Le grand nettoyage intestinal anti-grisaille

34
nettoyage intestinal purge et détox

Plus particulièrement après les repas gourmands des fêtes, mais en réalité utile à longueur d’année, le nettoyage intestinal est crucial en ces temps de malbouffe orchestrée.

Le végétarisme met certes à l’abri des plus grosses pollutions alimentaires issues des viandes et charcuteries, toutefois les féculents dont on a très souvent tendance à abuser, génèrent tout de même des déchets se transformant en cristaux et colles encombrant l’organisme, à commencer par bien évidemment par les intestins.

C’est pourquoi s’offrir une détoxication de la sphère intestinale est un cadeau idéal à se faire aux premiers jours de la nouvelle année, aussi bien pour prévenir la plupart des troubles que pour s’éclaircir les idées, vivifier le mental et générer une abondante énergie positive nécessaire à la réalisation de nos projets.

On nous roule dans la farine !

Lorsque l’on est végétarien en Occident, on a souvent tendance à mettre l’accent sur les farineux, finissant par envahir littéralement notre quotidien en trônant sur la table du petit-déjeuner au dîner, que ce soit :

  le pain ou les biscottes,

  les mueslis,

  les brioches et viennoiseries,

  les pâtes et céréales,

  les pizzas et plats préparés,

  les gâteaux et biscuits,

  et même les « viandes végétales » riches en farines et épaississants. 

Alors que les instances gouvernementales de santé s’obstinent à encourager la consommation de 200 à 250 grammes de pain par jour, on fait de plus en plus le lien entre l’excès de ce type de féculents et des désordres métaboliques en tout genre.

Depuis que l’homme du néolithique a commencé à cultiver des céréales qui ont, de fait, pris une importance de plus en plus grande dans son alimentation, il s’est retrouvé face à divers problèmes.

Et savez-vous quel fut le premier de ces problèmes ?

Les caries !

Elles sont apparues à force de mâcher des céréales riches en amidon, c’est à dire en sucre, il y a peu près 11 000 ans… tandis qu’elles étaient pratiquement inexistantes chez les populations de chasseurs-cueilleurs du paléolithique supérieur.

Si bien que la présence de caries sur les restes retrouvés durant les fouilles, permet pratiquement à elle seule de différencier les populations d’agriculteurs de celles de chasseurs-cueilleurs !

Mais au-delà de la question des glucides, on observe de nombreux autres dérèglements découlant de la surcharge d’hydrates de carbone contenus dans les farineux, à la suite de l’industrialisation agroalimentaire qui a non seulement appauvri les aliments, mais les a aussi dénaturés par toutes sortes de transformations, généralisant les problèmes de :

  diabète,

  fringales et crises d’hypoglycémie,

  surpoids et obésité,

  maladies cardiovasculaires,

  calculs biliaires et rénaux,

  rhumatismes,

  migraines,

  cancers,

  carences,

  maladies dégénératives et auto-immunes,

  etc.

Le dénominateur commun de ces troubles étant l’acidification de l’organisme, débouchant sur l’acidose toxique de l’organisme.

Les dangers de l’acidose

Lorsque l’on consomme des céréales en trop grande quantité, l’organisme s’acidifie, saturant peu à peu les émonctoires chargés d’éliminer les surplus :

  les reins en charge des acides fixes,

  les poumons en charge des acides volatiles,

  et en dernier recours la peau, avec eczéma sec, boutons, etc.

Si la surcharge d’acides n’est pas neutralisée et que les émonctoires sont débordés, l’organisme n’a alors d’autre choix que de les stocker dans le tissu conjonctif, les articulations, les muscles…

Se manifestent alors :

  déminéralisation et perte osseuse,

  fonte musculaire,

  dévitalisation des cheveux, ongles et dents,

  troubles du système nerveux, 

  ainsi qu’une cascade de désordres en tout genre, de l’inflammation chronique aux cancers, en passant par les maladies dites de civilisation. 

