Les boissons toniques de la convalescence

5
Boissons et tisanes de la convalescence

Associées à un régime léger mais énergétique et des compléments nutritionnels fortifiants, les boissons toniques accélèrent la convalescence et aident l’organisme éprouvé par la maladie à reprendre rapidement des forces.

 

Le convalescent a, avant tout, besoin de se revitaliser.

Mais c’est une erreur de le faire en absorbant de grosses quantités de nourritures très riches.

Au contraire, ces quantités doivent rester plutôt limitées, c’est la qualité énergétique qui comble les carences.

Il faut bannir les aliments dévitalisés, excitants, toxiques et puriniques.

Et préférer consommer des jus frais, des fruits et légumes crus, des graines germées et des céréales complètes.

Les plus indiqués sont :

  le maïs

  le millet

  les algues

  l’asperge

  le céleri

  l’épinard

  le haricot

  le soja

  le topinambour

  l’abricot

  l’amande

  l’avocat

  la châtaigne

  la datte

  la figue

  l’orange

  la pomme

  le raisin

  la noix

  et le citron.

Il est bon d’ajouter à ce régime revitalisant des compléments alimentaires et nutritionnels comme :

  le lait de jument

  l’huile de foie de morue

  le kombucha

  la corne de cerf

  la gelée royale

  la spiruline

  des minéraux et vitamines et en particulier les vitamines C et B12

  le maïtake

  le shiitake

  le Cynara cardunculus

  l’hydride de silice

  l’indium

  ou le plasma Quinton.

De nombreuses plantes toniques, en tisanes ou en préparations, que l’on boit à tous moments de la journée, complètent cette remise en forme.

 Le Quinquina

Tonique, digestif, fébrifuge et anti-infectieux, le quinquina est la plante par excellence des fatigues générales, des anémies et des convalescences, notamment lorsqu’elles suivent une infection.

Toutefois le quinquina n’est pas à proprement parler une tisane.

Comme tonique, on emploie le quinquina gris ou le quinquina rouge, dont on fait macérer vingt grammes dans un litre d’eau froide pendant une heure, avant de le passer et d’en prendre un verre avant chaque repas.

 La Kola

Autre plante puissamment tonique, la Kola est un :

  stimulant nerveux,

  un tonicardiaque,

  et un aphrodisiaque,

qui convient tout particulièrement aux convalescences avec manque de tonus ou neurasthénie.

Mais là encore, il ne s’agit pas vraiment d’une tisane puisqu’on consomme généralement la Kola sous forme :

  de poudre (2g/jour),

  de teinture (3 x 100 gouttes/jour),

  ou de vin (2 verres/jour).

 La Germandrée

Autre grand spécifique des convalescences, la germandrée ou plutôt les germandrées, sont :

  toniques,

  stomachiques,

  antiseptiques,

  et diurétiques.

On les indique donc dans toutes les convalescences, mais peut-être plus particulièrement après une maladie infectieuse, ou lorsqu’il y a manque d’appétit, rhumatismes, dyspepsies atoniques ou insuffisance hépatique.

On infuse pendant dix minutes une cuillère à café de sommités par tasse, dont on prend trois tasses par jour.

 Le Laurier d’Apollon

Consacrée au dieu grec et aux poètes, cette plante stimulante est aussi :

  stomachique,

  antispasmodique,

  expectorante,

  et diurétique.

Le laurier est tout spécialement recommandé en cas de suites de grippe ou de bronchite, ou encore en cas de convalescences accompagnées de dyspepsies atoniques ou de flatulences.

Les rhumatisants en convalescence d’une quelconque maladie ont aussi avantage à le prendre.

Il suffit de laisser infuser quatre feuilles par tasse pendant dix minutes, pour obtenir une excellente tisane que l’on consomme à raison de trois tasses par jour, avant les repas pour un effet apéritif, ou après comme digestif.

 La Sauge

  Antisudorale,

  stimulante générale et de l’estomac en particulier,

  rééquilibrante du système nerveux,

  calmante en cas de douleurs menstruelles,

  fébrifuge…

La tisane de sauge s’utilise avant tout contre les refroidissements et les affections des voies respiratoires.

