La phytothérapie de la joie de vivre

14
phytotherapie de la joie de vivre

Face au stress qui nous assaille continuellement dans les rues, les lieux de travail et jusque dans nos foyers, face aux tracas et autres déceptions existentielles, qui ne souhaiterait aborder les soucis perturbant si désagréablement la vie quotidienne avec le point de vue du philosophe ?

Or, à défaut de passer des années cloitré dans un monastère zen, il est heureusement possible de choisir dans les trésors de la phytothérapie les préparations qui savent si bien calmer et rasséréner.

Le millepertuis

Le millepertuis est considéré comme un calmant naturel aussi efficace que des médicaments comme le prozac ou certains somnifères… mais bien évidemment sans leurs désastreux effets indésirables.

Sous forme de teinture-mère, les principes actifs y sont très dilués, et cette préparation est considérée comme un calmant de moindre efficacité que l’extrait de plante fraîche où l’on retrouve, considérablement concentrées, toutes les vertus des constituants des sommités fleuries.

Selon les études réalisées sur ses propriétés, le mode d’action du millepertuis s’effectuerait sur les synapses des cellules nerveuses, empêchant la dégradation enzymatique des neurotransmetteurs, et une activité inhibitrice de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline.

Ces mécanismes d’inhibition conduisent à une augmentation de la concentration des neurotransmetteurs dans l’espace synaptique et donc à une amélioration de la transmission de l’influx nerveux.

De plus le millepertuis est riche en mélatonine ; la consommation de cette plante augmente donc le taux sanguin de mélatonine et en favorise la production par l’épiphyse du cerveau.

Or, cette hormone, produite en plus grande quantité la nuit, joue un rôle considérable dans la régulation des rythmes biologiques.

C’est pourquoi le millepertuis est indiqué dans :

  les troubles du sommeil,

  la fatigue due au décalage horaire,

  les troubles d’inadaptation à la vie actuelle,

  et les désordres liés au changement de saison.

La gentiane

Ce sont les xanthones de la gentiane, des pigments polyphénoliques de couleur jaune, qui sont les facteurs de sa remarquable action sur le système nerveux.

La gentiane est également très bien pourvue en mangiférine, qui a une structure proche des xanthones du millepertuis, mais aussi de la gentisine et de l’isogentisine, autres xanthones extrêmement puissants en tant qu’inhibiteurs de la monoamine oxydase, enzyme responsable de la dégradation des neuromédiateurs des cellules nerveuses, essentiels dans la régulation du tonus émotionnel.

Pour toutes ces raisons on considère aujourd’hui que l’effet anti-stress et antidépresseur de la gentiane est supérieur à celui du millepertuis.

La gentiane est conseillée dans :

  les troubles passagers de l’humeur,

  la baisse du tonus psychique,

  les états de stress,

  et le surmenage.

Attention, alors qu’une tisane de gentiane suffit pour stimuler l’appétit, le traitement anti-stress exige l’utilisation d’extraits de gentiane bien plus concentrés en xanthones bioactives.

D’une manière générale, on prend cet extrait de gentiane avant les repas, avec un grand verre d’eau, durant trois mois.

La mélisse

Antispasmodique, la mélisse :

  repose les gens stressés,

  procure le sommeil aux agités,

  décontracte la vésicule biliaire des angoissés

  et soulage les douleurs digestives des nerveux.

Bien qu’on l’appelle aussi « citronnelle », ce n’est pas la véritable citronnelle, qui est antiseptique et insectifuge.

La mélisse est un tonique cérébral et digestif, un stimulant physique et intellectuel, et elle est préconisée pour combattre :

  les migraines dues à de mauvaises digestions,

  les crises nerveuses,

  l’émotivité,

  les vertiges,

  la mélancolie,

  et les névralgies faciales.

On la consomme avant tout sous forme d’alcoolat de mélisse ou d’extrait de plante fraîche.

Cette quasi panacée est idéale pour lutter contre :

  le stress,

  la déprime,

  la fatigue,

  et, bien sûr, les digestions difficiles.

On peut également préparer un élixir avec :

      67 grammes de sommités fleuries de mélisse

      50 grammes de zestes de citron

      27 grammes de cannelle de Ceylan

      27 grammes de clous de girofle

      27 grammes de noix de muscade

      14 grammes de semences de coriandre

      14 grammes de racines d’angélique

      1 litre de rhum.

