Le dispositif Wai Qi, pour mobiliser l’énergie vitale

5
dispositif lampe infrarouge wai qi

Avez-vous entendu parler de cette fameuse « lampe Wai Qi » qui depuis quelques années défraye la chronique, tant par son étrange exotisme que ses nombreuses promesses de santé ?

Si l’on s’en tient aux études scientifiques et applications en hôpitaux chinois, on pourrait la croire guérisseuse de nombreux maux allant du cancer aux troubles de la thyroïde, en passant par les rhumatismes.

Le sujet m’ayant semblé digne d’intérêt, afin d’en avoir le cœur net et après nous être documentés en détail à son sujet, le comité de sélection de Réponses Bio l’a testée.

Avant d’aller plus avant, il est indispensable de tous se mettre d’accord sur un principe aussi vieux que l’écriture, ayant été tour à tour observé et reconnu par les civilisations antiques, au fil des époques.

D’ailleurs jusqu’à il n’y a pas si longtemps, en Chine, du plus modeste fermier au plus grand des seigneurs, absolument tout le monde avait conscience d’être également lié par un même principe.

Ce principe, cette énergie vitale décrite par Lao Tseu aussi bien que par Confucius, n’étant ni une religion ni une doctrine, vient du Qi. 

Qi que l’on retrouve dans la tradition indienne avec le Prana, au Japon avec le Ki, et un peu partout autour du monde sous différentes appellations.

En tout cas depuis des millénaires les Chinois sont convaincus, et le sont peut-être encore majoritairement aujourd’hui, que l’essentiel de la santé repose sur ce principe, ce souffle, qui maintient les créatures terrestres en vie.

Si vous avez vous-même essayé, ou discuté avec quelqu’un ayant suivi quelques séances d’acupuncture avec un acupuncteur digne de ce nom, ou bien pratiqué le Qi Gong enseigné par un véritable maître, vous devez réaliser que cette énergie vitale existe au moins autant que vous.

Tout comme il est indéniable qu’après sa mobilisation par le biais d’une de ces séances, elle va plus volontiers continuer à circuler librement dans votre organisme si vous êtes allongé dans un champ, à la campagne, que si vous êtes à l’intérieur du métro, dans une grande ville.

Si l’on en croit les volumes très complets de médecine traditionnelle chinoise, allant de plus de cinq mille ans dans le passé à nos jours, lorsque ce fameux Qi se bloque ou est sérieusement contrarié par des pollutions ou accidents, la santé décroit et les maladies surviennent.

Bien qu’il semble certain qu’une jambe cassée ne pourra pas être soignée avec des aiguilles ou des pratiques énergétiques subtiles, qu’en est-il des rhumatismes, du stress, du manque de sommeil, ou même de troubles bien plus importants ? 

Wai Qi, lampe ou dispositif de santé ?

Dès la première séance avec une Wai Qi, l’agréable chaleur qu’elle dégage lui donne des allures trompeuses de lampe chauffante.

Pourtant si vous êtes sensible aux énergies, vous notez rapidement quelque chose de particulier, un bien-être indicible.

Mais pour vraiment faire la différence entre un sympathique chauffage d’appoint et un dispositif permettant de mobiliser le Qi, comme le prétendent beaucoup, nous avons tenté de percer les mystères du développement la lampe Wai Qi, étant régulièrement utilisée dans les hôpitaux chinois intégrant la médecine traditionnelle chinoise ou MTC depuis ces quarante dernières années.

Quel en est le principe ?

Un émetteur infrarouge propulse l’information liée au profil des éléments incrustés sur une plaque faisant face au dispositif.

Ils sont présents sous différentes formes d’assemblage chimique, à savoir les éléments simples, oxydés et cristallisés.

Suivant ce cheminement l’information des énergies entre en résonance avec les éléments leur correspondant dans le corps humain, à savoir :

  le carbone,

  la silice,

  le calcium,

  le magnésium,

  le sodium,

  le potassium,

  le souffre,

  le fer,

  le manganèse,

  le zinc,

  le nickel,

  le cuivre,

  le sélénium,

  l’iode,

  le titane,

  le chrome,

  le phosphore,

  le molybdène…

Pourquoi ?