Elle se prépare en faisant décocter une cuillère à soupe de plantes par tasse, durant deux minutes, puis en laissant infuser cinq minutes.

On confectionne également d’excellents vins chauds à base de sauge pour reconstituer les convalescents, surtout s’ils sont diabétiques.

 La Cannelle

Cette épice est aussi une plante :

  tonique,

  stimulante,

  excitante,

  aphrodisiaque,

  et réchauffante.

Ce qui l’indique en cas de rhume et de refroidissements, mais aussi comme stimulant circulatoire ou, bien sûr, comme fortifiant en cas de convalescence des maladies de la saison froide.

 L’Angélique

L’angélique est :

  un stimulant,

  un tonique général et digestif qui facilite grandement la digestion de toutes les graisses,

  un apéritif,

  un antispasmodique,

  un diurétique,

  et un expectorant.

On l’indique habituellement en cas de convalescence, de fatigue, d’anémie, notamment lorsqu’elles sont accompagnées de :

  vomissements spasmodiques,

  atonie digestive,

  acidité gastrique,

  aérophagie,

  ballonnements,

  migraines,

  vertiges,

  insuffisance hépatique,

  ou même d’impuissance.

L’angélique se prépare en décoction, à raison de quarante grammes de racines ou de semences par litre d’eau.

 Le Gingembre

Ce stimulant de tout premier ordre aide à la digestion, réduit les flatulences et les diarrhées, active la transpiration et fortifie les nerfs.

Il est utilisé en cuisine comme condiment relevé, mais convient aussi tout à fait à une tisane tonique de fin de repas, ou associé à d’autres plantes réchauffantes, comme la cannelle, pour confectionner une tisane de milieu d’après-midi d’hiver.

 L’Absinthe

Tonique, apéritive et digestive, l’absinthe, très proche du quinquina, s’indique dans les convalescences avec :

  manque d’appétit,

  atonie digestive,

  asthénie,

  anémie,

  ou hépatisme.

L’infusion, très amère, se prépare à raison d’une dizaine de grammes par litre d’eau.

On en prend deux tasses par jour, avant ou après les repas.

Elle est contre-indiquée en cas de :

   tendance à la congestion cérébrale,

   allaitement,

  ou irritations gastro-intestinales.

 Le Fenugrec

Ce tonifiant général stimule le pancréas et la digestion tout en favorisant la reprise de poids.

Aussi l’indique-t-on dans toutes les convalescences amaigries, surtout après des maladies de la nutrition, et notamment le diabète ou l’anémie.

On fait décocter une cuillère à soupe de semences pour deux tasses d’eau, en laissant évaporer jusqu’à réduction de moitié, que l’on boit le matin à jeun, une semaine sur deux.

 Le Thym

Cet exceptionnel stimulant physique, intellectuel et digestif, est aussi :

  antispasmodique,

  balsamique,

  expectorant,

  antiseptique des voies respiratoires,

  et sudorifique.

Dans le cadre d’une convalescence, on le conseille notamment après des :

  affections pulmonaires,

  toux,

  bronchites,

  angines,

  et grippes.

Surtout lorsqu’elles s’accompagnent d’infections intestinales ou de fatigue.

On le consomme de préférence le matin au petit-déjeuner.

Il est aussi indiqué aux convalescents rhumatisants.

En infusion, on compte une belle branche de thym frais, ou une petite cuillère à café de plante sèche, par tasse.

 Le Romarin

Le romarin est par excellence la tisane matinale des convalescents hépatiques ou relevant d’une maladie du foie.

Il régularise aussi bien la vésicule biliaire que le foie et de plus, facilite la digestion.

Mais c’est aussi un excellent stimulant qui convient parfaitement aux affections des voies respiratoires et aux troubles utérins, et un très bon diurétique.

La tisane de romarin se prépare en faisant décocter une cuillère à soupe de plante par tasse pendant au moins deux minutes, puis en la laissant infuser cinq à dix minutes.

 La Gentiane

Elle est surtout :

  tonique,

  apéritive,

  stomachique,

  dépurative,

  antirhumatismale,

  et vermifuge.