Laisser macérer quatre jours avant de filtrer.

Autre formule appréciée, l’eau d’arquebusade est un stimulant indiqué en cas de stress consécutif à des coups ou à des chutes.

Cet alcool vulnéraire, en plus de la mélisse, se compose de :

      feuilles d’absinthe,

      angélique,

      basilic,

      calament,

      fenouil,

      hysope,

      lavande,

      marjolaine,

      menthe poivrée,

      millepertuis,

      origan,

      romarin,

      sarriette,

      sauge,

      serpolet,

      et thym.

On utilise de préférence des feuilles fraîches, à raison de 20 grammes de chaque, ou à défaut 6 grammes de feuilles séchées.

On laisse macérer une petite semaine dans un litre de rhum, et l’on filtre.

Le houblon

Puissant calmant du parasympathique, le houblon, hypnotique et stomachique, convient bien au stress provoquant des brûlures d’estomac ou, plus généralement, aux dyspepsies atoniques nerveuses, notamment s’il y a également manque d’appétit.

Tonique amer dont on utilise les fleurs femelles, le houblon rétablit l’équilibre des sécrétions digestives, mais il compte aussi parmi les plantes classiques du traitement de l’eczéma, dont on sait à quel point il est lié au stress et à des troubles psycho-nerveux.

Cette efficacité contre le stress, le houblon la doit à ses principes actifs comme l’hyperforine, une substance que l’on trouve aussi dans le millepertuis et à laquelle on attribue une action calmante.

On le fait infuser dix minutes, à raison de trente grammes par litre, et on en boit une tasse avant chaque repas.

Certains préfèrent le sirop de houblon, calmant et dépuratif.

On prépare aussi un jus de plantes toniques avec :

      deux grosses poignées de tiges vertes de houblon,

      une petite poignée de menthe verte,

      deux grosses poignées de véronique,

      deux grosses poignées de petite centaurée,

      et deux grosses poignées de trèfle d’eau.

L’extrait de plante fraîche de houblon est une solution qui a le mérite d’être à la fois très simple à utiliser, et terriblement efficace.

L’aubépine

L’aubépine est un :

  hypnotique léger,

  antispasmodique,

  hypotenseur,

  et tonicardiaque.

Elle est indiquée dans les cas de :

  vertiges,

  insomnies,

  angoisses,

  bourdonnements d’oreilles,

  palpitations,

  douleurs cardiaques,

  spasmes vasculaires,

  et même d’hypertension…

Chez les insuffisants cardiaques, seul un traitement au long cours en association avec d’autres thérapies donne des résultats.

Dans les cas d’hypertension ou d’insomnie, une cure d’aubépine de trois semaines de temps à autre suffit parfois, surtout si on l’associe à d’autres plantes spécifiques comme :

  l’éleuthérocoque,

  le ginseng,

  l’ail des ours,

  le gui,

  l’olivier

  ou le fraisier.

En cas d’hypertension et de troubles cardiaques, on prendra plutôt du nébulisât d’aubépine à 100mg à raison d’une gélule le soir.

En cas d’angoisse passagère, le mélange de tilleul, valériane, coquelicot et aubépine, à raison d’une cuillère à soupe de chaque à infuser dans un litre d’eau et à boire au cours de la journée, donne d’excellents résultats.

En cas de fatigue sexuelle masculine liée au stress, on conseillera le mélange de nébulisâts de :

      passiflore 50mg

      valériane 100mg

      et aubépine 100mg,

une gélule matin, midi et soir.

Mais le plus simple, pour la majorité des cas de stress, est d’employer l’aubépine sous forme de fleurs séchées, à faire infuser à raison d’une cuillère à café par tasse et à consommer trois fois par jour.

Ou encore sous forme de teinture-mère dont on prend vingt gouttes avant chaque repas, ou quarante gouttes au coucher, selon l’usage souhaité.

Les autres plantes anti-stress

৩ Angélique : antispasmodique, stimulant, tonique digestif.

En cas de :

  fatigue

  spasmes digestifs

  migraines nerveuses

  vertiges.

 Anis vert : digestif, antispasmodique, hypnogène.