En définitive, la part considérable réservée aux farineux dans notre alimentation « moderne » provoque une surcharge encrassant et déminéralisant l’organisme, sans même apporter beaucoup de nutriments en contrepartie.

Exception faite des céréales complètes biologiques fournissant tout de même de bonnes quantités de minéraux, à condition qu’elles soient préparées de manière appropriée.

Si elles ne le sont pas, l’acide phytique contenu dans l’enveloppe des graines va chélater au niveau de l’intestin les oligo-éléments et minéraux comme le calcium, le magnésium, le fer, le zinc et le cuivre, provoquant carences et déminéralisation, qui conduiront inexorablement à l’acidose.

Et le système lymphatique ?

Au cours de notre existence nous ingérons en moyenne une centaine de tonnes de nourriture, dont les déchets devront être évacués en passant par les intestins.

Malheureusement, les causes enrayant le bon fonctionnement de ce travail d’évacuation ne manquent pas.

Et au fil du temps, les déchets non éliminés vont s’accumuler dans le côlon, pesant jusqu’à plusieurs kilos, et se déposer dans les tissus en empoisonnant :

  le sang,

  la bile jaune,

  l’atrabile,

  ainsi que la lymphe.

Or, il se trouve que la lymphe, dans laquelle baignent les organes et les cellules, joue un rôle capital dans leur bon fonctionnement.

Au-delà de son rôle fondamental pour le système immunitaire, elle intervient également dans :

  la transmission des graisses au sang circulant,

  le drainage et l’épuration,

  le mécanisme de l’érection,

  ainsi que dans l’apparition des métastases en cas de cancer.

Une grande partie du tissu lymphatique est associée au tube digestif, étant le principal chemin d’entrée des substances nocives, et en même temps un rempart contre celles-ci.

C’est une des raisons pour lesquelles le nettoyage intestinal et l’efficacité du système immunitaire sont si intimement liés.

Les aliments inappropriés, de mauvaise qualité, déséquilibrés, ou encore les mauvaises combinaisons alimentaires, génèrent des fermentations intestinales entraînant des inflammations, poussant la muqueuse à sécréter un surplus de mucus dans le but de se protéger.

Ces déchets mucosiques encombrant les parois intestinales, durcissent et s’épaississent jusqu’à se transformer en « plaque mucoïde », devenant l’hôte idéal pour :

  les matières en putréfaction,

  les parasites,

  les bactéries et champignons pathogènes dont le plus connu est le candida albicans,

  etc.

Dans ces conditions la muqueuse devient progressivement poreuse, permettant aux toxines, métaux lourds et autres poisons de passer la barrière intestinale, intoxiquant et contaminant l’ensemble des organes, que ce soit le foie, la vésicule biliaire, le pancréas…

Heureusement, en cas d’encrassement ou d’auto-intoxication importants, le corps sait naturellement gérer le problème avant qu’il n’empire en profitant de la première occasion, refroidissement, changement de saison ou période de stress, pour déstocker un maximum de déchets afin de retrouver son homéostasie originelle.

C’est alors que surviennent les premiers symptômes de la maladie… une bénédiction salvatrice qu’il ne faut surtout pas tenter de stopper net avec des médicaments de synthèse.

La crise d’élimination ou « maladie »

Pouvant être vue comme un signal d’alarme, la maladie aiguë indique donc que l’organisme éprouve le besoin de se délester d’une surcharge de toxines et autres substances nuisibles à son bon fonctionnement.

Il est alors nécessaire de mettre en place une hygiène de vie propice à l’élan vital de guérison, en :

  absorbant une alimentation vitale, vivante et végétale, voire en jeûnant,

  s’offrant autant de repos que nécessaire,

  pratiquant des exercices de respiration permettant non seulement d’optimiser l’élimination, mais aussi d’apporter calme, détente et sérénité,

  soutenant le corps à l’aide de plantes, d’huiles essentielles et de médecines naturelles appropriées.

Cependant que faire lorsque les organes d’élimination sont épuisés et congestionnés et que l’énergie vitale circule mal ?

Eh bien c’est le moment ou jamais pour avoir recours à des outils de nettoyage extérieurs :

  plantes laxatives, drainantes et hépatiques,

  compléments chélateurs de déchets organiques comme le charbon végétal et l’argile verte,

  psyllium, graines de chia et graines de lin moulues,

  mais surtout… la purge.

La purge, mode d’emploi

Alliée incontournable de la vitalité, la purge est LA technique de santé primordiale dans toutes les grandes traditions thérapeutiques chinoise, essénienne, ayurvédique, hippocratique, hélas bien trop oubliée de nos jours.

Depuis la nuit des temps, de nombreux animaux comme les félins et les ours ont l’habitude de se purger pendant les changements saisonniers.

Et pour l’humain, bien que les méthodes soient nombreuses, l’une des plus controversées et pourtant faisant partie des plus efficaces, est la purge à l’huile de ricin.

Pourquoi a-t-elle été boudée si longtemps ?

A cause de son mauvais goût légendaire, évidemment, mais aussi et surtout en raison de sa puissance.

Ce remède de grand-mère que l’on n’utilise désormais guère plus que pour la beauté des cheveux et des ongles, est effectivement un purgatif à manipuler avec beaucoup de précaution et de discernement.

Ses effets sont si intenses et profonds qu’il est indispensable, pour lui permettre de déployer tout son potentiel sans en pâtir, de le consommer dans des conditions bien précises :

Avant la purge :

 Boire 3 fois par jour des tisanes de plantes hépatiques et/ou drainantes (artichaut, radis noir, bouleau, pissenlit…) pendant une semaine, éventuellement accompagnées de mauve adoucissante.

 Prendre du psyllium, à raison d’une ou deux cuillères à soupe 3 fois par jour, et boire beaucoup d’eau pure pendant une semaine.

 Observer un minimum de 3 jours d’alimentation frugale exclusivement à base de fruits et légumes.

 Se reposer pour s’assurer suffisamment de détente physique et psychologique.

Pendant la purge :

 Remplacer le repas du soir par 3 ou 4 cuillères à soupe maximum d’une huile de ricin biologique, pure et de première qualité, mélangée dans un jus fraîchement pressé de pamplemousse par exemple, ou plus épais (mangue, abricot…) pour masquer le goût et la texture.  

On veillera scrupuleusement à ne pas dépasser ce dosage, étant donné qu’à haute dose l’huile de ricin est susceptible d’entraîner une importante déshydratation due à des diarrhées trop fréquentes.

 Ne rien boire pendant au moins 12 heures.

 Demeurer dans le plus grand calme, en évitant toute source de stress.

Après la purge :

 Une fois l’évacuation terminée, se ré-alimenter progressivement, exclusivement avec des bouillons, des tisanes puis des fruits frais, pendant au moins 24 heures.

En fonction de l’état d’intoxication de l’organisme les résultats seront plus ou moins impressionnants, dans la mesure où différentes matières peuvent être évacuées :

  glaires et mucus,

  matières sèches et noires,

  boues,

  calculs,

  etc.

En agissant directement sur le système lymphatique qui va relancer l’activité des organes d’élimination, l’huile de ricin désencombrera aussi bien :

  l’intestin grêle,

  le côlon,

  que la sphère hépato-biliaire.

Au niveau cellulaire, la purge à l’huile de ricin offre un regain d’oxygénation et de vitalité retentissant aussi bien sur le plan physique que psychologique, et le corps s’en trouve comme « réinitialisé ».

Décrire les sensations ressenties à la suite d’une purge bien menée est difficile, tant les répercussions sont à la fois globales et profondes.

