Gérard Sakon, pionnier de la presse bio

7
Gerard Sakon, pionnier de la presse bio

On pourrait se souvenir de Gérard parce qu’il a connu François Mitterand, Roger Hanin, ou même parce qu’il était le vieil ami et le beau-frère de José Luis de Villalonga, l’ami intime de Serge Bourguignon, de J.M Huon, de Kermadec et de nombreux autres esprits du siècle dernier et d’aujourd’hui.

Ou parce qu’il a fondé l’agence de presse « Asa Press », mondialement connue.

Ou encore les éditions « Encre », publiant alors de nombreux best-sellers comme « Le Traité des caresses » ou bien « La soupe aux herbes sauvages ».

Cependant, malgré l’intérêt déjà bien particulier de ce parcours qui aurait pu être l’objet de cet hommage, ce qui nous invite vraiment à nous souvenir de lui, c’est son itinéraire en tant qu’éditeur spécialisé. 

C’est simple, entre les années 80 et l’an 2000, si vous vous êtes intéressés de près ou de loin aux médecines naturelles ou à l’écologie, que ce soit en lisant quelques colonnes ou un livre entier, il y a de très fortes chances pour que vous ayez eu entre les mains un titre édité par Gérard Sakon,  que ce soit :  « La Vie Naturelle », « Médecine Nouvelle », « Médecine Naturelle », « Médecine Douce », « Diet Infos », « Equilibre et Santé », « Pharmacie Naturelle », ou encore à travers la collection « Sciences du vivant » des éditions Encre.

Il a été le premier homme à vulgariser et à diffuser la connaissance des plus importantes sciences humaines en francophonie.

Son travail a grandement participé à changer le visage de ce qu’on appelait à l’époque : La Diet et l’Ecologie.

J’aimerais à présent vous dérober à votre emploi du temps, pour vous demander de regarder ce documentaire d’une quinzaine de minutes en sa mémoire :

 

Même si vous n’avez pas eu le grand honneur de connaître ou d’entendre parler de Gérard Sakon, vous verrez dans les témoignages de ses collaborateurs et proches amis, le combat d’un homme ayant participé par le biais de l’information, à ce que des solutions différentes puissent aujourd’hui exister.

Si la crise écologique et économique que nous traversons actuellement concerne vraisemblablement tout le monde, il peut être parfois bon de se souvenir d’une époque pas si lointaine, où les possibilités de se nourrir, de se soigner ou d’éco-construire étaient hautement improbables.

Ne serait-ce que pour garder à l’esprit qu’aujourd’hui le choix se présente ; que le choix fait souvent la différence. 

 Naevius Sakon 

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Gérard Sakon, pionnier de la presse bio"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
fournier
Invité
fournier

Un grand merci pour cette video; je decouvre cet homme avec beaucoup d’admiration et d’émotion; j’ai acheté longtemps « la vie naturelle » que je trouvais remarquable pour ses articles courageux et visionnaires; j’aimais beaucoup diet info ; je regrette de ne pas l’avoir rencontré, car j’ai travaillé en radio dans ces domaines et je sais qu’il faut beaucoup de force et de tenacité face à la « pensée unique ». Merci vraiment pour tous ces temoignages et pour le portrait de ce pionnier et continuez dans cette voie. Bien cordialement

judith
Invité
judith
Bonjour, Ceci est une bouteille à la mer sur le vaste océan d’internet… Très ancienne amie de Gérard, partie de France en 75. Je connaissais Gerard à l’époque d’asa press et ‘d’encre’. Après tant d’années loin de la France, mon mari et moi vivons à présent sur 2 continents. Ce matin l’idée de regarder le nom de Gérard sur internet et découvre tant de bon et de triste à la fois. Merci pour cette vidéo. La date de la disparition de Gérard ne figure pas…Est-il possible d’avoir quelques autres photos et datas sur sa vie? Bien cordialement Judith ( entre… Lire la suite »
Vitellini Jacques
Invité
Gérard Sakon, mon ami, mon frère… Un pionnier du bio, certes, mais un honnète homme, avant tout, sensible mais fuyant la sensiblerie . Dimitri que j’ai connu dit de lui qu’il vivait simplement. Je ne suis pas tout à fait d’accord : Il vivait royalement comme un prince élevé à son rang par la seule force de son travail, de sa générosité et de sa pensée. Parler avec Gérard qui était la culture faite homme, c’était se sentir intelligent, important, vivant. Il vous écoutait comme si ce que vous disiez était primordial, même si parfois vous couvriez les discours de… Lire la suite »
jaskierowicz
Invité
jaskierowicz

Bonjour
Au fil de navigations sur le net qui ne tiennent jamais au hasard, j’ai appris le décès de Gerard, ce fut émouvant et fort d’entendre parler de lui et ce portrait ressemblait bien a celui toujours exprimé par mon père David Benayoun son cousin germain son ainé de 15 ans je crois, et lui meme disparu.Dans la famille on le décrivait artiste et si gentil, si doux disait la tante Julia, la sœur de sa mère, qui l’aimait tant.
A vous lointain cousin, toutes mes meilleures pensées affectueuses.
Michele

wpDiscuz