Le virus de la grippe : déprogrammation d’une épidémie

8
Les huiles essentielles pour soigner la grippe naturellementa

L’épidémie grippale revient, un peu plus forte, chaque année.

Il faut donc penser à s’en prémunir, et si nécessaire à l’affronter tant en renforçant son système immunitaire qu’en utilisant des remèdes spécifiques contre le virus.

Heureusement les solutions naturelles sont légion et peuvent s’adapter à tous les maux…

 

Pourquoi la grippe est-elle si virulente en hiver ?

Pour des raisons à la fois biologiques et climatiques.

L’organisme dispose d’un maximum d’énergie en été, et d’un minimum en hiver.

Et c’est au moment où cette énergie et les défenses immunitaires sont au plus bas, que l’on multiplie les contacts sociaux, au travail, à l’école, dans les transports en commun… et à cela s’ajoute l’augmentation des échanges intercontinentaux, propageant les virus.

Enfin c’est ainsi que depuis des années les petites grippes hivernales se déroulent tout naturellement, ne nécessitant dans sa pharmacie naturelle pas plus de quelques simples adaptés à la saison.

Toutefois, à la récente lumière de paniques dues à des épidémies causées par le virus H1N1 par exemple, conçu pour muter à l’infini jusqu’à l’actuel A-H3N2, ou le H5N1, la grippe aviaire, la carence d’antiviraux n’aura jamais paru si inquiétante.

Pourtant le monde de la nature est multiforme et regorge de solutions antivirales extrêmement puissantes.

Chose dont il est toujours important de se rappeler dans un monde où la solution vaccinale, abusivement proposée par les instances officielles de santé, s’avère bien plus délétère que salvatrice.

On sait aussi depuis longtemps que les antibiotiques sont totalement inefficaces contre les virus et qu’associés aux vaccins ils peuvent affaiblir gravement les défenses immunitaires en allant jusqu’à les atrophier.

Or, sur les ordonnances destinées aux grippés, figurent très souvent des antibiotiques, chargés d’éviter une éventuelle sur-infection respiratoire par des germes microbiens.

Pourtant ces cas s’avèrent extrêmement rares….

Mieux vaut renforcer les défenses immunitaires, et si on contracte le virus, se soigner naturellement pour mieux respecter son corps et lui offrir une qualité d’adaptation incomparable.

Ce qui ne veut absolument pas dire qu’il faille prendre le risque de se mettre en danger en refusant de se soigner, mais consulter un naturothérapeute ou suivre un protocole d’automédication naturelle averti, permettra de faire un travail de terrain mettant à l’abri des terribles intoxications et différents effets secondaires que propose la pharmacopée chimique. 

 

Avant de trouver les remèdes, bien identifier les symptômes

L’activation du virus grippal commence toujours avec :

   un sentiment de malaise général,

   des frissons,

   des maux de tête,

   des douleurs et des courbatures,

   une grande fatigue avec asthénie,

   une perte d’appétit, voire une dépression passagère,

   et une élévation de la température, jusqu’à 39° ou 40°.

Mais on peut tout aussi bien constater :

   un syndrome méningé encéphalique,

   des vomissements,

   ou une grande sensibilité au mouvement avec des courbatures.

On se sent mal, et le premier geste est de jeûner en gardant le lit, bien au chaud, pour transpirer le plus possible.

Puis il faut aider l’organisme à lutter contre le virus, qu’il éliminera, en renforçant les défenses et éliminant les toxines.

L’apport en vitamine C doit être constant, et s’il ne se trouve pas abondamment dans l’alimentation, il conviendra d’utiliser des plantes spécifiques comme la fameuse Amla, dont le taux dépasse de loin les compléments équivalents comme l’Acérola.

Autrement les super fruits comme le cynorrhodon, ou les baies de Goji, peuvent être une alternative, si ce n’est qu’ils ajoutent un processus de digestion qui pourrait contrarier un jeûne curatif.

Qui plus est, contrairement à l’Amla, la dose de sucre apportée par des super fruits, bien que parfaitement digeste, pourrait nourrir la fièvre.

Tandis que certaines tisanes bien choisies accompagnant une diète hydrique permettra d’accompagner efficacement et agréablement le remède choisi.

 

Savoir tirer profit de l’essence des plantes

Aujourd’hui l’aromathérapie est reconnue à travers le monde comme une solution particulièrement puissante pour lutter contre:

   les maladies virales,

   les infections à bactéries antibiorésistantes,

   les maladies auto-immunes,

   ou les maladies dégénératives.

Toutefois ces huiles, leur incroyable efficacité, leur puissance synergique, leurs dangers et leur mode d’emploi semblent toujours globalement assez méconnus.

Par exemple, en vous intéressant aux H.E. de type Eucalyptus, que vous pensez peut-être déjà connaître, saviez-qu’il existe pas moins de cinq types d’huiles essentielles d’Eucaplyptus, aux vertus pouvant être aussi différentes que complémentaires ?

   L’Eucalyptus smithii pour prévenir les infections

Ayant avant tout pour vocation de dégager les voies respiratoires des sinus jusqu’aux extrémités pulmonaires, quand il s’agit de combattre les infections elle est aussi bien préventive que curative.

Très douce, elle s’applique directement sur la peau sans risque de brûlure.

Ainsi vous pourrez utiliser sans crainte une dizaine de gouttes matin et soir en massage sur la zone du thorax, et pour en conserver l’empreinte et la protection tout au long de la journée, rien ne vous empêche de verser quelques gouttes sur votre vêtement de corps.

   L’Eucalyptus radiata pour respirer librement

Pouvant s’utiliser en alternance avec la smithii, la radiata est aussi douce que cette dernière et s’avère agir en parfaite synergie sur les voies respiratoires, puisqu’elle profite d’un pouvoir anti-infectieux tout aussi prononcé.

Elle aura notamment le potentiel pour dégager très rapidement les voies respiratoires afin que le souffle soit plus fluide, et participe ainsi au processus d’auto-guérison.

On l’utilisera à raison d’une demi-goutte rapidement frottée entre le pouce et l’index pour effleurer l’aile de chaque narine.

Cette pratique permettra d’assainir l’air inspiré en première protection.

   L’Eucalyptus globulus pour faire face aux problèmes chroniques

La globulus est l’H.E. d’Eucalyptus la plus puissante au niveau de l’appareil respiratoire, si bien que c’est pour agir contre les affections chroniques touchant cette zone qu’elle est tout indiquée.

On l’utilisera en petite quantité sur de petites zones, ou diluée dans de l’huile végétale en massages plus larges.

   L’Eucalyptus citronné, contre les virus dormants

C’est grâce à son taux avoisinant les 80% de citronnellal qu’elle développe une action anti-inflammatoire et désinfectante agissant sur les formes bactériennes dormantes et les virus, très intéressante.

On pourra l’appliquer pure sur de petites zones de massage sur les parties sensibles aux inflammations comme les tendons et les articulations.

Elle apportera tout de suite une sensation de fraîcheur procurant soulagement et plaisir.

   L’Eucalyptus staigeriana pour favoriser l’équilibre psychique

Bien moins connue que les autres formes d’Eucalyptus, la staigeriana vaut pourtant le détour aussi bien pour son action incontestée sur le stress, que sur l’harmonie qu’elle permet de retrouver sur le plan glandulaire et psychique.

Douée d’un niveau vibratoire bien au-dessus de la moyenne, on l’emploiera en diluant trois à cinq gouttes dans une huile vierge.

Idéal avant de s’endormir, un massage de staigeriana permettra une profonde détente alliée à une récupération nerveuse permettant un nettoyage psychique intégral pendant le sommeil.

Il en va de même pour les H.E. de Mélaleuques, dont les différentes formes telles que la Niaouli, le Cajeput ou encore le Tea-tree, peuvent être utilisées différemment, indépendamment ou en synergie des H.E. d’Eucalyptus.

Puis encore d’autres types comme la Myrte ou la Ravinsara, dont je pourrais vous parler pendant des heures, mais que vous pourrez consulter idéalement dans le détail, en fonction de votre cas de figure particulier dans mon pas à pas sur l’automédication par l’aromathérapie : « Votre aromathérapie au quotidien ».

Entièrement revue et améliorée, cette méthode complète vous permettra d’utiliser habilement et par vous-même le pouvoir incontestable d’une médecine ayant traversé les siècles.

Je vous explique tout en détail sur cette page, à tout de suite.

 Jean-Baptiste Loin 

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Le virus de la grippe : déprogrammation d’une épidémie"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Annick
Invité
Annick

merci merci beaucoup!!!!

catherinB
Invité
catherinB

Je n’ai pas osée la vaccination cette année car l’année précédente c’était pour rien.. j’ai des huiles essentielles car problèmes chroniques suite à une pneumonie et ancienne fumeuse .. article terrible !! merci

Ghania
Invité
Ghania

😊👍🙏

Christiane
Invité
Christiane

Merci, article très intéressant

Annick
Invité
Annick

bravo et MERCI!!

Carmen
Invité
Carmen

Merci beaucoup. Comme la grippe nous menace chaque automne, je me suis fait une copie papier de façon à l’avoir facilement sous la main tout au long de l’année. Bonne journée,

Florence
Invité
Florence

UN GRAND MERCI ! Une mine d’informations pratiques à utiliser au quotidien. Encore MERCI.

Pascale
Invité
Pascale

Merci pour ces infos, je suis toute à fait d’accord avec cet article mieux vaut essayer de se soigner par l’aromathérapie ou la phytotérapie, et faire attention aux abus de médicaments prescrits à tout va.

wpDiscuz