On l’indique généralement dans les convalescences avec :

  dyspepsies,

  flatulences,

  anémies,

  insuffisance hépatique,

  inappétence,

  fatigue,

  ou diarrhée…

On la fait plutôt décocter qu’infuser, mais on peut aussi la laisser macérer une douzaine d’heures, toujours à raison de trente grammes de racines coupées par litre d’eau.

On prend cette tisane soit avant, soit après les repas.

 Le Desmodium

Le desmodium est un phytothérapique largement reconnu dans le monde entier pour son action sur les ictères, les hépatites virales et toxiques, et les lésions du foie.

Outre son large spectre d’action sur les pathologies hépatiques, c’est la puissance régénératrice de cette plante qui étonne le plus le monde scientifique, puisque l’on note, dans la plupart des cas traités au desmodium, une disparition extrêmement rapide des :

  fatigues,

  maux de tête,

  manque d’appétit,

  teint jaune,

  et autres symptômes courants dans ce type d’affections.

Dans une convalescence, et bien sûr avant tout une convalescence d’hépatite, le retour à la santé est très nettement écourté par le desmodium et le malade n’a pratiquement plus le temps de perdre du poids.

 Le Ginseng

On ne présente plus le ginseng, l’une des meilleures plantes toniques indiquées en cas de convalescence, d’asthénie ou de dépression, ou encore de sénescence, de fatigue physique ou intellectuelle…

Pour les convalescents, il est plus particulièrement recommandé en cas de :

  manque d’appétit,

  artériosclérose,

  vertiges,

  éblouissements,

  bourdonnements d’oreilles,

  ou maux de tête.

Ou encore à la suite :

  d’un refroidissement,

  d’un rhume,

  d’une fièvre,

  ou d’une pleurésie.

Le ginseng se fait décocter à raison d’un gramme et demi de racine par tasse.

Attention, il est déconseillé en cas d’hypertension ou d’hypoglycémie.

 La petite Centaurée

Elle a toutes les qualités :

  tonique,

  apéritive,

  digestive,

  cholérétique,

  et surtout sédative du tube digestif.

On fait infuser dix minutes une poignée de sommités fleuries pour un litre d’eau, et l’on en prend une tasse avant chaque repas.

Cependant la macération est souvent plus efficace que l’infusion.

Elle est en revanche contre-indiquée en cas de gastrite et d’ulcères de l’estomac ou de l’intestin.

 Le Cat’s claw

La griffe de chat ou cat’s claw est à la fois :

  stimulant immunitaire,

  énergétique,

  revitalisant général et digestif,

  dépuratif,

  antioxydant,

  protecteur vasculaire,

  anti-inflammatoire,

  antiseptique,

  antiviral,

   et antifongique.

Elle est surtout indiquée dans les convalescences de maladies infectieuses.

On en prend une tasse une demi-heure avant chaque repas.

Elle est toutefois contre-indiquée en cas de :

  grossesse,

  allaitement,

   convalescence post-opératoire,

  ainsi qu’aux enfants de moins de trois ans.

 Le Chardon béni

Cette plante amère est un :

  tonique,

  apéritif,

  digestif,

  diurétique,

  sudorifique,

  stimulant du système nerveux,

  et un sédatif des douleurs rhumatismales.

Elle est indiquée en cas de convalescences de :

  rhumes et affections pulmonaires,

   rhumatismes et œdèmes,

  inappétence,

  ou encore d’affections hépatiques ou rénales.

En infusion, on compte une cuillère à café par tasse, à raison d’une tasse avant les repas.

 Jean-Baptiste Loin 

Pour aller plus loin dans le maniement des plantes médicinales, retrouvez-moi dans une formation 100% phyto en suivant ce lien

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Les boissons toniques de la convalescence"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Zo-
Invité

Merci

Michèle
Invité
Michèle

Merci pour vos conseils .

Germaine
Invité
Germaine

merci des bons conseils

Dominique
Invité
Dominique

Merci pour t’es ces informations

Dominique
Invité
Dominique

Merci .

wpDiscuz