

Gérard
Invité
Bonjour, Je vous remercie pour cette excellente information concernanat la vitamine C et je me permet de vous poser une question ! Vous évoquez le probléme des nanoparticules , or à mon insue j’ai absorbé des nano particules pendant dix ans en prenant ntous les jours du TADENAN prescrit par mon médecin , quand j’ai su que le E171 correspondait à une nanoparticule , j’ai demandé à mon médecin d’arrêter cette prescription en l’informant au sujet du E171 ! Depuis ce medecin me prescrit Sabal Surrelata ! Je voudrais savoir s’il existe une solution pour éliminer les nanoparticules ! Si… Lire la suite »
Fabienne
Invité

Cher monsieur,

Oups! Je prends de la vit C liposomée que je commande chez Smart (qd ils m’envoie une promo!)

Fidèle lectrice depuis 5 ans, merci à vous de mener votre enquête d’urgence auprès de ce laboratoire pour savoir si je ne m’intoxique pas avec nano particules connexes!

Rosita
Invité
bonjour monsieur pouvez vous me dire s’il existe des produits naturels pour améliorer ma qualité de vie quand un cancer hormonodépendant et maladie de lyme pronostiquée mais non traitée ne me permette pas d’avoir une vie mais une survie un épuisement avec des douleurs amplifiées sont là et ne permettent pas de gerer mon quotidien je dois me reposer plusieurs fois dans la journée je ne peux faire aucun effort meme faire la vaisselle est pour moi un effort important merci de me renseigner si vous savez quelque chose qui pourrait m’aider je suis abandonnée par le milieu médical qui… Lire la suite »
Raymonde
Invité

Merci beaucoup. J’ai commandé immédiatement du Cynorrodon (y a une faute tant pis), le principal est que j’ai compris la réponse de Monsieur Loin que je remercie vivement. J’ai attendu longtemps mais cela valait la peine. Encore merci à lui et à toute l’équipe.

Jean-Claude
Invité
Jean-Claude

Merci Cher JB pour votre travail qu’il est toujours un enrichissement de lire. Bien cordialement.

Pauline Sauret-Chopin
Invité
Pauline Sauret-Chopin
Bonjour Jean-Baptiste Loin, Je prends de la Vitamine C liposomale depuis de début de l’année 2015, sur les conseils des l’Association FACE 44 (Face Au Cancer Ensemble), créée par Robert Chiron (dcd en mai 2015). La Vitamine C Liposomale est fabriquée par le Laboratoire Phosphothec, ZAC de la Lorie – 16, rue Jean Palach – 44813 – St-Herblain Cedex – Tel : 02.28.03.14.77. L’association FACE 44 a été dissoute, il y a un an. La Vitamine C Liposomale est vendue en flacon de 100 ml. Normalement, je devais en prendre 1 flacon par jour, mais j’ai eu mal à l’estomac,… Lire la suite »
wpDiscuz