Le temple des rêves

4
Lait d'hevea : matelas en latex naturel

Quoi qu’on en dise, quoi qu’on en pense, un bon sommeil au long cours c’est avant tout un bon lieu de repos, où le calme et la simplicité président, mais surtout où l’outil numéro un du dormeur attentif peut prendre toute sa dimension.

C’est en tout cas ainsi que Franck Bidault, s’étant rendu compte que cet élément essentiel pouvait changer sa vie, s’est passionné pour un arbre et son lait végétal, que l’on pensait pratiquement condamnés par l’industrie chimique, l’Hévéa…

Pour clôturer ce mini évènement, faisant suite à mon premier article sur les clés d’un bon sommeil, nous allons aujourd’hui aborder la question du temple menant à la porte du sommeil.

Sans lui inutile de faire de beaux discours, d’espérer conserver un rythme qui vous convienne ou accomplir de long cycles réparateurs.

Et ce temple si précieux permettant d’atteindre la voie lactée des rêves en passant par l’escalier en colimaçon du sommeil n’est autre… que votre lit.

Si votre matelas a plus de dix ans et n’a pas été conçu en hévéa naturel, il est probable qu’il joue un rôle bien plus important que vous ne le pensiez dans vos troubles de sommeil.

Afin de mieux en comprendre les mécanismes, j’ai interviewé pour vous le créateur d’Hévéa Nature, spécialiste de la literie naturelle et durable, partageant ici son expérience de fabricant ainsi que sa passion pour le monde merveilleux du sommeil au naturel.

Franck Bidault bonjour,

Bonjour,

Pourquoi et comment vous êtes-vous penché sur les matelas naturels en latex végétal ?

Comme beaucoup de mes clients, c’était lié à un déménagement et à l’achat d’un nouveau sommier nous ayant permis de remettre notre éternelle literie de transition en question.

Motivé par un mode de vie plus écologique et sain, j’ai trouvé en 2006 sur Ebay notre premier matelas en latex végétal auprès du seul fabricant français qui cherchait à se faire connaître !

Quel type de matelas aviez-vous auparavant ?

Synthétique, un matelas en mousse de polyuréthane en confort médium qui avait fait son temps, et n’aurait jamais dû servir autrement qu’en matelas d’appoint.

Qu’est-ce qui vous a poussé à en changer ?

Je commençais à ressentir des douleurs dans le dos, et aux cervicales.

Mal de dos, mal du siècle ! Notre mode de vie est de plus en plus sédentaire : rester dans la voiture sur de longs trajets ou dans les embouteillages, rester assis toute la journée devant l’ordinateur au bureau ou encore le port de charges lourdes dans certaines professions. Les causes du mal de dos sont donc nombreuses.

Les rhumatismes et les maladies musculo-squelettiques couvrent plus de 200 pathologies différentes et affectent des millions de personnes, à tous les âges de la vie. 

Diagnostiquer les causes du mal de dos prend souvent plusieurs années.

En tant que sportif il m’a toujours semblé important de pouvoir bien récupérer et se reposer physiquement.

Le fait d’avoir changé de matelas a-t-il résolu le problème ?

Ca ne l’a pas résolu, mais largement apaisé.

On peut permettre une bonne relaxation musculaire et soulager les disques intervertébraux ainsi qu’une meilleure circulation sanguine grâce à l’élasticité moelleuse du latex naturel qui ne comprime pas la circulation.

Lorsque le sang circule correctement à travers les canaux et que les disques sont en bonne position, cela permet au corps de se réparer.

C’est ainsi que la balance a penché pour le matelas à 100% d’hévéa naturel, plus je me documentais plus j’étais fasciné par cette matière permettant tant d’améliorations sur la qualité du sommeil, puisqu’à la fois :

  hypoallergénique,

  naturellement anti-acariens et bactéricide,

  imputrescible,

  respirant : sa texture aérée favorise la circulation de l’air,

  perméable : ses perforations évacuent l’humidité,

  tempéré : frais en été, chaud en hiver,

  avec une élasticité naturelle,

  offrant une résilience quasiment parfaite,

  et procurant une réponse silencieuse aux déplacements... 

Sans compter que sur le plan écologique, elle est biodégradable et très durable.

Il m’a donc semblé que c’était ce qu’il y a avait de mieux en la matière, et je ne me suis pas trompé.

Pouvez-vous nous expliquer la différence entre le latex naturel et celui qui ne l’est pas ? Le latex non naturel est-il un produit pétrochimique ou nanoparticulaire ?