En cas de :

  insomnie liée aux problèmes de digestion.

 Avoine : tonique du système nerveux.

 Ballote foetide (sommités) : antispasmodique, calmant.

En cas de :

  insomnie liée aux états pathologiques chroniques.

 Basilic : tonique, tranquillisant.

En cas de :

  asthénie

  insomnie.

 Capucine (feuilles)

En cas de :

  insomnie liée à des troubles respiratoires.

 Coquelicot : puissant calmant, sudorifique, pectoral, aide à l’élimination des toxines pendant le sommeil.

 Eleuthérocoque : tonique des systèmes nerveux et hormonal.

 Ginseng : stimulant psycho-nerveux, endocrinien, surrénalien, immunitaire, énergétique, revitalisant général et digestif.

 Laurier : calmant du parasympathique.

 Lavande : régulateur nerveux, somnifère, antiseptique, diurétique.

 Lotier corniculé : sédatif nerveux.

En cas de :

  dystonies neurovégétatives

  insomnies

  angoisses

  états dépressifs

  tachycardie.

 Marjolaine : puissant antispasmodique, soporifique.

 Menthe : digestif, analgésique, calmant, antispasmodique.

A utiliser à faible dose en cas de :

  insomnie liée à une mauvaise digestion.

 Nénuphar (fleurs et racines) : puissant sédatif, anaphrodisiaque.

En cas de :

  insomnies liées à l’excitation sexuelle.

 Oranger (fleurs en bouton) : calmant.

 Origan (feuilles et fleurs) : calmant, soporifique, antirhumastimal.

 Reine des prés : dépuratif, calmant, analgésique.

 Sauge : tonique des systèmes nerveux et hormonal.

 Schisandra : anti-stress et renforçateur du système immunitaire, régénérateur du tissu et des fonctions hépatiques.

 Thym : tonique du système nerveux.

 Valériane (racines) : digestif, antinévralgique, fébrifuge.

 Jean-Baptiste Loin 

Pour retrouver tous vos phytothérapiques de qualité biologique, préparés avec des plantes médicinales de la flore française cueillies avec douceur et mises en macération directement sur le lieu de récolte dans des bonbonnes en verrerendez-vous ici

Poster un Commentaire

14 Commentaires sur "La phytothérapie de la joie de vivre"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Brizard
Invité
Brizard

Dans les teintures mères de millepertuis , houblon, etc , je lis la composition : il contient que 3% des plantes 😮 Et il n indiqué pas le % d alcool dans ce flacon… je ne prends que si la composition est entierement détaillée…
Je mets une croix sur la marque que vous vantez..
Cordialement

Jean Luc
Invité

Merci.

Véronique
Invité

Merci

Stella
Invité

Merci!!

Liliane en Anjou
Invité

Le Bon Jour
Merci , très contente de recevoir ce trésor de conseils

Camelia
Invité

bonjour,
merci beaucoup monsieur jean bastise, pour ces renseignements de la phythoterapie,

Suzanne
Invité

Merci infiniment pour tous ces précieux conseils.

Bonne journée.

Patricia
Invité

bonjour Jean-Baptiste,
je profite de l’occasion pour vous remercier de tous ces merveilleux articles que vous prenez la peine d’écrire. Vos conseils sont précieux. Bonne continuation.
Très cordialement.

Jasel
Invité

Merci

Joris
Invité

Je connais bien les vertus des plantes , merci pour ce rappel qui peut aider de nombreuses personnes …

Jocelyne
Invité

JE VOUS REMERCIE DE TOUT MON CŒUR JE PREND LE MILLEPERTUIS LE MATIN A CAUSE QUE LE SOIR JE DOIS PRENDRE 1 CO DE ZOLOFT MALGRÉ CELA IL Y A DES NUITS QUE JE NE DORS PAS JE VIEILLIE J AI BESOIN DE MON SOMMEIL OU PARCE QUE JE SUIS SEULE TROP LONGTEMPS OUFF SALUT A BIENTÔT

Houcine
Invité

Merci ! Des plantes aux multiples vertus.

trackback

[…] La phytothérapie de la joie de vivre: Face au stress qui nous assaille continuellement dans les rues, les lieux de travail et jusque dans nos foyers, face aux tracas et autres déceptions …Source […]

wpDiscuz