Parce qu’un docteur chinois aurait vu la corrélation entre la circulation de l’énergie vitale, ou Qi, et les minéraux contenus dans l’argile chaude, en observant des travailleurs s’échiner les pieds nus dans une boue indirectement chauffée par un four.

Au vu de recherches chinoises très sérieuses ayant été menées sur la Wai Qi, on peut dire sans équivoque qu’il s’agit d’un dispositif de santé, et non d’une simple lampe chauffante.

La genèse d’un dispositif alliant tradition et technologie

C’est le Docteur Gou Wen Bin, qui découvrit les effets du rayonnement infrarouge sur le corps humain, à partir des années 70, en réalisant que la chaleur alliée à la boue avait maintenu en bonne santé un petit groupe de travailleurs que l’on aurait pu croire affaiblis par des conditions déplorables.

Contrairement à toutes les attentes, ces travailleurs maigrement payés, travaillant en guenilles à un rythme poussé, semblent avoir été à l’abri des maladies et des contraintes de l’âge. 

Suite à cette constatation le Docteur Gou Wen Bin étudia en détail les impacts thermiques sur les argiles enrichies en éléments minéraux par des procédés d’émaillage, aboutissant dix ans plus tard, à une technologie baptisée en Chine l’infrarouge Qi Gong.

Les circonstances de cette heureuse découverte ayant été recréées dans de meilleures conditions, il ne restait plus qu’à les mettre en pratique.

Pour les Chinois, bien qu’ayant parfaitement intégré la médecine conventionnelle occidentale, la médecine traditionnelle chinoise ou MTC reste largement employée dans les campagnes, et intégrée aux services hospitaliers de certains hôpitaux des grandes villes.

C’est donc dans ces départements spécialisés d’hôpitaux conventionnels chinois que les premières utilisations du dispositif Wai Qi furent mises en œuvre à grande échelle.

Si l’on en croit les observations des médecins, traduites en français par un spécialiste des MTC ayant découvert cette lampe, la Wai Qi donne des résultats surprenants par la largesse du spectre des troubles qu’elle participe à traiter.

Mais bien qu’on ait pu lire cette impressionnante liste de pathologies communiquée par les hôpitaux chinois ici ou là, est-il réellement possible que la Wai Qi soit aussi efficace qu’on le dit ?

Un outil thérapeutique d’accompagnement tout à fait unique

Non, la Wai Qi n’est certainement pas un appareil miracle qui soigne le cancer à lui seul, ce n’est pas non plus la providence venant au secours de tous les maux, en revanche c’est un outil qui a très injustement été jugé par un public ne comprenant rien au principe de fonctionnement du Qi et de ses innombrables interactions.

Mais il est vrai qu’après l’avoir testée et étudiée, je suis d’avis que des séances régulières peuvent très probablement aider à luter contre :

  l’arthrite ou l’arthrose,

  les endométrioses,

  les excès d’humidité dans les articulations et les tissus,

  les douleurs cervicales,

  la constipation,

  l’insomnie,

  la fatigue,

  le stress,

  les douleurs liées aux traumatismes physiques,

   les douleurs musculaires et articulaires en général.

C’est déjà fantastique me direz-vous, et d’ailleurs suffisant pour générer un véritable engouement de ses utilisateurs, retournant des avis extrêmement positifs.

Cependant, ce qui échappe à la majorité du public occidental, créant un tel mystère et une telle confusion autour de cet objet, découle très certainement du manque de compréhension de son véritable objectif, de son rôle premier.

Le Qi est irremplaçable et la technologie n’est en quelque sorte qu’une béquille, de cela les Chinois n’ont jamais douté.

C’est en accompagnant la mobilisation naturelle du Qi, avec des pratiques comme :

  le qi gong,

  le yoga,

  la méditation,

  l’acupuncture,

  le magnétisme,

  la diétothérapie,

  ou les médecines naturelles en général,

que le dispositif Wai Qi prend tout son sens.

Dans ces conditions et dans ces conditions seulement, les médecins chinois ont pu observer des rémissions que nous considérons ici comme miraculeuses.

Ils y ont par exemple noté une action très positive sur :

  la cicatrisation post-opératoire,

  l’accompagnement des Qi Gong médicaux pour résoudre des maladies apparemment incurables par la médecine moderne,

  le soutien dans les traitements contre le cancer, que ce soit avec la MTC, médecine conventionnelle ou les deux,

  la participation au rééquilibrage de la thyroïde avec l’acupuncture et les Qi Gong médicaux,

  ainsi que, sans doute, dans les mêmes conditions ou au moins en comprenant l’importance de la circulation libre du Qi, de nombreux autres maux.

A titre informatif, voici la liste d’affections sur lesquelles le dispositif Wai Qi aurait une action positive, bien qu’elle soit authentique et vérifiée par des professionnels de la santé chinois, cette énumération mérite tout de même d’être considérée avec les précautions que nous venons d’évoquer :

  angines de poitrine,

  cholécystites,

  dermatoses,

  eczéma,

  engelures,

  gastralgies,

  hémorroïdes,

  hépatites,

  infections externes,

  lumbagos,

  céphalées,

  paralysie faciale,

  problèmes de disques vertébraux,

  règles irrégulières,

  sciatiques,

  et spasmes du diaphragme…

Cependant quelle est la part de MTC, de médecine réparatrice ou chirurgicale, ou même d’utilisation du dispositif seul, dans ces observations, cela reste difficile à déterminer avec précision.

C’est pourquoi en l’absence d’une pratique, d’une connaissance personnelle des Qi Gong, ou au moins d’une compréhension intime de la circulation du principe d’énergie vitale et de ses grands ennemis, comme le stress par exemple, je recommande un minimum de discrimination.

Son action subtile selon la MTC

Selon les recherches portées par son développeur, mises à part quelques améliorations très pratiques, le principe fondamental de ce dispositif n’a pas changé.

Sa première fonction, sous-tendant toutes les autres, est la tonification par complémentation appelée Bu Qi en chinois.

Elle favorise la mobilisation du Qi et de Xue, le sang.

Ce principe de mobilisation, qu’ils appellent Tui Dong, est indispensable à la circulation du Qi dans l’organisme.

En renforçant la capacité de transformation du Qi, nommé Qi Huaon renforce aussi les fonctions de mobilisation et de réchauffement de nombreux phénomènes étant à la source de notre homéostasie.

Mais lorsque les transformations du Qi ne sont plus fluides, de nombreux déséquilibres apparaissent ouvrant la porte à des maladies plus ou moins graves.

Selon les MTC cela se manifeste aussi par une déficience des capacités de transformation du système digestif et de l’essence vitale, Jing, participant à la qualité du sang, Xue, ainsi qu’à la fluidité des liquides organiques, Jin Ye.

Mais d’un point de vue bien plus occidental, nous pouvons aussi concevoir que le dispositif Wai Qi aurait été avant tout mis au point pour :

  soutenir et améliorer la digestion,

  non seulement réchauffer mais aussi évacuer le froid durablement,

  participer à la dispersion de l’humidité pathogène,

  et jouer un rôle positif sur un certain nombre d’autres facteurs à l’origine des troubles de santé.

Que ce soit avec ou sans pratique énergétique complémentaire, il est également utilisé par les Chinois et de plus en plus de praticiens et particuliers en France comme ailleurs, pour soutenir le Zheng Qi et le Wei Qi, à savoir respectivement la régularité et le système d’autoprotection du Qi.

La médecine conventionnelle chinoise a ainsi pu observer par le biais de ce dispositif ce que la tradition disait depuis toujours, à savoir que la régularité abondante du Qi optimise les capacités d’auto-guérison et de rééquilibrage énergétique.

La norme CE médical pour éviter les contrefaçons

Bien évidemment, cela fait plus de quarante ans que cette lampe a été développée en Chine, et si sa version originale a fait ses preuves sur de nombreux patients et particuliers sachant l’utiliser, le marché de consommation chinois est sous certains aspects, tout autant, voire bien plus agressif que le nôtre.

Ces dix dernières années, il en a découlé de très nombreuses copies basées sur le travail du découvreur de la lampe TDP Wai Qi, qui après l’avoir décortiquée, a adapté la formule originale aux normes européennes.

Et, comme les Chinois sont connus pour leur capacité à réaliser des dispositifs électriques ultra polluants, je vous invite vivement à vous référer aux technologies proposant un système électrique CE médical.

C’est le cas du modèle testé par le comité de sélection de Réponses Bio, je ne saurais répondre d’un autre.

Il s’agit de l’original, disposant d’un écran numérique permettant de choisir le temps de sa séance et de contrôler le temps de vie de la plaque minérale, qui se dévitalise progressivement à partir de 1000 heures.

Confortablement installée sur des pieds à roulettes, ressemblant un peu à ceux d’une chaise de bureau, la lampe Wai Qi n’est certes pas décorative, mais s’avère indiscutablement pratique et efficace.

Dès les premières séances on a l’impression que l’atmosphère se purifie autour de soi et qu’une chaleur douce, très similaire à la chaleur humaine, nous enveloppe.

L’énergie mobilisée est sereine, comblant ni plus moins que les carences immédiates.

Celui qui manque de sommeil, dormira.

Celui qui souffre des articulations, sera assez rapidement soulagé. 

Celui qui manque d’énergie, sera revitalisé…

Cependant rien ne se passera de vraiment significatif sans répéter régulièrement son utilisation, avec les solutions complémentaires que nous apportent la MTC en particulier et les médecines naturelles en général.

On dit également qu’elle a des effets très positifs en prévention comme en traitement, sur les sportifs et les athlètes dont les troubles articulaires sont largement augmentés par une activité intensive.

Et, encore au-delà, les animaux comme les chevaux, les chiens et les chats, ou même la plupart des animaux vivant hors de l’eau, semblent pouvoir en profiter, tout au moins pour prévenir et soigner les troubles articulaires, mais peut-être bien plus.

Comment ça marche ?

Comme toute médecine ou dispositif à vocation thérapeutique, il convient de respecter quelques règles afin d’utiliser efficacement la Wai Qi :

1/ Il faut compter 10 à 15 minutes avant que la lampe atteigne sa température optimale.

2/ La distance idéale avec la zone sensible sera d’environ 30 à 40 cm, offrant une chaleur confortable sans brûler.

3/ Il est fortement conseillé d’utiliser la lampe sur une zone non recouverte de vêtements.

4/ Une séance optimale demande 40 à 60 minutes.

5/ Pour obtenir des résultats positifs on peut pratiquer un maximum de deux séances par jour, et un minimum de deux par semaine.

6/ Il convient d’éviter une exposition soutenue de plus de 2 heures par jour et de veiller à faire une pause dans son utilisation, d’un ou deux jours tous les cinq jours.

Après avoir testé ce dispositif garanti par la norme CE médical, durant plusieurs mois, nous avons décidé de l’intégrer à la place de marché de Réponses Bio pour vous en faire profiter avec une remise exclusive.

 Jean-Baptiste Loin 

*** Annonce Pratique ***

Le dispositif originel de la Wai Qi ® est actuellement en promotion sur cette page, il est muni :

  de la norme électrique CE médical,

  d’un panneau d’affichage numérique,

  d’une rotule articulée pour faciliter son utilisation dans différentes positions,

  ainsi que d’une plaque minérale facilement interchangeable avec une durée de vie de 1000 heures, 

   et d’une garantie de 1 an.

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Le dispositif Wai Qi, pour mobiliser l’énergie vitale"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Josette
Invité

MERCI

G.C
Invité

Merci pour votre info et vos recherches.
Nous sommes praticiens de Médecine Traditionnelle Chinoise
diplômés de L’université de Pekin.
Continuez à nous adresser vos courriels

Mohamed
Invité

Merci

ANNE AMIEL
Invité
ANNE AMIEL

Merci, merveilleux! Comment se la procurer et quel en est le prix?

Merci beaucoup. En outre, je vis au canada….

wpDiscuz