Complètement, ou semi-pétrochimique, parce qu’on mixe certains produits dérivés du pétrole, c’est une polymérisation du latex, pouvant être nanoparticulaire, également mélangé avec du latex naturel.

Pour résumer :

  un latex classique, « 100% latex », veut dire latex complètement synthétique, avec un polymère dérivé du pétrole,

  ensuite on a le latex naturel, composé de 85% de latex végétal maximum, c’est à dire de lait d’hévéa, additionné de latex synthétique,

  et puis il y a le latex 100% naturel, où là il n’est question que de latex végétal certifié, donc 100% composé de lait d’hévéa ainsi qu’un pourcentage indispensable d’un produit vulcanisant, ne dépassant jamais 2%, donc en réalité 98%.

Et pour faire la différence, la certification est indispensable.

Il y a deux, voire trois labels qui font références sur le marché, qui ont des critères draconiens :

  Eco Institute, d’un laboratoire allemand, qui est vraiment la référence.

  QUL, co-développé par eco-INSTITUT au milieu des années 1990, davantage reconnu sur le marché allemand.

Y sont testés par exemple, les composés organiques volatils (COV), les pesticides, les métaux lourds dangereux pour la santé, le PCP et les nitrosamines.

  et le dernier né, GOLS, signifiant Global Organic Latex Standard, créé en 2012 et dont un de mes fabricants au Sri Lanka est à l’initiative, avec un cahier des charges plus poussé sur les conditions de travail des récoltants et des travailleurs, et également les conditions environnementales, le traitement de l’eau et le respect de l’environnement.

Je sais aussi qu’ils ont mis l’accent sur la culture biologique des arbres.

Justement qu’en est-il de l’aspect éthique pour le travail des récoltants ?

Je suis allé sur place au Sri Lanka, je n’ai pas rencontré de récoltant directement, mais surtout des travailleurs et travailleuses de l’usine.

C’est une activité qui est importante pour beaucoup de familles là-bas, où l’industrie du caoutchouc fait vivre de nombreuses familles.

Et c’est une économie qui est liée avec d’autres activités commerciales.

On peut trouver des familles qui sont confortables avec cette activité, et puis d’autres beaucoup moins.

Certains récoltants sont autonomes, d’autres sont liés par des contrats avec les grandes compagnies de transformation du caoutchouc.

Je suppose qu’il y a beaucoup de choses à vérifier et à améliorer pour ce qui est de l’exploitation du caoutchouc, mais pour ce qui est de la literie, d’après ce que j’ai vu dans ces usines tout à fait modernes, les conditions de travail sont normales.

J’ai eu l’occasion par exemple de déjeuner à la cantine avec le personnel, il y avait un côté familial sympathique.

Pourquoi être allé au jusqu’au Sri Lanka ?

Il me fallait voir comment fonctionne l’usine, comment se passe concrètement la fabrication.

Et puis aussi bien sûr, je souhaitais savoir si les personnes qui travaillent pour cette industrie étaient heureuses.

J’ai vu des sourires, j’ai vu des gens qui semblaient heureux, maintenant, il faudrait y rester au quotidien pour pouvoir vraiment apprécier.

J’y suis allé il y a à peu près cinq ans après la création d’Hévéa Nature pour proposer à mes clients à la fois le latex de Thaïlande, qui est le premier producteur mondial d’une technologie d’ergonomie 7 zones, et celui du Sri Lanka où il y a aussi un latex blanc de grande qualité.

C’était un séjour familial, j’ai fait le voyage avec ma femme et mes enfants, on a visité partiellement le pays, on a découvert ce qu’il faudrait approfondir.

On a pu assister au démoulage d’un matelas, voir comment était préparé le mélange qui est incorporé dans le moule, ainsi que le personnel qui s’occupe de toutes les différentes étapes.

Je pense que c’était une expérience nécessaire pour moi, et pour tous ceux souhaitant comprendre les raisons de la qualité exceptionnelle de ces matelas.

Quelle est la différence entre les densités de matelas ? Que signifie une densité souple, médium ou ferme ?

La densité se mesure en kilogrammes par mètre cube.

Une première densité correspond à un confort souple : 75kg par mètre cube.

Du côté des fabricants, on parle de 70-75, ce qui signifie qu’ils ont une marge de manœuvre de 5kg pour rester dans le souple tendance médium.

Est-ce qu’on doit prendre en considération son propre poids pour choisir la densité de son matelas ?

Non, ça n’a rien à voir avec le poids.

C’est effectivement un réflexe, mais ça n’a rien à voir.

C’est la densité du support, c’est tout.