En voici tout de même un aperçu :

  fraîcheur et vitalité dès le saut du lit,

  plus d’entrain tout au long de la journée,

  teint éclairci et peau nette,

  atténuation des douleurs articulaires,

  sensation de légèreté,

  bonne humeur et joie de vivre,

  équilibrage de l’appétit,

  sentiment d’intimité joyeuse avec son propre corps,

  libération de blocages et tensions psychologiques,

  clarté mentale,

  créativité,

  ainsi qu’un sentiment d’harmonie spontané.

Attention toutefois, cette méthode est fortement contre-indiquée aux :

  femmes enceintes ou allaitantes,

  femmes pendant leurs règles,

  personnes suivant un traitement médicamenteux lourd ou ayant subi une opération chirurgicale récente,

  personnes excessivement épuisées,

  personnes ayant un système digestif très fragile,

   personnes souffrant de crises hémorroïdaires avec de forts saignements.

De manière générale, en cas de doute n’hésitez pas à demander conseil à un naturopathe ou tout autre biothérapeute compétent.

Toutefois, si vous êtes dans l’un de ces cas ou tout simplement que vous souhaitez une purge plus douce, ne désespérez pas, il est tout simplement possible de commencer par des cataplasmes sur le ventre, sans aucune ingestion directe.

La plupart des substances actives de l’huile de ricin sera ainsi transmise à travers les pores de la peau, et bien que légèrement moins complète, la purge s’étalera sur quelques semaines.

Pour ce faire, on disposera un cataplasme sur le ventre tous les soirs avant le coucher pendant 3 semaines.

Avec une bouillotte par-dessus, on le conservera pendant la nuit afin de remettre progressivement en mouvement le système lymphatique tout en améliorant les problèmes de :

  constipation,

  inflammations,

  et spasmes intestinaux.

Mais ce n’est pas tout !

En usage externe l’huile de ricin est également souveraine, puisqu’elle servira à :

  soulager l’arthrite et les tendinites,

  se débarrasser des cors aux pieds,

  hydrater la peau,

  renforcer les cheveux et les ongles,

  faire disparaître les verrues ou les grains de beauté,

  et même réduire les cernes.

Comment bien choisir son huile de ricin ?

On trouve de l’huile de ricin un peu partout dans le commerce, que ce soit en pharmacie, parapharmacie, magasins bio ou boutiques en ligne.

Cependant il conviendra d’être particulièrement attentif à la qualité du produit à des fins de purge.

Son bon déroulement et son efficacité dépendent effectivement des qualités intrinsèques à l’huile que vous utiliserez, comme :

  sa pureté (100% huile de ricin),

  son origine,

  la certification d’une culture non OGM et biologique,

  l’extraction à froid sans solvant depuis la graine,

  ainsi que le non-raffinage.

 Jean-Baptiste Loin 

En pratiquehuile de ricin de bio purge

Pour vous permettre de mettre en place une purge, j’ai sélectionné pour vous cette huile de ricin issue de l’agriculture biologique certifiée par un organisme britannique fiable, à savoir la « Soil Association ».

Elle est 100% pure et non raffinée, extraite à froid sans solvant, c’est le top du top.

En résumé

En cataplasme l’huile de ricin vous servira pour lutter contre :

  constipation,

  inflammations,

  et spasmes intestinaux.

Par voie interne, en suivant le protocole présenté dans cet article, elle vous procurera, entre autres :

  vitalité,

  fraîcheur de la peau,

  atténuation des douleurs articulaires,

  légèreté,

  bonne humeur,

  rééquilibrage de l’appétit,

  ouverture des tensions psychologiques,

  clarté mentale,

  créativité,

  ainsi qu’un sentiment d’harmonie spontané.

En désencombrant :

  l’intestin grêle,

  le côlon,

  et la sphère hépato-biliaire.

Poster un Commentaire

34 Commentaires sur "Le grand nettoyage intestinal anti-grisaille"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
trackback

[…] Le grand nettoyage intestinal anti-grisaille: Plus particulièrement après les repas gourmands des fêtes, mais en réalité utile à longueur d’année, le nettoyage intestinal est crucial en c…Source […]

Mohamed
Invité

Merci

Bernadette Lebrun
Invité
Bernadette Lebrun

Merci beaucoup pour cet article venant bien à-propos. J’aimerais connaître la technique préconisée pour le cataplasme; s’agit-il simplement de poser un linge imbibé sur le ventre (avec la bouillotte par dessus) ? Meilleures salutations;
Au plaisir de vous lire.

marie
Invité
marie

5 centimètres d’épaisseur ? ça semble complètement irréaliste, c’est la longueur de mon pouce ; il faut superposer combien de linges ?

marie
Invité
marie

je réitère ma question ; je viens de tenter une expérience : pour obtenir 5 centimètres, j’ai dû superposer 16 épaisseurs de serviette éponge ! je suppose don qu’il s’agit de 5 millimètres

marie
Invité
marie

voir vidéo de Thierry Casasnovas site regénère ; série terra incognita 2017 tuto huile de ricin

marie
Invité
marie

pour éviter le goût, on trouve en Allemagne ou en Suisse de l’huile de ricin en capsules

Rakotomamonjy
Invité
Rakotomamonjy

Merci et bonne année 2018

Jacky
Invité

Merci pour votre article très instructif sur la purge à l’huile de ricin.
Un autre article pourrait être éditer sur le même thème
Penchez vous sur la purge à base de chlorumagéne du docteur Martin du Theil.
Qu ‘en pensez vous ?

Torkia
Invité

Merci pour tout.Je vais essayer cette huile dont je ne connaissais que le non et son utilité pour les cheveux.Merci encore.

Seidrick
Invité

Merci pour les informations.

Danielle
Invité

MERCI A VOUS.

William
Invité

Merci de toutes les informations.

lydia
Invité
lydia

bonjour, je souhaiterais une précision sur la purge elle-même : combien de temps doit-on la faire? Est-ce que l’on prend le ricin qu’un seul soir?

Nyna
Invité

Merci

Nawal
Invité

Merci

Nabila
Invité

Bonjour,

Peut-on utiliser ce programme pour les personnes ayant eu une ablation de la vésicule biliaire ?
Merci beaucoup pour toutes ces informations très utiles.

marechal
Invité
marechal

huile de ricin bien! Merci.

lydia
Invité
lydia

Je voulais savoir si c’était compatible avec un traitement pour la thyroide?

lydia
Invité
lydia

merci pour votre aide précieuse

marie
Invité
marie

cette purge est également conseillée par Irène Grosjean

marie
Invité
marie

il me semble important de signaler à ceux qui font des cures d’argile, de ne jamais prendre en même temps l’argile et l’huile de ricin, sous peine d’occlusion intestinale (source livre de Raymond Dextreit : l’argile qui guérit

bouchelouche
Invité
bouchelouche

Merci!

Nabila
Invité

Retour aux valeurs sûres avec l’huile de ricin !

Merci !

Vanessa
Invité

MERCI 😊
merci pour votre générosité, vos partages sont une vraie source

Ahmed
Invité

Bonjour
je vous remercie infiniment!
cordialement!

Aurore
Invité
Aurore

Bonjour,

Vous parlez de psyllium à prendre en amont de la cure à l’huile de ricin. S’agit il de psyllium blond, noir ? Je n’en n’ai pas trouvé sur votre boutique en ligne. Auriez vous une marque à me conseiller ?
Combien de temps dure la cure à l’huile de ricin à ingérer : 7 jours ?

Merci d’avance de votre réponse.

Bonne année à tous !

Aurore
Invité
Aurore

Merci de votre réponse Nina. C’est noté, qu’une seule prise !

Belle journée à vous !

Alain
Invité

merci

wpDiscuz