L’astrologie médicale

2
l'astrologie medicale

« Nul se peut se prétendre médecin s’il ne connaît les principes de base de l’Astrologie » disait Hippocrate.

Comme on le voit, le médecin antique avait d’autres références que les nôtres.

Cela étant, considérant pour ma part que les systèmes de pensée analogique en vigueur dans l’astrologie antique n’avaient probablement rien à voir avec ce que l’on appelle aujourd’hui l’astrologie… et, de toute manière, ne connaissant rien à cette dernière, je vais laisser Viviane de Saint-Urbain exposer aujourd’hui, à ceux que cette approche intéresse, les bases de l’astrologie médicale.

L’astrologie médicale n’a certes pas vocation à poser des diagnostics à la place du médecin, mais trouve indéniablement son emploi dans le cadre du soutien complémentaire à des thérapies médicales, et surtout dans celui de la prévention, notamment en collaboration avec les médecines naturelles.

Ainsi par exemple, l’étude du thème d’un patient se veut à même de fournir des conseils pour optimiser un traitement ou choisir le meilleur moment pour une intervention chirurgicale, mais aussi raccourcir une convalescence, définir un régime, apporter une aide psychologique adaptée ou rétablir les énergies du malade…

En attendant que la génétique permette de pronostiquer réellement scientifiquement les évolutions pathologiques de chaque individu, l’astrologie resterait donc, comme elle l’a été depuis la plus haute antiquité, un moyen traditionnel d’anticipation des déficiences psycho-physiologiques du terrain individuel.

 

Un système de correspondances

On sait, bien sûr, que ce moyen d’investigation peut heurter les esprits rationalistes qui ne comprennent pas en quoi la position de planètes distantes de plusieurs millions de kilomètres pourrait avoir une quelconque influence sur le foie ou la colonne vertébrale de certains terriens.

A cela, les astrologues les plus sérieux répondent quelquefois qu’il n’y a pas plus d’influence entre les planètes et le foie qu’entre les aiguilles d’une montre et l’estomac, mais qu’il n’empêche que lorsque lesdites aiguilles indiquent midi… l’estomac crie famine !

Dans la vaste et très complexe mécanique céleste, les positions planétaires pourraient donc entrer en coïncidence avec certains événements terrestres.

C’est, en tout cas, cette hypothèse que privilégièrent les anciens, même si de nombreuses erreurs se glissèrent dans les systèmes de correspondances et d’analogies qu’ils imaginèrent.

Toujours est-il que les astrologues d’aujourd’hui, riches de l’expérience millénaire de leur discipline, nous assurent de la validité de certaines lois de correspondances astrologiques concernant la santé.

Ils nous affirment par exemple que « certaines positions de Jupiter dans le thème attirent plus particulièrement l’attention vers des risques pour le foie, ou des problèmes de pléthore ; alors que d’autres positions de Saturne signaleront un terrain arthritique ou des tendances dépressives ».

Dans le cadre des médecines naturelles – que beaucoup d’astrologues apprécient grandement – on pourra dire, de la même manière, qu’un Taureau ascendant Capricorne, par exemple, trouvera de nombreux bénéfices dans des cures d’argile, ou qu’un Cancer ascendant Poissons tirera un maximum de bienfaits des cures de thalassothérapie…

Cela dit, ces approches du terrain, encore approximatives à ce stade, doivent évidemment se trouver confirmées ou infirmées par d’autres indices.

Mais une fois la concordance de véritables faisceaux d’indices établie, le tableau d’une pathologie et de ses développements probables prendra une indéniable consistance.

Même si les maisons I, VI, VIII et XII, et les transits planétaires susceptibles d’y réveiller les points faibles, fournissent l’essentiel des indications concernant la santé, c’est donc bien l’ensemble du thème astral qui doit être étudié pour obtenir un véritable bilan astrologique du terrain.

 

Un peu d’histoire

Il existe évidemment des systèmes d’astrologie à visée médicale dans chaque partie du monde, et notamment en Chine et en Inde, qui remontent à des époques très reculées, il y a quatre ou cinq mille ans.