Quand on passe sur du confort médium, on a 75-80 ou 80-85 kg/m3.

A partir de 85kg/m3, on peut dire qu’on entre dans le confort ferme.

Il existe aussi des densités plus basses, 60-65 kg/m3 par exemple, et plus hautes, 90-95kg/m3, mais les utilisateurs comparent surtout les conforts entre souple, médium, ferme.

Est-ce que cette densité peut avoir une corrélation avec le bon maintien de la colonne vertébrale ?

Que ce soit en souple, médium ou en ferme sur un matelas vieillissant par exemple, on peut ajuster précisément le confort en ajoutant un surmatelas sur le matelas.

La colonne vertébrale bénéficiera toujours d’un excellent maintien, il n’y a pas de souci, même en souple.

Selon vous, à quel niveau le matelas interagit-il sur le plan de la santé ?

On parle bien souvent de l’alignement de la colonne vertébrale, du soutien des différentes parties du corps, et de plus en plus de bouger le moins possible pendant la durée du sommeil, ce qui permet un sommeil plus profond.

J’insiste aussi bien souvent sur les notions de relaxation musculaire et de bonne circulation sanguine, sans oublier le fait que l’on ne nage pas dans un cocktail de produits chimiques en tout genre.

Un matelas classique et bon marché, peut donc entraîner des troubles de la circulation sanguine, à cause d’un trop grand enfoncement par exemple ?

Oui, liés à un enfoncement trop important, ou à une fermeté excessive aussi.

Les fourmillements pendant la nuit sont par exemple dus à la fermeté du matelas, et pas seulement aux mauvaises positions.

Mais on peut aussi noter qu’avec un couchage trop dur : 

  l’alignement de la colonne vertébrale n’est pas assuré

  épaules et bassin viennent buter en obligeant les autres parties du corps à se plier pour pouvoir reposer elles aussi sur le matelas

  points de pression au niveau des épaules et des hanches gênent la circulation du sang.

Dans ce cas de figure, les matelas en latex d’hévéa naturel proposent la fermeté idéale ?

Pour être honnête, je n’ai pratiquement pas de stock de matelas fermes.

Je n’ai que du souple ou du médium, car le latex naturel a une telle capacité de maintien, que le ferme n’est pas nécessaire.

C’est dommage d’aller vers le ferme avec cette matière, parce qu’elle moule le corps et permet une bonne relaxation musculaire, je pense qu’il est préférable d’aller vers le souple.

On sait qu’un matelas a une durée de vie d’environ une dizaine d’années. Est-ce que c’est également le cas de ces matelas naturels 100% latex végétal ?

Oui, c’est le cas, et même au-delà.

Bien au-delà des labels connus comme « Belle Literie » par exemple, un matelas en latex naturel certifié, est capable d’aller jusqu’à une durée de vie de 20 à 30 ans, et nos matelas sont garantis 15 ans !

Mais il est difficile de dire combien de temps va durer un matelas, cela dépend de son utilisation.

En tout cas c’est sûr que l’on peut faire durer un tel matelas très longtemps.

Ainsi on pourrait doubler, voire tripler l’espérance de vie d’un matelas classique !

Oui, oui sans aucun problème.

A quoi est-ce lié ?

A cette capacité à être indéformable, à la résilience et à la résistance du caoutchouc naturel.

On sait que ce matelas est conçu intégralement avec des produits naturels, choisis avec soin, et qu’il est fabriqué par des artisans.

Mais pouvez-vous nous expliquer un peu plus précisément son processus de fabrication, depuis la matière première jusqu’à sa forme finale ?

Il y a l’intervention de plusieurs mains.

Lorsque le bloc de latex est fini d’être transformé à l’usine, il est nu.

Je fais l’effort d’importer les blocs de latex végétal 100% naturel, alors que d’autres se fournissent en Europe, dans des usines où on transforme le latex importé sous forme liquide.

Je souhaiterais préciser que le latex ainsi fabriqué dans des usines européennes est moins pur.

Alors que lorsqu’il est transformé dans le pays d’origine, là où poussent les hévéas, le produit est d’une grande pureté.

Vous voulez dire que ceux fabriqués en Europe ne sont plus 100% naturels ?

Alors il y a une petite production qui commence à émerger en Europe, certifiée Eco Institute par exemple, qui a la qualité la plus élevée.

Mais je ne peux pas dire encore si ce sont des matelas qui sont fabriqués en Europe, ou s’ils sont importés depuis l’Asie du sud-est.

Jusqu’à présent, ce que j’ai pu remarquer, c’est que les matelas européens sont des matelas « latex naturels » et non pas « latex 100% naturels ».

Il faut savoir que lorsque le latex liquide est importé par bateau, c’est un produit vivant, il faut donc incorporer des conservateurs  pendant la traversée des océans, des anticoagulants par exemple.

Arrivé en Europe, le produit n’a donc plus la même pureté.

Reprenons le processus d’Hévéa Nature, qui a opté pour la solution permettant d’avoir un latex 100% naturel. Vous recevez le bloc de latex, et ensuite ?

Ce sont des tailles standard, mais il est parfois nécessaire de couper les blocs ou noyaux pour des demandes sur-mesure.

Mais dans la plupart des cas, il suffit de housser le bloc nu d’une première housse en jersey de coton bio, c’est un assemblage simple dont je m’occupe moi-même.

Ensuite, selon le choix du client, on peut ajouter une double-housse protectrice en coton, en chanvre ou en lin français.

Ces matières naturelles protègent :

  de l’humidité,

  des variations de température,

  des bactéries,

   et des insectes. 

Le chanvre est doux et protecteur, tandis que le coton est plus doux pour la peau, favorisant tous les deux un bon climat de sommeil.

Puis il y a l’intervention de trois couturières et une brodeuse, qui travaillent sur le projet Hévéa Nature, pour la confection de housses sur mesure, cousues à la main.

Et tout cela est cousu à la main. Je pensais que le textile de chanvre n’était pas vraiment maîtrisé en France à l’heure actuelle ?

Oui, c’est une bonne remarque.

Mon fournisseur a fait un gros travail de recherche et développement pour remettre au goût du jour la fabrication et le tissage du chanvre français.

Dans toutes les cultures du monde et jusqu’au début du XXème siècle, le chanvre était choisi pour réaliser les plus beaux tissus.

Mais, victime du lobby industriel chimique dans les années 30, le chanvre fut prohibé aux USA en 1937.

Couleur Chanvre a réussi à le dompter d’une autre manière, de telle sorte que le tissage soit très doux, ce qui a permis de redorer le blason du chanvre français.

D’autre part l’engouement pour le lin a permis au chanvre de se refaire une santé sur le marché.

Ils travaillent aussi avec des teintures naturelles certifiées GOTS par exemple.

Donc en plus des coloris naturels proposés, c’est à dire le blanc écru ou le beige naturel du chanvre, je suis en mesure de proposer d’autres teintures naturelles pour les clients souhaitant personnaliser leur linge de lit.

Est-ce qu’il y a d’autres avantages que l’on puisse noter à propos de ces matelas en latex naturel ?

On pourrait en parler pendant longtemps, mais l’une des particularités d’Hévéa Nature, c’est que les matelas que l’on propose sont entièrement déhoussables, donc on peut laver les housses à 60° sans retrait, à partir de 60° les acariens sont tués pour une parfaite hygiène.

A noter que les fermetures zip, facilitent l’opération de déhoussage.

Par ailleurs, c’est un système qui permet de rester au plus proche des sensations du latex végétal : par exemple pour ceux qui aiment les garnissages, on peut ajouter un surmatelas de pure laine du Limousin amovible, qui va renforcer l’aspect climatique, et également apporter une dernière couche très utile à certains dormeurs qui transpirent ou qui ont besoin d’un confort d’accueil en surface encore plus sensible, avec une chaleur douce diffusée en hiver et de la fraîcheur l’été.

Peut-on l’adapter en fonction des saisons ?

Oui, mais ce n’est pas forcément nécessaire pour la laine, qui est très agréable même l’été, offrant une thermorégulation efficace.

On découvre, ou redécouvre les vertus de toutes ces matières naturelles.

On va composer sa literie, en fonction de ses envies, de son budget, et elle reste modulable dans le temps.

On pourra ajouter du confort à sa literie, installer un surmatelas de laine dans la housse intégrale ou par-dessus, selon ses envies.

Où en est cette industrie du latex aujourd’hui ? A-t-elle tendance à se « naturaliser » si j’ose dire ?

Oui, ce sont des gens qui sont partis du synthétique pour ensuite se spécialiser dans le latex naturel, et ils présentent aujourd’hui une petite production en latex 100% naturel.

Même les gros industriels s’y mettent !

Et oui, parfaitement !

Sont-ils capables d’assurer un processus de la qualité de celui que vous proposez ?

On se distingue par la qualité de notre latex comme des housses naturelles en chanvre qui reste une matière noble et saine, ainsi qu’un coton bio de très belle qualité.

