Deux semis précoces en vue des beaux jours

4
herbes aromatiques coriandre origan

Bien que les températures soient fraîches, on ne peut s’empêcher de penser aux beaux jours à venir.

Or pour tous ceux bénéficiant d’un jardin ou d’un balcon, que ce soit pour les préparations culinaires ou les tisanes, il existe des plantes à la fois faciles à cultiver et salvatrices.

C’est pourquoi je vous laisse aux bons soins de Geneviève Maillant, qui vous dira tout sur la coriandre et l’origan, allant des semis aux remèdes de grand-mère.

Des petits pots, une bonne terre et quelques graines biologiques, ou mieux, issues de récoltes de l’an passé, et le tour est joué !

La coriandre et l’origan sont deux plantes rustiques faciles à cultiver qui serviront autant pour la cuisine que pour préparer de délicieuses infusions médicinales.

Si vous habitez dans une région froide ou tempérée, gardez les pots à l’intérieur quelques semaines, derrière une vitre, tant que la température peut descendre en-dessous de 10°C.

Vous pourrez planter les jeunes plants dès l’arrivée des beaux jours.

Quelques conseils de culture

La coriandre, Coriandrum sativum est une plante au feuillage clairsemé et aux minuscules fleurs claires, qui gagnera à être plantée en massifs.

Elle atteint jusqu’à 60cm de haut, aime le plein soleil et se plaît dans une terre légère, chaude et bien drainée.

Mais rien n’interdit de la garder en pot à l’intérieur toute l’année, pour profiter de l’odeur caractéristique de ses feuilles d’un vert franc, qui rappellent celles du persil.

Plus nombreuses à proximité des racines, les feuilles de la coriandre se raréfient dans la partie supérieure de la plante.

Les tiges de section bien ronde et d’un vert tendre peuvent être hachées menu et consommées comme de la ciboulette.

On peut la semer dès le mois de Mars, soit en pot sous abri, soit dehors mais impérativement en plein soleil, dans un endroit du jardin bien protégé des vents, et à condition qu’on la couvre en cas de gel.

Si on lui assure des arrosages fréquents, les premières tiges sortiront de terre dans les 15 jours.

La floraison survient en Juin et Juillet, mais rien n’empêche de cueillir ses feuilles tout au long de sa croissance.

A la fin de l’été, les graines, petites, rondes et marron clair, peuvent être récoltées pour une conservation au sec, dans un bocal bien hermétique, ou encore marinées dans du vinaigre ou une préparation pour les salades.

On les récupère à maturité en secouant simplement la plante tête en bas.

Attention toutefois de veiller à ne pas cultiver le fenouil près de la coriandre, sous peine de réduire drastiquement sa production de graines.

L’origan, Origanum vulgare (Marjolaine sauvage), est une plante vivace rustique très décorative, faisant partie de la famille des Lamiacées, utilisée aussi bien en cuisine qu’en médecine douce.

De croissance lente, cette herbe aromatique apprécie particulièrement de croître en plate-bande ou en bordure d’allée.

Atteignant 30 à 50cm de haut, se nourrissant essentiellement de soleil et se plaisant dans les sols bien drainés, l’origan est certes facile à cultiver, mais il n’aime ni le froid ni l’humidité.

C’est en Mars, qu’on le sèmera ou qu’on divisera les touffes existantes, et on pourra même le bouturer au mois de Mai.

Si on souhaite stimuler sa croissance, il suffira de le tailler après floraison.

Et ses fleurs rose-mauve attirant particulièrement les abeilles, il fait le plus grand bonheur des apiculteurs en herbe.

Comment les utiliser ?

La coriandre est une ombellifère originaire de la Méditerranée orientale à la senteur bien marquée, que l’on cultive depuis au moins 3 000 ans pour ses propriétés culinaires mais aussi médicinales.

Les Romains, qui l’ont acclimatée d’un bout à l’autre de l’empire, l’utilisaient avec d’autres plantes pour conserver la viande.

Pour les Chinois, la coriandre avait allait jusqu’à allonger l’existence.

Quant aux Grecs du temps d’Homère, frappés par son odeur tenace, ils la baptisèrent koriandron, qui signifie « insecte ».