Mais en Occident, l’astrologie médicale trouve son origine dans la philosophie d’Hippocrate.

Comme l’ensemble de ses contemporains, il fondait toutes ses théories sur les quatre éléments : le Feu, la Terre, l’Air et l’Eau, éléments que l’on retrouve, bien sûr, en astrologie.

Si notre astrologie est globalement chaldéenne, sa partie proprement médicale est donc bien grecque… et basée sur des notions comme celles des quatre éléments, de l’influence du milieu sur la santé, du terrain, c’est à dire des prédispositions de l’individu, du tempérament et des humeurs.

L’astrologie médicale s’établit ainsi sur un zodiaque divisé par les Grecs en signes de Feu, Terre, Air et Eau, et sur des planètes elles aussi classées selon ces mêmes catégories afin de pouvoir correspondre aux terrains et aux tempéraments hippocratiques.

 

Les signes et leurs terrains

Le signe correspond à la position du soleil dans le zodiaque au moment de la naissance.

Au plan médical, il constitue une première indication, basique, qui permet de définir globalement les faiblesses et résistances de l’organisme, dans la mesure où il est lié à une planète correspondant elle-même à un organe ou une partie du corps.

Bélier astrologie medicale

Du 21 mars au 20 avril.

Gouverné par Mars, lié à la tête, et plus précisément à la partie supérieure de la tête, au crâne, au cerveau, à la mâchoire supérieure, au visage, aux muscles de la face et aux yeux.

Ce signe est généralement doué d’une forte vitalité, mais dépense beaucoup d’énergie.

Ses pathologies sont surtout les migraines, les fièvres fulgurantes, les inflammations, et les dysfonctionnements psycho-nerveux…

 

Taureau astrologie medicale

Du 21 avril au 20 mai.

Gouverné par Vénus, liée à la gorge, et plus précisément au cou, aux lèvres, au palais, au larynx, aux amygdales, à la langue, au cervelet, aux vertèbres cervicales, à la thyroïde et aux oreilles.

Il est habituellement très résistant, mais refuse de se soigner.

Ses pathologies sont les angines, les laryngites, et celles en rapport avec le cholestérol et l’acide urique…

 

 Gémeaux astrologie medicale

Du 21 mai au 20 juin.

Gouverné par Mercure, lié aux membres supérieurs, et plus précisément aux mains, aux poumons, aux bronches, aux voies respiratoires, au système nerveux et au système capillaire.

Sa résistance nerveuse est généralement importante.

Mais ses maladies touchent souvent aux voies respiratoires et aux échanges en général.

 

Cancer astrologie medicale

Du 21 juin au 23 juillet.

Gouverné par la Lune, liée à l’estomac, et plus précisément à l’œsophage, aux côtes, au sternum, aux lobes supérieurs du foie, au pancréas, aux seins et au diaphragme.

A condition qu’il se repose copieusement et dorme beaucoup, ce signe jouit d’une bonne résistance.

Mais il a toutefois une nette tendance à somatiser, et ses problèmes de santé sont avant tout digestifs, avec parfois des troubles de l’appétit.

 

Lion astrologie medicale

Du 24 juillet au 23 août.

Gouverné par le Soleil, lié au cœur, et plus précisément au plexus solaire, à l’aorte, aux vertèbres dorsales, et à la moelle épinière.

Signe particulièrement résistant, mais qui souffre pourtant de problèmes dorsaux et peut avoir des accidents cardiaques.

 

Vierge astrologie medicale

Du 24 août au 23 septembre.

Gouverné par Mercure, lié à la région abdominale, et plus précisément au duodénum, à la rate, au lobe inférieur du foie, à l’intestin grêle et au gros intestin, ainsi qu’aux nerfs.

Ce signe est peu résistant, somatise énormément et sombre souvent dans l’hypocondrie.

Ses pathologies « favorites » sont les maux de ventre, les constipations et les dépressions.

 

Balance astrologie medicale

Du 24 septembre au 23 octobre.

Gouverné par Vénus, liée aux reins et plus particulièrement aux surrénales, aux uretères et à la région lombaire.

Ce signe manque de résistance et de vitalité.

Il est souvent sujet aux lumbagos et aux infections urinaires.

 

Scorpion astrologie medicale

Du 24 octobre au 21 novembre.

Gouverné par Pluton, lié à la vessie, et plus particulièrement à l’urètre, aux organes génitaux, à la prostate, au côlon descendant, au rectum, au nez, et au pubis.

Malgré de nombreux petits problèmes de santé, ce signe jouit d’une bonne résistance générale.

Ses pathologies sont les maladies vénériennes et les troubles psychosomatiques liés à des culpabilisations sexuelles.

 

Sagittaire astrologie medicale

Du 22 novembre au 21 décembre.

Gouverné par Jupiter, lié aux hanches et plus précisément aux cuisses, au bassin, au coccyx, au sacrum, aux fémurs, aux os iliaques, aux ischions, au nerf sciatique, à l’artère fémorale et à la veine saphène.

Il a une bonne résistance mais surestime souvent ses forces.

Ses pathologies sont les sciatiques, les blocages osseux et les rhumatismes.

 

Capricorne astrologie medicale

Du 22 décembre au 19 janvier.

Gouverné par Saturne, lié aux genoux, et plus précisément aux rotules, aux ménisques, à la peau, aux ongles, aux cheveux, aux dents, à l’ossature et aux articulations.

C’est un signe assez résistant.

Mais il peut être sujet à la décalcification, aux refroidissements et aux allergies, notamment de la peau.

 

Verseau astrologie medicale

Du 20 janvier au 19 février.

Gouverné par Uranus, lié aux jambes, et plus particulièrement aux chevilles, au tibia, au péroné, à la circulation du sang, au tendon d’Achille et aux nerfs.

Le signe est peu résistant.

Il souffre souvent de problèmes sanguins et d’une fragilité des extrémités des membres.

 

astrologie medicalePoissons

Du 20 février au 20 mars.

Gouverné par Neptune, lié aux pieds, et plus précisément aux veines, aux orteils, à l’appareil glandulaire et au liquide séreux pleural.

Sa résistance est moyenne, et il a une grande tendance à somatiser.

L’essentiel de ses pathologies se situe au niveau de troubles lymphatiques.

 

Les planètes et leur diététique

  → Soleil : Tous les aliments contenant du phosphore, et notamment les algues, les céréales complètes, les légumineuses et les fruits secs.

  → Lune :  Tous les aliments contenant du lithium et du manganèse, et notamment les céréales germées, les fruits secs, les légumineuses, les légumes verts, le persil, les myrtilles, la tisane de bleuet et le thé noir. 

  Mercure : Tous les aliments contenant du bore, du mercure et de l’iode, et notamment les champignons, les choux, les navets, les concombres, les salsifis, les radis, les pêches, les pois jaunes, les pois chiches et les noisettes. 

 → Vénus : Tous les aliments contenant du cuivre et du nickel, et notamment l’huile de pépins de raisins, la tisane de bleuet, les myrtilles, le cassis, les mûres, les cerises, les agrumes, les tomates, les câpres, la levure de bière, la farine de tournesol, les germes de céréales, les champignons, les fruits secs et plus particulièrement les arachides, les amandes et les noix. 

 → Mars :  Tous les aliments contenant du cobalt, du fer, du magnésium, du potassium, du sélénium et du zinc, et notamment les fruits secs, les poires, les pommes,  les lentilles, les oignons, les choux de Bruxelles, les légumes secs, les céréales complètes, le persil, les épinards, la levure de bière, le thé noir, le cacao et le sucre brut. 

 → Jupiter :  Tous les aliments contenant du chrome, de l’étain, du germanium, du soufre et du vanadium, et notamment le thé, les fruits secs, le miel, les pommes de terre, le fromage, les céréales complètes, le cacao, le sucre complet, le ginseng, l’ail, les oignons, le cresson, le persil, les carottes, les légumineuses, la levure de bière, les choux, les radis et l’huile d’olive. 

 → Saturne :  Tous les aliments contenant du calcium, du fluor, du molybdène, du plomb et du silicium, et notamment le sésame, le soja, les pois cassés, les sardines à l’huile, les fruits secs, les algues, les noix, le thé noir, le thé vert, les céréales complètes, les légumineuses, le choux rouge, les pommes de terre, le cacao et l’huile de pépins de raisins. 

 

Une étude plus approfondiel'astrologie medicale

Il va sans dire que les quelques indications qui précèdent ne constituent ni un diagnostic ni un traitement.

Seule une étude vraiment approfondie de votre thème astral pourra dégager vos réelles tendances personnelles et autorisera l’élaboration de conseils individualisés.

La connaissance du signe ne permet en effet que de se faire une idée tout à fait approximative de ses principaux points faibles.

Encore faut-il connaître l’ascendant, la position des planètes dans les signes et dans les maisons, et surtout réactualiser le thème en suivant l’évolution dans le temps.

On a vu au chapitre des signes et des terrains quel était le lien entre une « planète », le soleil, et chaque signe.

Bien sûr, le soleil reste l’astre le plus important du thème puisqu’il est en rapport avec la vitalité du sujet, et même avec ses systèmes cardiaque et nerveux central.

Mais chacune des autres planètes entre aussi dans des interactions signifiantes avec les signes dans lesquels elle se trouve.

Pour ne prendre qu’un exemple, celui de la lune, elle indiquera :

 → En Bélier : des maux de têtes par déficiences de l’appareil digestif, des rhumes et des troubles de la vue.

 → En Taureau : des maux de gorge, des problèmes d’alimentation, de la boulimie.

 → En Gémeaux : un système respiratoire fragile, des troubles nerveux, et des rhumatismes dans les membres supérieurs.

  En Cancer : une faiblesse de l’estomac, des maladies dues à la boisson, de la rétention d’eau.

 → En Lion : des risques de maladies cardiaques, des maux de dos.

 → En Vierge : des malaises intestinaux et de l’intoxication.

 → En Balance : des troubles de la vessie et des reins, des œdèmes, des rhumes.

 → En Scorpion : des inflammations, des problèmes génitaux, des troubles prostatiques et des angines.

 → En Sagittaire : de la sciatique, de la goutte, des maladies de foie et du pancréas, du diabète.

 → En Capricorne : des rhumatismes, des problèmes de synovie, de l’eczéma, de l’anorexie.

 → En Verseau : des troubles cardio-vasculaires, respiratoires et mentaux.

 → En Poissons : des problèmes de pieds, une transpiration excessive, des éruptions, des troubles respiratoires et intestinaux.

Chacune de ces nouvelles indications va s’ajouter à celles fournies par le signe solaire de l’individu, et aux positions des autres planètes, insistant ainsi sur certains points et en minimisant d’autres.

Puis viennent les maisons, qui sont des divisions de la voûte céleste, calculées d’après le lieu et l’heure de naissance.

Tout comme les signes, elles sont occupées par des planètes qui se chargent donc de significations particulières en interaction avec elles.

Par exemple, la maison VI est celle de la santé, de l’hygiène, des petites maladies, des soins du corps, et la maison XII est celle des maladies graves, des lieux de souffrance et des épreuves.

Saturne en maison VI n’aura donc pas la même signification qu’en maison XII !

Enfin, il est également très important de connaître son ascendant, calculé à partir de l’heure de naissance, car c’est lui qui définira de nombreux comportements de l’individu.

Comme on le voit, l’astrologie, et surtout l’astrologie médicale, est un peu plus complexe que ne le laisseraient supposer les trois lignes d’horoscope qu’on a l’habitude de lire dans les magazines !

 Viviane de Saint-Urbain 

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "L’astrologie médicale"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Gustave
Invité
Gustave

Je vous adresse toutes mes félicitations pour le résultat de vos recherches et vous présente par anticipation mes meilleurs vœux de bonne et heureuse année 2015.

wpDiscuz