Les grands groupes intègrent surtout des machines pour leur fabrication.

Alors que chez Hévéa Nature, il y a l’intervention de la main, pratiquement constamment.

Est-il facile d’acheter ce type de matelas dans un magasin ?

Ceux que ça intéresse pourront trouver dans les supermarchés des matelas en latex naturel, mais pas 100% naturel certifié.

De même qu’en magasins spécialisés en literie, tout simplement parce que ces magasins ne font pas l’effort d’importer les blocs de latex fabriqués en Asie du sud-est.

Je crois que ça ne les intéresse pas encore.

De votre côté, est-ce complexe de réunir toutes ces matières pour les expédier dans une simple commande ?

C’est parfois un jeu complexe, oui.

Quand on achète du chanvre, c’est un grand pan de 300x400cm, il faut le couper, et c’est le métier des couturiers à part entière, le chanvre n’est pas facile à dompter.

Ensuite il faut :

  surfiler,

  monter-assembler,

  et enfin broder.

Le chanvre présente des petites imperfections, il me semble donc indispensable de vérifier cela à l’œil.

Mais c’est aussi tout le charme du chanvre : le froissé, les petites imperfections, la trame du  tissage…

Combien de temps quelqu’un qui voudrait acheter un matelas par internet devrait-il attendre pour recevoir l’ensemble ?

On est capable de livrer sous 15 jours.

Un matelas qui n’a pas de double housse intégrale en chanvre pourra être livré beaucoup plus rapidement, sous une semaine ou 10 jours.

Mais globalement les clients sont prêts à attendre un peu plus si jamais il y avait un petit retard, parce qu’ils savent qu’il y a à l’arrivée un produit de qualité, et les étapes sont expliquées.

Peut-on considérer que changer de matelas, ça change la vie ?

Ca peut changer la vie, oui !

On est inégaux devant le sommeil, il y a des gros dormeurs, des moyens dormeurs, des longs dormeurs…

Il y en a qui ont essayé de ne pas dormir : ça dure 11 jours, et après c’est un décès.

On est donc là pour aider dans leur démarche certaines personnes qui au cours de leur vie avaient perdu leur sommeil, et qui entreprennent de le retrouver.

Une fois qu’ils l’ont retrouvé, ils ne l’apprécient que mieux.

En général, retrouver le sommeil est en lien avec une reconsidération complète ou partielle de notre vie.

Pureté, fraîcheur, confort, tout est réuni pour un produit au top de la literie.

Les allergiques auront aussi de très bons résultats en choisissant ces matières naturelles.

Et comment ces matelas impactent-ils l’environnement en fin de vie ?

C’est un produit photo-dégradable, c’est à dire que les rayons du soleil suffisent à dégrader le latex naturel, en quelques mois seulement il ne restera qu’un petit tas de particules si on le laisse au soleil.

Les promesses marketing pas nécessairement vraies que l’on retrouve dans tous les argumentaires de literie, sont véritablement tenues par le latex 100% naturel.

Les Français ne sont pas un public facile, contrairement aux Japonais, Coréen, Australiens, Nouveaux-Zélandais et Américains qui comprennent mieux, culturellement, la véritable économie que représente un tel investissement.

Pour les Français, c’est le prix la préoccupation principale, mais certains commencent à comprendre qu’avec un vrai bon matelas naturel, une véritable économie se fait sur le long terme, en soins de santé, fatigue, stress, tout ce qu’impliquent les troubles du sommeil, et bien sûr grâce à sa longévité décuplée.

Merci Franck pour ces explications détaillées.

Avec plaisir.

 Propos recueillis par Jean-Baptiste Loin 

Un matelas naturel en latex coûte cher, et comme l’explique Franck Bidault ce n’est pas un matériau sur lequel on puisse faire de grandes économies.

Cependant dans le cadre de notre évènement sur le sommeil, pour vous aider à mettre toutes les chances de votre côté …

Jusqu’à mercredi, pour l’achat d’un Matelas Hévéa Nature sur Réponses Bio Shop une formation pour retrouver le sommeil naturellement, d’une valeur de 197€, vous est entièrement offerte par Jérôme Brochard, Sophrologue, ainsi qu’une remise de 10% sur le matelas de votre choix.

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Le temple des rêves"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Claude
Invité
Claude

Merci très bon info .

luc
Invité

Bonjours, j’aimerai recevoir une documentation ainsi que les prix de vos matelas en la te 100%naturel,merci par avance.

Mimosa
Invité
Mimosa

MERCI !!!!!!!!!!!!!!!!!!

wpDiscuz