Il est vrai que les feuilles de la coriandre dégagent une odeur caractéristique que certains trouvent gênante, mais qui donnent du goût aux curry comme aux ragoûts

Ses graines, en revanche, ont une odeur plus suave et parfument agréablement les pots-pourris ou rehaussent la saveur de certaines marinades.

Cette herbe qui pousse à peu près partout, s’utilise fraîche dans de nombreuses recettes de cuisine, que ce soit celles du Moyen-Orient ou d’Asie du Sud-Est.

Curry, falafels, tajines, salades, omelettes, recettes au riz lui doivent en partie leur saveur.

La coriandre a des propriétés médicinales proches de celles de l’anis, du fenouil et du cumin des prés.

On prépare ses graines pilées en infusion, à raison d’une cuillère à café pour 1/2 litre d’eau, pour :

  donner du tonus,

  favoriser la digestion,

  ou encore vaincre certaines pertes d’appétit d’origine nerveuse.

A boire avant de préférence avant les repas.

C’est d’ailleurs à la coriandre, entre autres, que Chartreuse et Bénédictine doivent leurs vertus digestives.

Mais elle est également connue pour soulager les règles douloureuses et avait, autrefois, la réputation de faciliter les accouchements.

Grâce à son action antispasmodique, la coriandre en infusion bue par une mère qui allaite passe directement dans son lait et soulage les coliques du nourrisson.

L’origan, qui se décline en une vingtaine d’espèces dont de nombreuses hybrides, est parfois appelé marjolaine sauvage.

Il ne faut pourtant pas le confondre avec la véritable marjolaine, Origanum majorana, ou la marjolaine italienne, Origanum onites.

Déjà à l’époque de l’Egypte des Pharaons on tirait parti de ses propriétés antiseptiques pour lutter contre les fièvres, les migraines et la nervosité excessive.

On le prescrivait aussi en cas de malaises digestifs.

Les feuilles, tout comme les fleurs et les tiges, peuvent être séchées et utilisées en cuisine, en médecine douce et pour les soins de beauté.

Les jeunes feuilles se récoltent toute l’année, tandis que la plante entière peut l’être seulement au moment de la floraison.

Afin de conserver feuilles et fleurs, on les fera soigneusement sécher puis on les conservera à l’abri de l’humidité.

Ou bien on pourra les faire mariner dans une bonne huile d’olive, dont on arrosera les pizzas estivales…

Ensuite on récoltera les graines pour les prochains semis de printemps ou d’automne.

En cuisine, l’origan séché s’ajoute avec bonheur aux salades et crudités, assaisonne de son arôme poivré les pizzas comme le chili, le goulasch et les sauces à l’ail ou à la tomate.

Sur le plan médicinal, on utilise traditionnellement le « thé rouge » obtenu en faisant infuser les feuilles et les fleurs d’origan pour lutter contre :

  la toux,

  la grippe,

  les refroidissements,

  l’indigestion,

  ou encore les règles douloureuses.

Et tout cela avec juste un peu de soleil et d’eau fraîche.

 Geneviève Maillant 

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Deux semis précoces en vue des beaux jours"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
trackback

[…] Deux semis précoces en vue des beaux jours: Bien que les températures soient fraîches, on ne peut s’empêcher de penser aux beaux jours à venir. Or pour tous ceux bénéficiant d’un jardi…Source […]

chervet
Invité
chervet

Merci pour l’explication concernant l’utilisation de ces deux plantes que j’ai dans mon jardin. Concernant l’origan, celui que j’ai est vivace. Je ne dois donc pas le resemer. Existe t-il une variété annuelle ?
Je vais pouvoir profiter de l’origan beaucoup plus grâce à vos explications.
Merci encore et bonne journée ensoleillée
Arlette

Emile Amara
Invité

Bonsoir je vous ai lu avec beaucoup de plaisir ,je suis
agronome et me donnes des infos fort importants pour moi.
Merci portes toi bien
Bonne journée

sami
Invité

Merci pour toutes vos infos ! sauf que l’origan et la coriandre ont des vertus au delà et bien plus importantes que a toux la grippe etc.. Salutations !

wpDiscuz