Plus on perd le nord… plus on gagne d’argent

0

Qui a dit que le réchauffement climatique allait mettre des bâtons dans les roues de notre société de consommation ?

Avec les glaces qui fondent dans le grand nord, ce sont de nombreux nouveaux secteurs d’activités lucratives qui commencent à voir le jour.

Tout d’abord le transport maritime s’en trouve facilité.

Les navires peuvent mieux circuler, et ils inaugurent ainsi au nord des raccourcis fort avantageux.

Militaires et compagnies maritimes se frottent les mains… et ce n’est plus pour se les réchauffer !

Ensuite, la pêche et l’exploitation des ressources marines vont connaître un nouvel essor.

Grâce à la disparition du bouclier glaciaire, les poissons et les algues ne disposeront bientôt plus d’un seul refuge, sur la planète, où couler des jours paisibles.

En revanche, pas de soucis pour les sushis !

Enfin et surtout, les immenses réserves de pétrole et de gaz de l’arctique vont enfin pouvoir être pillées sans occasionner trop de frais.

S’il reste encore quelques ours blancs, nul doute qu’ils vont changer de couleur !

Là où ça se gâte, c’est que les Canadiens et les Russes ne sont soudain plus tout à fait d’accord sur le tracé de leurs frontières nordiques respectives.

Résultat : Canadiens, Américains et Danois montent actuellement des missions militaires sans précédent dans le grand nord, avant de préparer des opérations de plus en plus musclées et, bien entendu, de chercher de nouveaux alliés, juste histoire de sacrifier une fois de plus à la mode de la mondialisation des conflits.

Nous étions passés à la fin du siècle dernier des tensions Est-Ouest aux conflits Nord-Sud.

L’avenir nous réserve-t-il une belle conflagration Nord-Nord ?

Que tous ceux à qui cette perspective ferait froid dans le dos se rassurent : tout cela est parfaitement conforme à notre manière habituelle de faire bouillir la marmite.

 Jean-Baptiste Loin 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz